Les cathos, ces nouveaux délinquants qui menacent la démocratie

Dormez tranquilles, citoyens, Manuel Valls veille. Que tous ceux qui s’inquiètent de la montée de la délinquance se rendorment, la police traque jour et nuit ces nouveaux délinquants qui menacent la République socialiste : les cathos.

Saint-Cyr-au-Mont-d’Or est une petite commune de la banlieue lyonnaise. Elle accueille l’École Nationale Supérieure de la Police qui forme les commissaires et les officiers de police. Lundi 21 juin 2013, Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault participent à la cérémonie officielle de remise des diplômes de la 63e promotion en présence du préfet de région Jean-François Carenco.

Comme il était de coutume sous le règne de Sarkozy, Valls fait boucler le périmètre. Les habitants ne sont pas autorisés à se rendre sur le lieu de la cérémonie et les forces de l’ordre quadrillent le secteur. Parmi les invités triés sur le volet figure l’Abbé Pirrodon, le curé du village.

Alors que la cérémonie se déroule tranquillement, le curé reçoit plusieurs SMS sur son téléphone portable l’informant que des paroissiens sont retenus ou contrôlés par les forces de l’ordre.

Prier dans une église représente une menace à l’ordre public

Quelques paroissiens qui souhaitent manifester leur opposition à l’emprisonnement d’un militant contre le mariage homosexuel sont bloqués à l’intérieur de la poste du village. Jusque là, rien d’extraordinaire. La France manque de places en prison, on réquisitionne la poste pour empêcher de dangereux extrémistes catholiques armés de poussettes et d’enfants de s’exprimer, pourquoi pas.

Mais là où le sang du curé ne va faire qu’un tour, c’est quand il reçoit un message lui indiquant que tous les paroissiens qui sortent de son église font l’objet d’un contrôle et d’un relevé d’identité.

Normalement, en France démocratique, le contrôle d’identité est encadré par la loi. Un gendarme ou un fonctionnaire de police ne peut pas vous demander de décliner votre identité sans un motif précis. (1) Un contrôle d’identité peut avoir pour objet de prévenir les atteintes à l’ordre public ou s’il existe des indices permettant de penser qu’un individu se prépare à commettre une infraction, un délit ou un crime.

Aujourd’hui, en France socialiste, le simple fait de sortir d’une église est devenu une raison suffisante pour penser qu’on s’apprête à troubler l’ordre public ou a commettre un délit. C’est ahurissant, mais c’est comme ça.

On ne les avait pas habitués au contrôle au faciès les habitants de Saint-Cyr au Mont d’Or. Ici, les Roms, les arabes et les noirs sont rares. Alors, le curé, choqué par ces méthodes peu démocratiques et peu respectueuses de la loi décide de s’en ouvrir à son maire.

“Le sarkozysme consistait à dresser des catégories de français contre d’autres français. Le socialisme, c’est le contraire.”

Le préfet à deux doigts de frapper le curé

A la fin de la cérémonie, l’Abbé Pirrodon interpelle donc le maire : « Alors que nous mangeons des petits fours, mes paroissiens sont retenus par la police », s’exclame-t-il. Manuel Valls lui-même s’interpose : « Calmez-vous, Monsieur ! »

Le préfet du Rhône, Jean-François Carenco, confondant probablement la robe de l’abbé avec la burqa d’un dangereux terroriste, se jette sur l’homme d’église et se rendant finalement compte de sa méprise, lui assène : « Si vous n’étiez pas curé, je vous mettrais deux baffes. »

En guise de baffes, le père Pirrodon se fait embarquer au poste de police.

Cet épisode, un de plus dans la guerre que livre le gouvernement socialiste contre les opposants aux mariage homosexuel est révélateur du détournement de moyens auxquels on assiste depuis plusieurs semaines. La police n’est plus là pour protéger les personnes et les biens. Sa principale mission est devenue la protection des personnalités du gouvernement.

L’usage du gaz lacrymogène contre des femmes, des enfants ou des manifestants n’est plus l’apanage des dictatures, c’est aussi devenu une réponse politique à des opposants pacifiques comme peuvent en témoigner ces quelques personnes venues chanter au petit matin sous les fenêtre de Valls :

Après les Roms, les musulmans, les cathos, demain, à qui le tour ?

