La France et l’Allemagne refusent la démocratie directe

Au moment même où les Croates viennent, par le biais d’un référendum d’initiative populaire d’affirmer très nettement leur attachement à la défense du mariage en faisant mentionner dans la Constitution croate que le mariage est le fait de l’union d’un homme et d’une femme, l’Europe occidentale poursuit son rejet de la démocratie directe, qui constitue – ce que nos élites dirigeantes n’ignorent pas – un véritable contrepouvoir aux dérives de la démocratie représentative.

En Allemagne, le programme de la nouvelle coalition gouvernementale (CDU/CSU et SPD) conduite par Angela Merkel vient d’être présenté officiellement. La mise en place de la démocratie directe au niveau fédéral n’en fait pas partie, alors qu’il s’agissait d’un des thèmes de la campagne électorale et que la CSU et le SPD y étaient favorables, comme 84% de la population allemande, d’après le dernier sondage Emnid traitant de cette question. La chancelière fraîchement réélue a simplement dit non. Contre l’avis largement majoritaire du peuple, mais également contre l’avis largement majoritaire de la base de son propre parti.

Au même moment les institutions françaises valident dans un silence assourdissant la mise en place du référendum d’initiative partagée, qui est une parodie grotesque du référendum d’initiative populaire. Tellement grotesque que tous les observateurs s’accordent à dire qu’aucun référendum d’initiative partagée (l’initiative populaire étant partagée avec le parlement) ne verra jamais le jour dans la forme actuelle de la loi.

En mars 2011, un sondage de l’Ifop révélait que 72% des Français étaient favorables (et seulement 12% contre) à la mise en place du référendum d’initiative populaire en France.

Dans les deux cas, en France comme en Allemagne, les dirigeants élus ont refusé à leurs électeurs le droit à la démocratie directe.

Pour autant, l’aspiration à la démocratie directe ainsi que sa pratique progresse lentement en Europe et dans le monde. Les Allemands sont de plus en plus massivement favorable à cette modification fondamentale de leurs institutions, et pour la première fois en Allemagne l’introduction de la démocratie directe au niveau fédéral a été un des enjeux des discutions de la coalition gouvernementale. Cela s’explique certainement par le fait que les électeurs allemands pratiquent la démocratie directe au niveau des Länder, et semblent de moins en moins comprendre pourquoi, dans la mesure où ils sont censés être le peuple souverain, les référendums d’initiative populaire ne seraient pas possible au niveau fédéral, là où tout se décide, d’autant plus qu’en 2005, ils ont vu les Français et les Hollandais voter sur l’Union européenne, sans qu’ils aient eu eux-mêmes droit au chapitre.

Aux États-Unis, la démocratie directe existe également dans 26 des 50 États, et elle y est de plus en plus pratiquée. Et plus de 60% des Américains sont également favorables à l’introduction de la démocratie directe au niveau fédéral.

Les démocraties parlementaires sont et ont toujours été des formes de despotisme éclairé. Les citoyens y sont considérés assez libres et responsables pour élire leurs représentants par des modes de scrutin par ailleurs on ne peut plus contestables, mais ne sont pas considérés assez libres et responsables pour décider directement, en tant que peuple véritablement souverain, des questions politiques les plus importantes, à commencer par les questions d’ordre constitutionnel, qui vont déterminer les règles du jeu démocratique et les droits civiques fondamentaux.

Au cours de l’Histoire, les monarchies absolues se sont transformées en monarchies constitutionnelles, les élections aux scrutins censitaires ont évolué en scrutins au suffrage universel masculin, et accorder le droit de vote aux femmes s’est finalement imposé comme une évidence.

La progression constante de la pratique du référendum d’initiative populaire aux États-Unis, les récents débats sur l’introduction de la démocratie directe au niveau fédéral en Allemagne, ainsi que le haut niveau d’opinion favorable à la démocratie directe aux États-Unis, en France ou en Allemagne, laissent à penser que l’imposture intellectuelle et politique qui consiste à prétendre que la démocratie peut se concevoir sans démocratie directe, sans que le peuple ait véritablement la main sur ses propres affaires et son propre destin, commence sérieusement à battre de l’aile.

Il n’y a pas de véritable démocratie sans démocratie directe, nos voisins suisses le savent depuis longtemps, et de plus en plus de citoyens et de peuples à travers le monde commencent à s’en rendre compte.

