Lorànt Deutsch répond aux historiens d’extrême-gauche qui l’accusent de falsifier l’histoire

Invité jeudi 3 octobre de l’émission “C à vous” sur France 5, Lorànt Deutsch a répondu aux critiques formulées par quelques historiens d’extrême-gauche qui tentent depuis quelques jours de discréditer son nouveau livre, Hexagone : Sur les routes de l’Histoire de France (tiré à 220 000 exemplaires) : “Je n’ai rien inventé. Il n’y a rien de moi (…) dans le livre. Je me suis basé sur des auteurs, des historiens hautement qualifiés” comme Jean Deviosse, auteur d’une biographie de Charles Martel. “Le problème qu’ils ont (les historiens d’extrême gauche, ndlr), c’est qu’ils quittent le champ sémantique de l’histoire pour faire de la politique. Je n’ai rien à leur répondre. Ils sont tous encartés au Front de gauche, moi, ça ne m’intéresse pas.”

Sur cette polémique qui dure depuis des mois, lire aussi :
> Qui est donc William Blanc, l’ « historien » critique du Métronome ? par Frédéric Laurent
> Inquisitio contre Métronome : Quelle histoire voulons-nous ? (1/2)
> Inquisitio contre Métronome : Quelle histoire voulons-nous ? (2/2)

Autres articles

63 Commentaires

  • fleurdenavet78 , 4 octobre 2013 @ 18 h 05 min

    Je me demande comment Mr Deutsh peut se mêler de parler d’Histoire ou autre lorsque l’on sait son inculture ????? La télévision même à tout !

  • Paule C , 4 octobre 2013 @ 18 h 08 min

    Ce sont eux, les soi-disant “historiens” de gauche, qui essaient d’appliquer la grille du marxisme aux évènements passés, qui falsifient l’Histoire. Heureusement que certains, trop peu nombreux, comme L. Deutsch, refusent cette forme de terrorisme.

  • Goupille , 4 octobre 2013 @ 18 h 30 min

    …”lorsque l’on sait son inculture” : lorsque l’on connaît son inculture
    …”La télévision même à tout.” : La télévision mène à tout.

    Proverbe africain : quand on veut monter au baobab, il faut avoir le derrière propre.

  • Goupille , 4 octobre 2013 @ 18 h 47 min

    Lorant Deutsch ne se revendique pas historien, c’est un passionné.
    Il emploie sa notoriété “tout public” à contrecarrer la pastouille “historique” délivrée par les programmes estampillés EdNat et à éveiller à l’Histoire une part de la population qui, grâce à cette accroche, franchira peut-être le pas vers des ouvrages spécialisés.
    De surcroît, il se dit royaliste…
    Deux raisons de se faire massacrer par les grands prêtres de la pensée conforme.

    Dans les années 80, un chef de chantier de chez Bouyghes avait expérimenté une méthode de construction des pyramides par un système de batardeaux, écluses et flottaison des blocs : il s’est pris l’intégralité des pensifs égyptologues de front, tous ces gens qui parlent de tractage, rampes de sable, roulage sur des cylindres et autres méthodes foireuses.
    Comment un prolo osait-il venir dynamiter leurs théories par du savoir-faire ?…

  • Goupille , 4 octobre 2013 @ 18 h 52 min

    Manuel Minguez.
    Des pyramides aux obélisques.
    Tallandier – 1987

    Simplement génial.

  • Yaki , 4 octobre 2013 @ 21 h 04 min

    N’importe quoi ! La journaliste n’essaye pas de faire taire son invité. Au contraire elle lui laisse largement la parole. Elle essaie simplement de tenir son planning sur la fin.
    Les gens voient le mal partout, même où il n’est pas.
    C’est assez courant sur ce site d’avoir ces délires paranoïaques…

  • Antoine , 4 octobre 2013 @ 21 h 58 min

    Je suis étudiant en histoire à l’Université Catholique de l’Ouest d’Angers et je confirme les propos de M. Deustch. Tous nos professeurs nous enseigne que nous ne devons pas regarder l’histoire avec notre regard du XXIème siècle. Le problème qui se pose est la sémantique parce que les mots n’ont pas du tout le même sens au Moyen – Age, qu’à l’époque moderne ou qu’à l’époque contemporaine.

Les commentaires sont fermés.