Vouloir résumer l’opposition au mariage homosexuel à quelques militants violents d’extrême droite est une profonde erreur. Tous ceux qui se réjouissent de la répression qui s’abat sur les opposants à la loi Taubira devraient se rappeler de cette même répression policière qui les frappait il n’y a pas si longtemps, par exemple à Lyon, lors des manifestations contre le réforme des retraites (2). Le gouvernement a certes changé, mais la politique, elle, reste la même. Militants de gauche, votre tour reviendra, n’en doutez pas.

Pour gouverner Sarkozy dressait les français contre les gens du voyage, contre les musulmans, contre les fonctionnaires. On a eu droit au discours de Grenoble contre les Roms, au débat sur la nationalité contre les musulmans.

Les socialistes qui ont fait de Valls leur porte-drapeau et leur maître à penser continuent sur le même chemin : répression toujours plus féroce contre les Roms, traque aux terroristes islamistes imaginaires et maintenant chasse aux cathos qui sortent des églises.

Le sarkozysme consistait à dresser des catégories de français contre d’autres français. Le socialisme, c’est le contraire.

> Philippe Alain anime le blog “I am Spartacus”.

1. http://vosdroits.service-public.fr/F1036.xhtml
2. http://rebellyon.info/Temoignages-sur-la-prison.html

Articles liés

115Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • corto74 (@corto74) , 30 juin 2013 @ 16 h 38 min

    Dès lors que l’un des principaux ministres de la Socialie, Vincent Peillon, en charge de l’éducation des enfants, déclare, face caméra, qu’il faut supprimer la religion catholique pour n’établir qu’une seule et unique religion, celle de la République, comment s’étonner de cette cathophobie de plus en plus institutionnalisée ?

  • LUC+ , 30 juin 2013 @ 17 h 22 min

    Et si on disait les Chrétiens ? je pense que ce serai plus EXACT !!! Mais bon ne perdons pas de vue que catholiques ( je préfère que cathos ) ou pas ce sont les contribuables Français qui sont engagés ( avec une majorité de catholiques bien entendu ), mais pas que (je vous l’assure )! Il faut éviter toute marginalisation et tout communautarisme qui réduirai cette révolte a NEANT pour une simple question d’égo et de désir d’ètre le plus ceci ou cela par rapport à d’autres qui ne sont pas ceci ou celà ! UNITE dans la révolte me semble une démarche plus CHRETIENNE !

  • Benoit , 30 juin 2013 @ 17 h 29 min

    Ô ARMES CITOYENS !
    Qu’attendons-nous pour faire tomber ce p****n de gouvernement, enfin, gouvernement, c’est un bien grand mot.

  • xrayzoulou , 30 juin 2013 @ 17 h 42 min

    M. Valls dit que la religion chrétienne est un danger pour la république, M. Peillon dit qu’il faudrait éradiquer la religion catholique : mais où on s’enroule? Ces gens (et tout ce que compte la politique de gauche, à part quelques rares exceptions) oublient que les racines de la France sont chrétiennes et que même la constitution est en partie basée sur des fondations chrétiennes.
    Que ces idiots (le mot est faible !) aillent se faire voir ailleurs. Toucheront-ils à l’islam ? Non bien sûr, ils ont trop peur.
    J’ai un petit exemple que j’ai reçu par courriel : le maire de Strasbourg Roland Ries a dit, à des parents qui protestaient qu’on donne du halal à la cantine des écoles et pas de poisson le vendredi : “NOUS SERVONS DE LA VIANDE HALAL PAR RESPECT POUR L DIVERSITE MAIS PAS DE POISSON PAR RESPECT POUR LA LAÏCITE”, si ce n’est pas de la discrimination, je ne sais pas ce que c’est !!!!..

  • nonydu13 , 30 juin 2013 @ 17 h 51 min

    A quand un second mai 68 pour renversé ces dégénérés qui occupent l’élysée?

  • Charles , 30 juin 2013 @ 17 h 55 min

    En l’état actuel des choses et en France comme en Fronce,
    ce sont les Chrétiens Catholiques qui constituent le noyau dur de la résistance.

    Les Chrétiens non catholiques (protestants,mormons etc)
    sont roupies de sansonnet.

    Par Catholiques ,nous entendons tous les catholiques,
    romains comme orthodoxes.
    Tous ceux qui se définissent comme tels.

    Une grande proportion des conciliaires,selon leurs propres mots,
    ne se définissent plus comme Catholiques.
    Grand bien leur fasse.

  • Charles , 30 juin 2013 @ 17 h 57 min

    Pas de provocations merci
    Désolé,il faut attendre les ides de Mars 2014
    ou nous avons des elections puis juin 2014.

Les commentaires sont clôturés.