Moldavie : une élection pour la patrie

Après la Lettonie et l’Ukraine, voilà un troisième pays post-soviétique qui échappe à l’emprise de la nomenklature russe. Les trois partis de droite européens – le Parti libéral-démocrate moldave (PLDM), le Parti démocrate moldave (PDM) et Parti libéral (PL) – ont gagné 54 sièges sur les 101 du Parlement ce dimanche 30 novembre. Les deux partis de gauche poutiniens (pléonasme) – le Parti communiste moldave (PCRM) et le Parti socialiste moldave (PSRM) – doivent se contenter de 47 élus.

Petit pays de quatre millions d’habitants enclavé entre l’Ukraine et la Roumanie, la Moldavie est un ancien territoire roumain annexé par l’Union soviétique en 1939 grâce au pacte Hitler-Staline. Elle est devenue un pays indépendant en 1991, après l’effondrement de l’URSS, mais les communistes pro-Russes l’ont plus ou moins contrôlée jusqu’en 2009, lorsque le régime rouge est tombé à la suite de violentes manifestations. Le 27 juin dernier, la Moldavie a signé un traité d’association avec l’Union européenne.

Le taux de participation de 55,8% a été inférieur aux attentes de la droite qui espérait une meilleure mobilisation de la jeunesse moldave. “Jeunes Moldaves, la liberté ne se demande pas, elle doit se conquérir”, a lancé Mihai Ghimpu, président du Parti libéral, dans son appel mobilisateur à la veille des élections. “Voulez-vous que votre avenir soit contrôlé par ceux qui veulent nous exiler en Sibérie comme ils l’ont fait avec nos parents et nos grands-parents ? Voter pour l’Europe, c’est voter pour vos enfants, pour vos parents et pour vous-mêmes. Il n’y a pas d’avenir en dehors de l’Union européenne.”

La surprise des élections législatives a été le score de 21 % des voix remportées par le Parti socialiste, l’allié le plus fidèle de Moscou, et de facto le parti de la minorité des colons russes. “Je remercie nos électeurs pour leur confiance et leur soutien”, a affirmé son dirigeant, Igor Dodon, après l’annonce des estimations officielles. “Le Parti socialiste se positionne comme la principale force d’opposition. Nous souhaitons que notre avenir soit stable aux côtés de nos partenaires traditionnels. Nous serons ensemble avec la Russie.”

Pour mémoire, les Moldaves sont des Roumains parlant une langue latine mais de confession orthodoxe. Une partie de la Moldavie est aujourd’hui occupée par l’armée russe depuis 1992 et se prétend indépendante sous le nom de Transnistrie, comme l’Ossétie du sud et l’Abkhazie séparées de la Géorgie en 2008 et les républiques d’Ukraine du Sud depuis quelques mois. Toute allusion à un quelconque impérialisme russe serait naturellement déplacé…

Autres articles

16 Commentaires

  • Jean Dit , 3 Déc 2014 à 0:36 @ 0 h 36 min

    “Grace au pacte hitler-staline”. Je me demande si ces Russes estoniens ont ete implantes depuis de temps-la. Des Estoniens de papier? Vouloir se rattacher a la Russie c’est comme si les Mahommetans en France voulaient se rattacher a l’Algerie.

  • fleurdenavet , 3 Déc 2014 à 7:51 @ 7 h 51 min

    c’est ce que font que les mahométants de france, ils brûlent notre drapeau et exhiber le leur (algérie, maroc etc…). Tous ceux qu’ils veulent entrer dans l’europe de bruxelles ne savent pas dans quel merdier ils vont engager leur pays qui ne leur appartiendra plus.

  • berrhy , 3 Déc 2014 à 8:56 @ 8 h 56 min

    Soyons sérieux. Vouloir échapper à l’emprise russe comme vous dîtes c’est choisir de se mettre sous la coupe du nouvel ordre mondial représenté par l’UE, par l’Otan, wall street, etc…
    Quand les gens de droite comprendront-ils que l’URSS a disparu en 1991 et que aujourd’hui la Russie est un point de résistance à la création d’un gouvernement mondial anglo-saxon et franc-maçon ?

  • ONIS , 3 Déc 2014 à 10:01 @ 10 h 01 min

    berrhy ,à tout à fait raison,l’europe devrait s’arrêter de regarder vers les pro-anglosaxons, la russie c’est l’europe ,certes il ne faut pas se faire manger par eux ,comme nous le sont avec les ricains,et alliés (UK, pays bas ,pologne et ukraine)

  • kanjo , 3 Déc 2014 à 10:37 @ 10 h 37 min

    Poutine communiste ?
    Si c’était vrai, nos dirigeants européens seraient tous pro-russes et anti-américains, comme ils l’ont été de 1917 à 1991.
    Le simple fait que la gauche franc-maçonne européenne soit anti-poutinienne et obamaphile est la preuve que Poutine n’est pas communiste, contrairement à Obama.
    Pleurer sur la Transnistrie n’est qu’un moyen de faire oublier que la Moldavie est un morceau de Roumanie, dont on se demande pourquoi il ne revient pas dans la mère patrie. Sauf bien sûr si la Roumanie n’est pas aussi libre qu’on veut le faire croire.

  • Poujadiste , 3 Déc 2014 à 11:06 @ 11 h 06 min

    Donc 54 voix pour les laquais de l’OTAN, contre 47 pour les pro-Russie, c’est la victoire des premiers sur les seconds? Moi j’appelle ça un pays coupé en deux. Mais l’analyse est du même tonneau que le reste de l’article qui pourrait provenir de Libé.

  • JOSE , 3 Déc 2014 à 13:02 @ 13 h 02 min

    C’est BHL qui a rédigé cet article?

Les commentaires sont fermés.