Manifestations en Ukraine : un point de vue ukrainien

Les Ukrainiens qui sont aujourd’hui dans la rue ne manifestent pas tant pour rejoindre l’Europe que pour se séparer d’une Russie despotique et agressive vis-à-vis de ses voisins. Ils manifestent pour une Ukraine réellement indépendante et pour rompre définitivement avec l’époque soviétique.

J’ai interrogé mes amis ukrainiens résidant à Varsovie, qui ont beaucoup de proches et d’amis parmi les manifestants, sur les raisons qui, à leur avis, ont fait sortir des centaines de milliers de leurs compatriotes dans la rue après le refus de l’Ukraine de signer l’accord d’association avec l’Union européenne. Un accord qui n’a donc été signé que par la Géorgie et la Moldavie. Était-ce si important pour l’Ukraine de signer cet accord ? Après tout, il ne garantit en rien une adhésion future, et pourquoi d’ailleurs les Ukrainiens voudraient-ils rejoindre l’UE alors que les gens qui y sont déjà se plaignent de plus en plus des eurocrates de Bruxelles ? L’Ukraine dont le principale partenaire commercial est la Russie n’a-t-elle pas plus à perdre qu’à gagner sur le plan politique et économique ? Quel avenir pour le soulèvement populaire ?

Par rapport à la Révolution Orange de 2004-2005, la révolte actuelle manque cruellement de vrais leaders. Président de 2005 à 2010, après la révolution qui avait fait annuler les élections truquées devant porter Viktor Ianoukovytch à la présidence avec le soutien de la Russie (1), Viktor Iouchtchenko a été très affaibli par les attaques répétées de l’ex-Premier ministre Ioulia Tymochenko, elle aussi proche du pouvoir russe et corrompue. C’est en tout cas la vision de mes amis ukrainiens qui ne sont d’ailleurs pas pressés de la voir sortir de prison, convaincus qu’ils sont de sa culpabilité. Pour eux, les Ukrainiens qui protestent contre « l’option russe » choisie par le pouvoir actuel ne demandent pas la libération de Tymochenko et ils ne comprennent pas pourquoi l’Union européenne a fait de cette libération une des conditions à la signature de l’accord d’association. De leur côté, les leaders actuels de l’opposition ne semblent pas rassembler autant que Iouchtchenko et Tymochenko à l’époque de la Révolution Orange. Malgré tout, les manifestants croient fermement pouvoir obtenir la démission du gouvernement et un retour de l’Ukraine à la table des négociations avec l’UE en vue de signer l’accord d’association.

Étant donnée que parmi les proches de mes amis ukrainiens descendus dans la rue, il y a aussi des prêtres catholiques, uniates et orthodoxes et que, mis à part l’Église orthodoxe russe en Ukraine, les Églises ukrainiennes (2) soutiennent les manifestants et leur donnent refuge, je leur ai demandé pourquoi les Ukrainiens veulent se rapprocher d’une UE de plus en plus gauchiste, pro-LGBT, pro-idéologie du genre, pro-avortement, anti-famille, christianophobe, etc. Et pourquoi ils ne préfèrent pas une Russie perçue par certains, notamment en France, comme un pays orthodoxe, conservateur, qui prend aujourd’hui la défense des chrétiens en Syrie et ailleurs. Mais telle ne semble pas être la vision d’au moins une partie du peuple ukrainien. La Russie de Poutine est perçue en Ukraine, ou par une partie de l’Ukraine, comme un État policier dirigé d’une main de fer par le FSB, l’héritier du KGB (ce qui est d’ailleurs un fait : les officiers et ex-officiers du KGB/FSB sont très présents à tous les niveaux du pouvoir russe, à commencer par Vladimir Poutine lui-même). Son ingérence politique pendant la Révolution Orange et aujourd’hui, mais aussi ses ingérences et interventions militaires dans d’autres pays voisins, anciennes républiques de l’Union soviétique, comme la Géorgie ou la Moldavie, ses pressions par le biais du gaz russe, dont les fournitures sont bloquées ou dont les prix s’envolent en fonction des différends politiques entre la Russie et les pays où Gazprom bénéficie d’un monopole, le passé tsariste et soviétique (l’Ukraine commémorait le 23 novembre le 80e anniversaire de la Grande Famine de 1932-33, un génocide perpétré par Staline qui a tué, selon les estimations, plus de 7 millions d’Ukrainiens (3)) tandis que la Russie continue de protéger ses criminels communistes et a remis au goût du jour, depuis l’arrivée de Vladimir Poutine au pouvoir, la version soviétique de l’histoire : tout cela concourt à rendre les voisins de la Russie plutôt nerveux. Les Ukrainiens ont pourtant élu Ianoukovytch en 2010, fais-je remarquer. Et c’est un fait que l’est du pays, russophone, proteste moins aujourd’hui et qu’il soutient plus massivement le Parti des Régions du président ukrainien. « Ils ne s’informent que par la télévision et son nourris de propagande », me dit-on. « C’est aussi la conséquence de la politique de Ioulia Tymochenko qui a complètement bloqué l’action du président précédent, Iouchtchenko, et qui a fait que beaucoup d’Ukrainiens ont été déçus par la Révolution Orange. »

