Urvoas, le président de la Commission des lois, minimise l’espionnage de la France par la Chine et étale son incompétence à la radio

Sur LObs.com, Vincent Jauvert s’étonne :

“Ce jeudi matin, Jean-Jacques Urvoas, député PS du Finistère et président de la délégation parlementaire au renseignement, était l’invité du 7/9 de France Inter. Il venait présenter son rapport sur les lacunes de notre pays en matière de lutte contre l’espionnage économique. Or, à ce sujet, voici qu’un auditeur l’interroge sur notre dossier d’il y a deux semaines concernant un centre secret d’écoutes chinois installé dans l’annexe de l’ambassade de Chine à Chevilly-Larue. M. Urvoas affirme alors que l’article comporte “nombre d’erreurs” et en cite deux. En réalité, c’est le député qui profère deux contre-vérités sidérantes.

Il affirme d’abord que la Chine fait ce qu’elle veut à Chevilly-Larue puisqu’une ambassade est un lieu “extraterritorial”, que “les lois françaises ne s’y appliquent pas”. Ce qui est faux. Malgré ce que croient les béotiens, une ambassade n’est pas l’extension d’un pays et cela depuis la fin du… 19ème siècle. En disant que “l’ambassade de Chine c’est la Chine”, M. Urvoas se trompe comme un étudiant de première années (lui qui a enseigné le droit…). Une ambassade est un territoire inviolable mais les lois françaises s’y appliquent. Et donc notamment celles interdisant l’espionnage des communications.

Il dit ensuite que la Chine n’a pas à demander aux autorités françaises d’autorisation pour la pose d’antennes sur le toit de son ambassade. Faux encore. La convention de Vienne de 1961 stipule noir sur blanc, dans son article 27, qu’une mission diplomatique “ne peut installer et utiliser un poste émetteur de radio qu’avec l’assentiment de l’État accréditaire”.

Rappelons pour ceux qui l’ignorent que M. Urvoas, dont les connaissances juridiques sont si incertaines, préside aussi la commission des lois.”

Articles liés

7Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • lucotin , 19 décembre 2014 @ 12 h 47 min

    Que de nullité dans ceux qui nous gouvernent !

    Mais pas de souci, Mr Urvoas ne démissionnera pas…

  • ranguin , 19 décembre 2014 @ 14 h 50 min

    Vive la gôche !!!

  • Cap2006 , 19 décembre 2014 @ 15 h 53 min

    Je crois que Urvoas a surtout dit lors de cette émission que les grandes oreilles chinoises ou US n’étaient pas vraiment un danger…
    Et pourquoi ?

    tout simplement parceque les particuliers comme les entreprises confient toutes leurs communications, toutes leurs données à microsoft, apple, google, etc… via des équipements équipés de puce électroniques fabriquées en chine…

    Il a dit une chose très pertinente : arretez de vous plaindre alors que vous mettez vous mêmes vos informations privées ou sensibles dans les mains de personnes qui veulent en faire du business, et que vous le faite en toute conscience.

    IL a aussi dit que nous pratiquions nous aussi l’espionnage de nos amis….

  • hectorgalb , 19 décembre 2014 @ 16 h 55 min

    Incompétents est le mot qui leur va bien, mais comme le système ne les remet jamais vraiment en question, personne ne s’en aperçoit. Ou du moins ne s’en apercevait car les temps changent sous la pression de la crise et ,grâce à internet, on perçoit leur limite et leur nullité crasse. Ne tardons pas trop à en tirer la conclusion qu’il faut agir 😉

  • bernique , 19 décembre 2014 @ 23 h 24 min

    C’est pas une raison pour leur faciliter la tâche !

  • lalie , 20 décembre 2014 @ 8 h 55 min

    encore un incompétent . on est cerné!

  • V_Parlier , 22 décembre 2014 @ 22 h 50 min

    Pour une fois je serais presque d’accord avec Cap2006. Ceux qui ont expatrié nos emplois ont de toute façon vendu ou même donné toutes nos connaissances aux Chinois qui auraient tort de s’en priver. Nous aurions fait de même. Alors maintenant nous n’avons vraiment plus rien, mais plus rien à cacher. Quant à l’espionnage de la vie privée du monsieur-tout-le-monde, chez les hyperconnectés d’aujourd’hui c’est un sujet qui est devenu – il est vrai – plutôt risible.

Les commentaires sont clôturés.