Christian Nation : Quand le christianisme est comparé au nazisme…

“Ils avaient dit ce qu’ils feraient et nous ne les avons pas bien écouté. Puis, ils ont fait ce qu’ils avaient dit qu’ils feraient.”

Ainsi commence le nouveau roman de Frederic C. Rich. Mais de qui parle-t-il ? D’un État comme dans 1984 ? D’une organisation terroriste du type d’Al-Qaïda ? D’extraterrestres belliqueux ? Non, l’auteur vise les “chrétiens fondamentalistes”…

Christian Nation dépeint le pire cauchemar de l’oligarchie : un pays, les États-Unis, dans lequel les valeurs chrétiennes seraient la règle. L’uchronie commence en 2008 : John McCain est élu et Sarah Palin devient vice-présidente de la première puissance mondiale jusqu’au jour où le premier décède accidentellement lors d’un déplacement en Russie…

L’Amérique qui suit, qualifiée de théocratie par Frederic C. Rich, ressemble en fait à celle des Pères fondateurs. Une Amérique où il est possible de prier à l’école, où les organisations religieuses ne sont pas contraintes de financer l’avortement de leurs employés, où l’on ne tombe pas facilement sur un site pornographique. Insupportable pour la gauche et les tenants du politiquement correct. Voici la bande-annonce de Christian Nation qui n’hésite pas à comparer des rassemblements de conservateurs et de chrétiens à ceux, nazis, de Nuremberg :

Autres articles

112 Commentaires

  • Diex Aïe ! , 2 Sep 2013 à 16:09 @ 16 h 09 min

    Aucune persécution religieuses… Ce que vous prenez pour des persécutions religieuses sont le fait d’actes de la part de religieux pour sauver les pauvres banquiers capitalistes… C’est donc des persécutions politiques…
    Adolf Hitler s’est expliqué lui même et publiquement face au peuple et excusé auprès de l’Eglise pour la déviance qu’avait pris le régime concernant les handicapés. Cependant, le Dr Alexis Carrel, un autre chrétien, avait encourager l’eugénisme…
    Du reste, Ce que dit la lettre n’est peut-être pas de la main d’Hitler, mais c’est au moins lui qui l’a dictée. ou alors vous êtes encore plus révisionniste que moi puisque même les historiens jugent cette lettre valable…

  • sergio , 2 Sep 2013 à 16:14 @ 16 h 14 min

    Comparer le christianisme au nazisme est une outrance insupportable et une perversion de l’ intelligence , doublées d’ une mauvaise foi ( si l’on peut dire….) à hurler !….
    Quand , de tels ” écrivains ” auront-ils assez de c……. pour écrire de telles choses à propos de l’ islam ( et non l’ islamisme , subtil distingo des médias islamophiles…..) ? on attend toujours…

  • Diex Aïe ! , 2 Sep 2013 à 16:14 @ 16 h 14 min

    Lequel est le plus dangereux? L’islamisme ou le judaïsme? Celui qui vous vol votre porte monnaie dans la rue ou celui qui pique directement sur votre compte en banque et dans les caisses de l’état? Celui qui vous tranche la gorge ou celui qui vous pousse au suicide? Grande question… Je vous laisse y réfléchir… perso, je ne choisis pas…

  • David , 2 Sep 2013 à 16:18 @ 16 h 18 min

    Tout les cultes sans exceptions était surveillés étroitement par l’Etat.

    Le nazisme voulait était pour le syndicalisme, lire d’ailleurs le texte du parti “pourquoi sommes nous socialistes” écrit en 1928.

    Le nazisme était décrit comme de droite par les communistes qui voyaient tout ce qui était moins socialiste qu’eux comme la droite, le principe du “sinistrisme”.

    Le fait que l’Allemagne nazi était le regime le plus à gauche non communiste à l’époque.

  • David , 2 Sep 2013 à 16:27 @ 16 h 27 min

    Chacun peut aujourd’hui constater à regret que, dans le monde antique, beaucoup plus libre que le nôtre, le christianisme a introduit avec lui la première terreur spirituelle ; mais il ne peut rien au fait que, depuis cette époque, le monde vit sous le signe et sous la domination de cette contrainte. Et on ne brise la contrainte que par la contrainte, la terreur par la terreur. C’est alors seulement que l’on peut instituer un nouveau régime.
    Mein Kampf, Nouvelles éditions latines, Paris, 1979, p.452

    Le coup le plus dur qui ait frappé l’humanité, c’est l’avènement du christianisme LPGP, T1.p.7-8

    Si le monde antique a été si pur, si léger, si serein, c’est parce qu’il a ignoré ces deux fléaux : la vérole et le christianisme. LPGP, T1 p.75-76

    Nous veillerons à ce que les Églises ne puissent plus répandre des enseignements en contradiction avec l’intérêt de l’État. Nous continuerons à affirmer la doctrine nationale-socialiste, et la jeunesse n’entendra plus que la vérité. LPGP, T1 p.62

    Le christianisme a retardé de mille ans l’épanouissement du monde germanique. LPGP, T1 p.78

    l’Église catholique a choisi des déments pour en faire des saints. LPGP, T2 p.149

    Mais le christianisme est une invention de cerveaux malades. LPGP, T1 p.141

    L’Église catholique n’a qu’un seul désir, c’est notre effondrement. LPGP, T2 p.257

    Attendons la fin de la guerre, et un terme sera mis au Concordat. Je me réserve le plaisir de rappeler moi-même à l’Église les nombreux cas où elle l’a violé. Qu’on songe, par exemple, à la collusion de l’Église avec les meurtriers de Heydrich. Non seulement des prêtres leur ont permis de se cacher dans une église de la banlieue de Prague. Mais ils leur ont permis de se terrer dans le sanctuaire de cette église. LPGP, T2 p.189

    Si vous voulez j’en ai encore beaucoup.

    Vous comprenez pourquoi cette lettre semble étrange.

  • J.75 , 2 Sep 2013 à 16:28 @ 16 h 28 min

    Encore un écrivain subjectivement anticlérical et christianophobe influencé par les points Godwin et autres références anticléricales douteuses comme celles construites par le KGB contre Pie XII.

    Car après tout:

    http://www.zenit.org/en/articles/more-proof-of-hitler-s-plan-to-kill-pius-xii

  • Diex Aïe ! , 2 Sep 2013 à 16:39 @ 16 h 39 min

    navré, je n’ai que la première version d’avant guerre traduite en français et je n’ai jamais rien lu de ce genre…
    Mais passons, Hitler a écrit Mein Kampf entre 1923 et 24 en prison, pendant l’occupation de la Ruhr. J’imagine son état de désespoir lorsqu’il a écrit cela… C’est pour cette raison qu’il est aussi indigeste à lire… Concernant des corrections que certains lui proposaient d’apporter, il répondait : “Un travailleur de l’esprit peu produire une édition revue et corrigée de ses œuvres, moi, c’est seulement dans l’histoire que je fais mes corrections.” D’où ses excuses publiques à l’Eglise catholique sur les déviances du régime.

Les commentaires sont fermés.