Théorie du genre : le pronom personnel neutre “hen” fait son entrée dans le dictionnaire suédois

Le prochain dictionnaire de l’Académie suédoise fera une place au pronom neutre « hen », dès avril 2015.

Le rédacteur en chef du dictionnaire, Sven-Göran Malmgren, a reconnu que l’Académie a débattu le sujet pendant plusieurs années. « Nous voulions être sûrs que ce n’était pas seulement un effet de mode », a-t-il déclaré à la Radio suédoise (Sveriges Radio), avant de revenir sur l’usage désormais commun du terme, et sur la fonction qu’il remplit.


Couverture du premier livre suédois qui utilise le pronom neutre « hen » : Kivi et le chien monstrueux

Le pronom a déclenché une vaste controverse quand il a été utilisé en 2012 par un éditeur dans le livre pour enfants, Kivi et le chien monstrueux par Jesper Lundqvist. Dans l’ouvrage, « hen » remplace « on » (elle) et « han » (il). Son livre introduisait également des termes neutres tels que « mappor » (mapa) et « pammor » (paman) en lieu et place de « maman » et « papa » (mammor et pappor en suédois).

Toujours en 2012, un catalogue publié par l’une des plus grandes chaînes de jouets en Suède représentait des garçons jouant à la poupée et des filles avec des répliques de mitrailleuses, le tout pour briser les stéréotypes sexués dans la société suédoise. Notons que plusieurs études tendent à prouver que cette distribution des jouets pourrait bien avoir une origine biologique dès la prime enfance.

Même si le mot « hen » rentre dans le dictionnaire, plusieurs critiques s’opposent encore à son emploi selon Lena Lind Palicki qui a rédigé cette entrée du dictionnaire : « Des personnes âgées et des ruraux n’aiment pas le mot », a-t-elle déclaré à la Radio suédoise (Sveriges Radio). « Beaucoup de locuteurs n’utiliseront pas le mot, même s’il se retrouve dans le dictionnaire. Je ne pense pas qu’il y ait eu un autre mot aussi controversé dans l’histoire ».

Le dictionnaire de l’Académie donnera deux sens au terme « hen ». Le premier décrira des situations ou le genre est indéterminé. Le second permettra de parler d’un « troisième genre ».

Selon le site Ijsberg, le pronom suédois serait inspiré du finnois parlé dans la Finlande voisine. En finnois, le pronom « hän » signifie « il » ou « elle », « se » étant le pronom neutre (« it » en anglais, « es » en allemand). Ironiquement, des études indiquent que les jeunes Finnois associent le plus souvent « hän » au sexe mâle quand on leur demande d’illustrer la personne mentionnée. Le finnois n’est pas une langue germanique, mais finno-ougrienne. Son pronom « hän » n’est pas une invention récente.

Désormais, « hen » sera considéré par certains comme une manière de se référer à une personne sans avoir à mentionner son genre, dans le cas où le genre est inconnu, considéré non pertinent ou si cette personne est transgenre.

Sources : IJSBERG et RT

> Cet article a été initialement publié sur le blog “Pour une école libre au Québec”

Autres articles

30 Commentaires

  • jejomau , 1 Août 2014 à 8:03 @ 8 h 03 min

    Comment Est-ce que la société Occidentale est-elle devenue aussi bâtarde ? Comment une civilisation aussi brillante que celle-ci est-elle devenue la prostituée sans foi ni raison, vendue toutes les monstruosités qui existent sur cette terre ?

    C’est un mystère sans fin pour moi

  • anonyme , 1 Août 2014 à 9:37 @ 9 h 37 min

    Peut-être parce qu’elle a justement cessé d’être une civilisation.

  • MdesPlanteurs , 1 Août 2014 à 10:00 @ 10 h 00 min

    Complètement à la masse ces suédois!

  • charles-de , 1 Août 2014 à 10:06 @ 10 h 06 min

    En dépit de tous les “progrès” scientifiques, techniques, technologiques, médicaux etc, EN QUOI l’espèce humaine a-t-elle CHANGé ?
    Une civilisation, c’est comme un fruit : beaucoup de temps pour naître, se développer et mûrir, beaucoup moins de temps pour POURRIR.

  • jejomau , 1 Août 2014 à 10:12 @ 10 h 12 min

    TOUT ce qui est de Gauche DOIT être éradiquée !

  • charles-de , 1 Août 2014 à 10:14 @ 10 h 14 min

    D’ailleurs, en suédois, “il” s’écrit “hon” et non “on” et se prononce “houn'”. Et en français, le “il” a souvent une valeur neutre comme “il” fait chaud, “il” pleut etc.

  • Antigone , 1 Août 2014 à 10:49 @ 10 h 49 min

    Mon Dieu, que mes compatriotes suédois sont donc idiots. Encore qu’avec notre gouvernements mes compatriotes français le sont également. Pas tous fort heureusement.

    Tellement idiots et aveuglés par leur idéologie, qu’ils se refusent à voir l’évidence : à savoir que même la moindre de nos petites cellules est sexuée. Lire le très instructif dossier du magazine “science et vie” de Juillet sur le sujet. En effet, il semblerait que les médicaments et les vaccins n’agissent pas de semblable façon dans nos organismes suivant que nous soyons mâles ou femelles ( et ne parlons pas des enfants ) et que c’est donc toute une pharmacopée qu’il faut revoir.
    Par exemple, les femmes réagiraient moins bien face aux psychotropes que leur organisme mettrait plus de temps à éliminer que celui des hommes, et qu’à contrario une demi dose de vaccin grippal leur serait suffisante, car l’organisme féminin produirait plus vite et plus activement les anticorps nécessaires là où celui des hommes aurait besoin d’une dose entière.
    cette ineptie avait déjà été mise en oeuvre aux USA, concernant une molécule traitant le diabète. cette molécule était très efficace dans la population afro-américaine et moins dans la population blanche à qui l’on prescrivait une autre molécule. Or, il s’avéra que la molécule ” blanche ” était plus chère. Et donc des associations anti-raciste montèrent au créneau arguant que les noirs étaient moins bien soignés que les blancs. ( Ce qui n’est malheureusement pas toujours faux ) et firent retirer la molécule “noire” des pharmacies.
    Et maintenant les noirs sont traités avec la même molécule que les blancs, mais de manière moins efficace. Mais qu’est-ce que souffrir plus longtemps et mourir plus vite si c’est pour le bien du combat combat contre le racisme ?
    Parce que les différences existent, même au sein d’un microcosme : l’ibuprofène n’est d’aucune efficacité sur ma personne, contrairement à deux de mes enfants. ce qui marche pour moi est la bonne vieille aspirine, que les pharmaciens vous vendent avec réticence, car comme tous médicaments elle a des effets secondaires, non négligeables dans certains cas. tout comme l’ibuprofène que l’on vous vend sans sourciller.
    Cherchez l’erreur!!!

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen