Oregon : des transsexuels militants rackettent un gérant de bar à hauteur de 400 000 dollars

Portland (Oregon). Chris Penner, le propriétaire d’un bar (The Twilight Room Annex, auparavant le P-Club) vient d’être condamné à verser 400 000 dollars de dommages et intérêts à un groupe de transsexuels surnommé les “T-Girls” (photo ci-contre) qu’il a tenté de décourager de revenir chez lui sous prétexte qu’ils nuiraient à son entreprise.

En effet, depuis plus d’un an, ces clients pas comme les autres s’y retrouvaient le vendredi soir. Un jour, Cassandra, un membre du groupe en question, a reçu un message vocal du propriétaire lui demandant de ne pas revenir avec son groupe d’amis car, expliquait-il, les clients se mettent à penser que son établissement est un bar gay ou transsexuel et ne viennent plus ce soir de la semaine, ce qui entraîne des pertes financières. Un comportement manifestement contraire à la très répressive législation anti-discrimination (dite loi sur l’égalité) en vigueur depuis 2007 dans l’Oregon, un État réputé social-démocrate et progressiste.

Résultat, chaque membre du groupe recevra entre 11 000 et 50 000 dollars afin de réparer le préjudice subi tandis que Cassandra touchera 55 000 dollars en dédommagement de la souffrance “émotionnelle, mentale et physique” (sic) causée par le message vocal. Penner devra aussi payer 5 000 dollars d’amendes. Penner, qui a déclaré regretter son message vocal et n’avoir pas eu l’intention d’exclure le groupe de transsexuels de son établissement, n’a pas encore indiqué s’il allait interjeter appel de cette décision.

KPTV – FOX 12

Lire aussi :
> En Écosse, une militante LGBT fait condamner lourdement un opposant à la dénaturation du mariage

Autres articles

40 Commentaires

  • SUPERBE!!! , 5 Sep 2013 à 15:33 @ 15 h 33 min

    Houla! Le titre est peut etre un brin sensationnaliste…
    Racket: Forme de chantage de proximité, avec menaces de violence dans le but d’extorquer de l’argent, des objets ou des renseignements.

  • Frédérique , 5 Sep 2013 à 15:37 @ 15 h 37 min

    Non, le mot racket est juste mais incomplet.
    Racket légalisé conviendrait mieux.

  • LUC+ , 5 Sep 2013 à 15:45 @ 15 h 45 min

    Franchement ! On dirait des camioneurs déguisés !!! Ils n’ont rien de féminin ceux là !!! Les mains , les bras , le visage !!! Pfff mais ils ne se voient pas c’est pas possible ! Autant il y a des Transexuels assez féminins d’aspect mais c’est toujours les plus vilains qui la ramène !!!

  • Bruno , 5 Sep 2013 à 16:04 @ 16 h 04 min

    Il a bien fait , et c’est du racket légal. Il doit aller au tribunal. C’est évident que cela gêne son business et dérange les autres clients .

  • Bruno , 5 Sep 2013 à 16:05 @ 16 h 05 min

    Pour mettre fin il suffisait de faire des soirées privées pour ces client ce jour la et l’affaire auraient été entendue

  • Républicain non aliéné , 5 Sep 2013 à 17:33 @ 17 h 33 min

    La preuve qu’il a eu raison, ces trans ont bel et bien nui à son entreprise vu ce qu’il paye. Il aurait du se contenter de les exclure sous un autre prétexte, l’honnêteté ne paie jamais avec ces gens-là.

  • Robert , 5 Sep 2013 à 18:38 @ 18 h 38 min

    Mentalement dérangés, mais les pieds sur terre pour pleurnicher et dénoncer, quitte à inventer, avant de passer à la caisse. Le cul et le pognon, vieux ressorts des appétits humains.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen