Avortement : l’Amérique qui veut cesser, l’Amérique qui en redemande

Selon un sondage réalisé en juillet 2013 par le Pew Research Center, 40% des Américains souhaitent interdire l’avortement dans tous les cas ou dans la plupart des cas. Mais les disparités sont importantes, entre zones géographiques : sans surprise, ce sont les habitants de la Nouvelle-Angleterre qui sont les plus pro-avortement (75%), suivis par ceux de la côte pacifique (65%), ceux du Mid-Atlantique (61%), des montagnes de l’Ouest (59%), des grands lacs (50%), du Sud-Atlantique (50%), du Mid-Ouest (47%) et du Sud-Central (42%).

Dans ces deux dernières zones, les partisans d’une interdiction de l’avortement dans tous les cas ou dans la plupart des cas sont majoritaires (Alabama, Arkansas, Kentucky, Louisiane, Mississippi, Oklahoma, Tennessee, Texas : 52% contre 40%) ou au coude à coude avec les partisans d’une légalisation dans la plupart des cas ou dans tous les cas (Iowa, Kansas, Minnesota, Missouri, Nebraska, Dakota du Nord, Dakota du Sud : 47% contre 47%). C’est d’ailleurs dans ces États que l’accès à la possibilité d’éliminer l’enfant dans son sein est le plus restreint.

À noter que ces dernières années, les divergences entre zones se sont accrues. Ainsi, le soutien à l’avortement a progressé de 5 points en Nouvelle-Angleterre entre 1995-1996 et 2013 et de 3 points dans les montagnes de l’Ouest. La côte pacifique, elle, n’évolue pas sur ce sujet. Par contre, le Mid-Atlantique voit son soutien à l’avortement chuter de 3 points, comme les grands lacs et le Sud-Atlantique. C’est dans le Mid-Ouest et le Sud-Central que la baisse est la plus sensible avec respectivement -8 points et -12 points.

 

Articles liés

29Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Charles , 2 août 2013 @ 20 h 10 min

    Ce tableau est très significatif.

    Il montre qu’il faut privilégier les efforts sur les 3 zones pro-vies
    en les encourageant à toujours améliorer les conditions
    d’enfantement jusque à la naissance et à d’éducation jusque à la maturité.

    Que le nord-est protestant aille toujours plus loin
    dans la boucherie “humanitaire”,on ne peut rien y faire.
    Ils s’autodétruisent .

  • Charles , 2 août 2013 @ 20 h 25 min

    il y a cependant un bémol.

    Les 3 zones cotieres hyper abortives sont des zones universitaires.
    Les avortements des 15/25 représentent plus de la moitié
    des avortements totaux avec une pointe sur les 22/25.
    Dans les grandes villes universitaires,la proportion
    doit approcher les 60% du total des villes.

    Ce qui signifie qu’une action ciblée vers l’aide aux étudiantes enceintes
    pour pouvoir continuer à la fois leur cycle éducatif
    et leur cycle enfantement devrait porter ses fruits.

    D’autant plus que les conditions financières sont plus difficiles
    dans ces zones urbaines en comparaison des zones intérieures rurales.
    Ces zones rurales offrant cependant peu de choix
    en terme d’etudes supérieures.
    In fine ,il faut simplement admettre que faire un enfant
    cela veut dire les choses suivantes;

    1.Faire un enfant est un vrai métier dédié a deux.(P&M)
    Le role de la mère n’est pas le meme que celui du père

    2.Faire un enfant (De A Embryon à Z Adulte)
    est une spécialité de très haute technicité.

    3.Plus notre société avance en technicité,
    plus le service à l’enfant devient exigeant.

    4.Une société de techniciens/techniciennes
    qui ne font plus d’enfants faute de temps est condamnée.

    5.Tout le monde n’est pas fait(ou équipé) pour faire des enfants
    ce qui implique que ceux qui le sont,peuvent le faire en grand (5 ou +?)
    Ce sont la foi religieuse et les circonstances qui en décident.

  • xrayzoulou , 2 août 2013 @ 22 h 25 min

    Charles,
    votre vision est bonne dans l’ensemble. Moi je suis mère célibataire car arrivée à 38 ans, toujours pas mariée, j’ai voulu cet enfant. Mon rêve aurait été de me marier jeune et d’avoir 6, 7 ou 8 enfants (j’étais déçue lorsque à l’échographie le gynéco m’a dit “il n’y en a qu’un” j’aurais avoir des jumeaux ou des triplés : je les assumais). Mais trop timide et sauvage à cette époque dès qu’un garçon m’approchais (même une fille d’ailleurs) je m’enfermais dans ma bulle. Je le regrette maintenant car je n’ai pas, par ma faute, avoir la vie dont j’avais rêvé. Je suis rentrée dans l’armée mais trop tard, j’aimais ce métier mais j’aurais pu tout avoir : un foyer, des enfants et un métier que j’aimais.

  • asina_asinam_fricat , 2 août 2013 @ 23 h 49 min

    Grand merci XRAYZOULOU pour ce passage à table au nom de votre “Moi, je”.
    Vous fournissez un condensé de cas sociologique typique d’après-68 même si vous vous en défendez en vous donnant le change sur le présent site.
    Vous avouez avoir été “sauvage” (ce qui se retrouve en ZOULOU) et pour cela avoir chassé tout soupirant à la fonction de mari et donc de père de votre “mon-bébé”. A ce moment on se dit que faute avouée de pécheresse est à moitié pardonnée …
    Mais patatras vous concluez en évacuant le pire c’est-à-dire pour vous le père :
    ” j’aurais pu tout avoir : un foyer, des enfants et un métier” ,
    car vous enfouissez sous le terme vague de “foyer” ce qui du point de vue d’une vraie femme normale aurait dû être explicitement précisé : une famille réelle avec un mari réel et un père réel.
    Vous êtes une fausse victime, une vraie névrosée rejetant la faute sur autrui, une anti-chrétienne et votre posture de traditionaliste-familialiste en ce site confine à la psychothérapie “sauvage” …
    aaaaaah, les Zoulous !
    Mais Charles ce preux Chevalier Blanc va vous sortir sa durandal …

  • Francois Desvignes , 3 août 2013 @ 4 h 22 min

    Vos analyses lacaniennes de comptoir, sur post à partir d’un post d’une personne que vous ne connaissez pas seraient lacaniqement significatives de vos propres névroses !

    Ne trouvez-vous pas ?

    Quoiqu’il en soit, depuis les Saintes Ecritures, qui elles ne mentent ni ne se trompent jamais, il y a toujours un risque à juger.

    Celui, en plus de se tromper, d’être jugé à son tour.

    Ne trouvez-vous pas ?

  • Olizefly , 3 août 2013 @ 6 h 44 min

    Aux moins aux USA il y a une part importante de gens opposés à l’avortement. Parce qu’en France, 90 % des gens ne savent même pas qu’avant la fin du délai légal pour avorter “à la demande” le fœtus est déjà un être humain. Lumières américaines contre obscurantisme français.

  • Olizefly , 3 août 2013 @ 6 h 46 min

    Il y a des gens qui ne peuvent pas avoir d’enfant du tout (je ne parle pas bien sûr des tarés qui essayent d’en avoir entre hommes ou entre femmes).

Les commentaires sont clôturés.