Source : Unsri Heimet (http://blog.unsri-heimet.eu/2013/11/7984/)

Autres articles

18 Commentaires

  • Marcel , 2 décembre 2013 @ 7 h 22 min

    C’est s’illusionner que de supposer que cet ostracisme vis-à-vis du référendum relèverait simplement d’une évolution trop lente des mentalités. Non seulement nos élites ne veulent surtout pas que le peuple puisse décider de son destin, sans le filtre du système représentatif, mais elles se méfient assez de ce peuple pour vouloir le dissoudre définitivement, via l’immigration de masse pratiquée avec une continuité remarquable depuis plus de 40 ans, gauche et droite confondues, quelles que soient les circonstances économiques.

  • Charles , 2 décembre 2013 @ 8 h 21 min

    Elections de septembre 2013:
    Angeladolphe cache le drapeau allemand (voir les 3 premières secondes).

    La preuve du délire Europetiste Prusso-Protestant qui détruit les nations
    pour mieux contrôler toutes les ex-nations au travers de Brouxelles,
    comme en 1940,en 1914,en 1870,en 1814,en 1793.
    Pour tenir la France,il faut tenir Paris.
    Pour tenir Paris il faut tenir Bruxelles.
    Radio Paris ment,Radio Paris est Allemand(Prusso-Allemand)

    http://www.youtube.com/watch?v=KIC_2_8R4h0

  • alain , 2 décembre 2013 @ 12 h 01 min

    Eric,

    il est complètement idiot d’écrire que nous sommes en démocratie (je ne parle pas de vous naturellement)

    les crétins incultes des médias ne savent pas de quoi ils parlent et répètent des trucs qu’ils ne comprennent pas

    par facilité (et avantage) tout le monde confond “démocratie” et “république”

    l’avion qui transporte Hollande ne porte pas l’inscription “démocratie française” mais “république française”

    l’UMPS nous parle de “valeurs républicaines” ” de “pacte républicain” ” de “font républicain”
    pas de “valeurs démocratiques”, de “pacte démocratique”, de “front démocratique”

    nous sommes en république pas en démocratie

    nous désignons simplement des gens qui sont censés nous représenter

  • François Desvignes , 2 décembre 2013 @ 12 h 53 min

    Depuis Aristote, la démocratie directe est le seul exercice authentique de la démocratie.

    La démocratie représentative est une forme dégénérée de la démocratie et en fait de démocratie elle est soit :

    – une Aristocratie (le gouvernement des meilleurs au profit du plus grand nombre)
    – une oligarchie (le gouvernement d’une coterie au préjudice du plus grand nombre).

    Montesquieu disait “un pays qui n’a pas la séparation des pouvoirs n’a pas de constitution”.

    On peut ajouter : un pays qui n’a pas l’expérience de la démocratie directe, n’est pas en démocratie.

    Nous étions plus en démocratie sous De Gaulle que sous n’importe lequel de nos présidents depuis.

    Et en définitive, nous ne sommes plus en démocratie du tout depuis 2008, date où le traité de quelques uns de l’oligarchie est passé au dessus de la volonté référendaire de tous.

  • Libre , 2 décembre 2013 @ 16 h 35 min

    Le grand danger est que tout cela serve à remettre en cause les droits fondamentaux comme l’interdiction de l’esclavage, de la torture ,du droit de propriété, ect….Il faut donc obligatoirement coupler la démocratie directe avec un roi grand protecteur des libertés et un niveau élevé d’instruction et de culture ( et ce n’est pas le cas actuellement).

  • pedro , 2 décembre 2013 @ 16 h 42 min

    Il faut donc renverser ce système pourris jusqu’à l’os. Aucun partie politique français traditionnel ne souhaite le faire (droit et gauche complice) alors lévons-nous contre ce ignominie. C’est indamissible que cette classe d’intouchables soient les maîtres absolus. J’espère que l’UE tombera car j’en ai marre de ces “technocrates apatrides” inattaquables. En tout cas j’espère que le FN aux européennes fera le nécessaire. Je l’espère. Je n’ai jamais voté FN mais je pense le faire aussi bien aux municipales qu’aux européennes. Il faut que cela change et vite !

  • Catoneo , 2 décembre 2013 @ 18 h 10 min

    Le titre choisi par NDF pour recenser le billet d’Unsri Heimet est biaisé pour ne pas dire plus.

    La République fédérale accorde aux länder la démocratie directe et ceux-ci ont des compétences bien plus étendues que celles de nos régions, et ils les exercent !

    La République française interdit la démocratie directe à tous les échelons et quand elle craint de braquer inutilement le peuple elle en aménage un erzatz folklorique, c’est le référendum municipal.
    Le pouvoir est ici confisqué, sauf dans les petites communes au niveau élémentaire.
    Les deux systèmes sont antagonistes, mais cela nous le savions déjà.

Les commentaires sont fermés.