40
Ecrit le 31 mai 2013 à 11:25 par Eric Martin dans Poing de vue
 
 

«Délit de belle gueule» : la norme en Hollandie

image_pdf

On me fait parvenir ce témoignage hallucinant :

«Délit de belle gueule» : la norme en Hollandie« Mercredi 29 mai en début d’après-midi, j’ai été victime avec 5 autres personnes d’une arrestation totalement arbitraire par la police politique de Manuel Valls au seul motif que je ne partage pas les idées du pouvoir en place. J’entreprends ici ce témoignage car, au-delà de mon récit personnel, de nombreux éléments s’adressent à tous et montrent notamment à quel point le pouvoir a peur, au point de paniquer et de faire n’importe quoi.

Vers 13h45 je me rends donc au Palais de Justice pour assister à la comparution immédiate des jeunes arrêtés le 26 mai au soir. Je ne présente alors aucun signe distinctif si ce n’est – scandale – un col et des chaussures de ville. Dès mon arrivée je peux me rendre compte de l’ambiance inhabituelle sur l’île de la Cité. Des dizaines de CRS patrouillent en effet devant l’entrée du Palais, un panier à salades stationne dans la rue et, en faisant la queue pour accéder à la zone de contrôle des sacs, j’entends l’un deux dire dans un talkie-walkie : “Il est entré, surveillez-le. C’est un des leaders du Printemps Français !” Sûrement à propos d’un autre sympathisant de la Manif Pour Tous, puisque j’avais cru comprendre qu’un certain nombre de personnes avaient prévu d’aller assister comme moi aux audiences.

Après avoir récupéré mes affaires et demandé au guichet d’accueil la chambre correctionnelle qui m’intéresse, je m’y rends mais trouve l’escalier qui y mène barré par trois gendarmes et deux policiers en civil. Je m’approche alors d’eux et leur demande si je peux passer mais ceux-ci me répondent qu’ils ne laissent monter personne car, soit disant, “la salle est déjà comble”. En y repensant, je ne leur ai même pas précisé où je souhaitais me rendre précisément, puisque cet escalier donnait accès à un couloir avec plusieurs chambres, mais mon look “catho de droite” a suffi à le leur faire deviner… Dans l’espoir bien naïf de pouvoir entrer un peu plus tard lorsque de la place se sera libérée, je m’assieds sur un banc en face de l’escalier en question et je retrouve trois personnes qui attendent pour la même raison. Nous restons ici environ une demi-heure pendant laquelle nous voyons les gendarmes laisser passer de nombreuses personnes. Un avocat que l’un de nous connaissait et qui redescendait précisément de la chambre correctionnelle nous explique que la salle est loin d’être pleine et nous comprenons alors que ce barrage obéit à une volonté exclusivement politique.

Un peu déçu d’être venu pour rien, je me décide à repartir car j’ai un cours à 15h. Une jeune fille qui attendait également descend avec moi et s’apprête à rentrer chez elle. À peine sortis du Palais, et alors que nous commencions à nous dire “au revoir”, l’un des deux policiers en civil que j’avais vu à l’étage nous rejoint et nous ordonne de nous ranger contre le mur. Surpris (je n’étais en effet pas encore au courant de la toute nouvelle loi interdisant aux Parisiens de déambuler dans les rues), nous nous exécutons et six ou sept CRS viennent nous encercler puis nous conduisent un peu plus loin sur le trottoir. Tout comme ma camarade d’infortune, je n’oppose aucune résistance, sûr de moi car je n’avais rien à me reprocher mais aussi amusé par le ridicule de la situation. On nous conduit jusqu’à un panier à salade où nous retrouvons un groupe de trois filles interpellées elles aussi car faisant la queue pour visiter la Sainte Chapelle, l’une d’elle portant un sweat de La Manif pour Tous. Après cinq minutes d’incertitude, on nous confirme que nous allons être emmenés. Nous sommes fouillés, contrôlés, dépouillés de nos sacs puis enfin embarqués. Nos cartes d’identité ne nous sont rendues que dix minutes plus tard. De plus, on nous ordonne de couper nos téléphones portables. Nous passons encore dix minutes à l’arrière du panier à salade, tambourinant contre les vitres et agitant le logo du seul sweat que nous avons et sous les yeux ahuris des touristes qui ne comprennent pour la plupart pas ce qui nous arrive. À ce moment, la portière s’ouvre et l’une des deux personnes que j’avais laissées à l’intérieur nous rejoint après avoir lui aussi été “cueilli” à la sortie un quart d’heure après nous.