Je demande encore à mes amis ce qu’évoquent pour eux ces drapeaux rouges et noirs que l’on voit flotter ici et là au-dessus des têtes des manifestants, des drapeaux de l’UPA, l’organisation nationaliste ukrainienne qui a mené pendant la Deuxième guerre mondiale, lorsque l’Ukraine était occupée par l’Allemagne nazie, une politique d’extermination des Juifs et des Polonais (quelques explications ici). Mais cet aspect peu glorieux de l’histoire de la lutte des Ukrainiens pour leur propre État est peu connu en Ukraine et il est aujourd’hui nié ou bagatellisé par l’historiographie ukrainienne comme il l’a été par l’historiographie soviétique.

Quant aux aspects économiques des négociations de l’accord d’association, la Russie a déjà fait payer très cher à l’Ukraine sa tentative de rapprochement avec l’Union européenne en bloquant certaines importations, en intensifiant les contrôles douaniers, causant l’apparition de longues files d’attente aux frontières entre la Russie et l’Ukraine, et en expulsant de nombreux citoyens ukrainiens de son territoire. Vladimir Poutine promettait encore d’autres sanctions si l’Ukraine avait finalement signé l’accord d’association au sommet de Vilnius.

« Vous voudriez malgré tout que l’Ukraine se rapproche de l’UE » ?, me suis-je enquis. « Nous voudrions surtout que l’Ukraine soit seule, sans la Russie. Nous ne savons pas si cet accord d’association est si important que cela. Les gens ne savent pas non plus si un rapprochement avec l’UE apportera la prospérité à l’Ukraine, mais ils veulent s’arracher à la dictature de la Russie. Ils ne veulent pas que l’Ukraine soit comme la Biélorussie. »

Pour mes amis ukrainiens, la Russie poutinienne n’est pas si différente de la Russie soviétique qu’il n’y paraît et c’est elle qui a besoin de l’Ukraine pour y faire du business, mais aussi pour réaliser sa politique impérialiste, comme elle l’a fait en Géorgie. Les gens qui protestent dans la rue ne désirent pas tant se rapprocher de l’Union européenne qu’achever le processus d’indépendance commencé lors de la désintégration de l’Union soviétique. Ils veulent que l’Ukraine devienne un État européen vraiment indépendant dont la politique ne sera plus sous l’influence oppressante de Moscou.

Photo : Flickr.com/mac_ivan/CC

1. Viktor Iouchtchenko a même été empoisonné en 2004 et les services secrets russes sont soupçonnés d’avoir au moins participé à cette tentative d’assassinat.
2. Église gréco-catholique ukrainienne, Église catholique romaine ukrainienne et Église orthodoxe ukrainienne
3. En hiver 1932-33, pour écraser la résistance des Ukrainiens trop attachés à leur terre face à la collectivisation, toutes les réserves de nourriture et de grain ont été confisquées, les champs encerclés par le NKVD (le prédécesseur du KGB), avec interdiction de s’en approcher. Les trains aussi étaient étroitement surveillés pour empêcher les Ukrainiens affamés de partir. Les gens mouraient lentement de faim. Hommes, femmes, enfants, vieillards. Des unités spéciales du NKVD venaient chercher les corps. Les Ukrainiens affamés qui essayaient de cueillir de la nourriture dans les champs malgré l’interdiction étaient tués d’une balle dans la tête. Le grain pris aux Ukrainiens était exporté à l’Ouest par millions de tonnes. L’Ouest savait et commerçait malgré tout. Sept millions de personnes sont mortes de faim pendant l’hiver 1932-1933 en Ukraine et c’était à ce moment-là le programme d’extermination le plus efficace jamais vu dans l’histoire de l’Humanité.