Le départ est imminent. Mais soudain nous voyons arriver plusieurs avocats qui viennent aborder les CRS et entament une discussion avec eux. Certains d’entre nous ayant rallumé leurs portables et recevant des messages de soutien comprennent que l’affaire est déjà relayée par les réseaux sociaux. Après dix nouvelles minutes d’attente, la portière s’ouvre à nouveau et l’un des avocats s’écrie : ”Vous êtes libres, au nom du droit fondamental d’aller et venir !”. Immédiatement, les CRS nous rendent nos affaires et nous laissent sortir. S’ensuit une conférence de presse improvisée devant les différentes télés et radios présentes. Maître Jérôme Triomphe prend la parole et dénonce cette arrestation arbitraire qui s’inscrit dans un processus dictatorial et rappelle que cet événement n’est que le n-ième d’une série d’atteintes aux libertés les plus élémentaires depuis quelques mois. Il annonce que cette affaire va néanmoins avoir des suites puisque nous allons évidemment porter plainte et rappelle aux journalistes présents que cette infraction d’atteinte arbitraire à la liberté individuelle fait encourir aux policiers et aux donneurs d’ordre une peine de 7 ans d’emprisonnement !

Pendant que je raconte brièvement à un avocat présent sur place ce qui s’est passé, celui-ci me demande si je suis capable de reconnaître les deux policiers en civil qui sont responsables de notre arrestation. Parcourant le trottoir du regard, je n’y vois pas l’homme qui nous avait interpellés dans la rue mais je distingue en revanche à quelques mètres de là la femme qui était également présente devant l’escalier interdit. L’avocat me remercie et avance vers elle pour lui parler. Aussitôt cette dernière prend la fuite en direction de la rue la plus proche et disparaît, prouvant ainsi que la police agit contre la loi et n’assume en aucun cas ses agissements dès lors qu’elle se trouve en situation de flagrant délit. Nous passons encore quelques instants sur place, échangeant des coordonnées et répondant à la presse, puis je me retire enfin, encore abasourdi par les événements et certain surtout que ceux-ci s’arrêteraient là.

Je me trompais ! En effet, vingt minutes plus tard, le groupe des trois filles est à nouveau interpellé de façon abusive aussitôt que les avocats et la presse ont disparu et que le champ reste libre pour la police politique. Un passant cherchant à filmer la scène en est empêché par les forces de l’ordre, là encore de façon illégale. Il leur faudra une longue explication ainsi que la présence à proximité d’avocats qu’elles peuvent à tout moment appeler pour décider les CRS à les relâcher.

Cette affaire n’est sûrement pas la plus spectaculaire ni la plus scandaleuse. Mais elle permet de montrer que lorsque les citoyens arrêtés sans raison obéissent dans le calme à des ordres pourtant illégaux, la police de Valls a, quant à elle peur, accentue sa répression aveugle et fuit devant les garants de la loi quand elle risque d’être reconnue comme ce qu’elle est véritablement devenue : un simple instrument au service d’une idéologie, qui ne fait plus respecter la loi mais au contraire ne recule devant rien au mépris de celle-ci. »

GD Star Rating
loading…

«Délit de belle gueule» : la norme en Hollandie, 4.8 sur 5 basé sur 129 votes


Eric Martin

 
Avatar de Eric Martin