Autres articles

50 Commentaires

  • Matt , 5 Déc 2013 à 13:04 @ 13 h 04 min

    Très bonne et très juste analyse, beau travail!!

  • Zinoviev , 5 Déc 2013 à 13:34 @ 13 h 34 min

    Le problème avec les Ukrainiens, c’est que c’est un peuple au moins aussi divisé que le peuple de France, sur cette fameuse dichtotomie que l’on connait bien depuis un peu plus de 220 ans. C’est pourquoi je suis assez fatigué de leurs éternels pleurnicheries…”ouin ouin, la Russie est trop méchante”…J’ai quelques ukrainiens en bonnes connaissances, un autre dans ma famille…la plupart sont d’un esprit bobo assez particulier, très peu conscients des enjeux, très interessés par le confort facile, le libéralisme ou plutot l’idée qu’ils s’en font, l’individualisme tranquille…bref, de l’esprit moderne de bas étage.

    Ce qui discrédite tout cette analyse, c’est la dernière justification historique qui est donnée en toute fin, l’holodomor qui serait la grande faute originelle des Russes…des Russes vous dites ? Demandez donc à Soljentsine qui est responsable de la révolution bolchévique, de l’Holodomor, des 40 millions de morts, qui contrôlait les goulags…? Ce genre de vérités, tout le monde les nient aujourd’hui, sauf les plus grands érudits de ce siècles qui sont curieusement ignorés dès qu’ils parlent des réalités de l’Union Soviétique.

    Toute la discorde ukraino-russe part de là, un peu comme d’autres grands tabous peuvent exister chez nous. Tant qu’on se base sur cette vision tronquée et idéalisée, aseptisée de l’Histoire, toutes les pleurnicheries de ces bobos ukrainiens, je les méprise en bloc.

    Qu’ils entrent donc dans l’UE si ça leur chante, qu’ils se fassent envahir de FEMEN, de révolutionnaires orange, d’élites politiques mondialistes qui les acheveront au bout de dix ans de gouvernance..

    http://france-licratisee.hautetfort.com/tag/holodomor

  • zaan , 5 Déc 2013 à 13:50 @ 13 h 50 min

    on est ici sur un site nationaliste, protectioniste, antimondialistes.
    et des ukrainiens qui manifestent pour dire qu’ils veulent faire parti de l’europe, vous voyez ça comme un cri d’amour pour la patrie, un désir d’etre indépendant des autres pays.
    mais comment est ce possible d’etre si peu objectif et autant manipulateur.

  • Eric Martin , 5 Déc 2013 à 13:51 @ 13 h 51 min

    Désolé mais ce site n’est ni nationaliste ni protectionniste…

  • pas dupe , 5 Déc 2013 à 13:53 @ 13 h 53 min

    J’ai un petit avis différent. Les drapeaux européens montrent bien l’ingérence de l’Europe dans cette partie du monde que Poutine voudrait conserver pour reconstituer son pays avec les frontières de l’URSS ! Et, où les Ukrainiens voient-ils qu’ils ne seraient pas dans une autre dictature en intégrant l’Europe ? Je crois qu’ils rêvent !
    Par ailleurs la Chine et la Russie, en gros les BRICs, veulent se séparer du dollar ; ce qui représente un danger pour le pays à la planche à billets ! Et le passé nous a démontré que lorsque un pays veut se séparer du dollar, son dirigeant à quelques soucis ! Il suffit de regarder ce qui s’est passé en Irak et en Libye !
    Donc il est intéressant de constater que depuis que la Russie a voté la loi qui interdit à ses politiques d’avoir un compte à l’extérieur de la Russie, de même que d’avoir un compte en dollars, ou des dollars, l’Ukraine bouge !!

  • Zinoviev , 5 Déc 2013 à 14:06 @ 14 h 06 min

    Tout à fait Eric.
    NDF a tout à fait le droit de publier ce qu’il veut et à ce que je sache, ne s’est jamais proclamé nationaliste ou protectionniste. Ca n’empeche que c’est un excellent site.

  • Frédérique , 5 Déc 2013 à 14:20 @ 14 h 20 min

    Comme à l’époque de la guerre froide, les USA et la Russie se disputent les pays européens et tous les coups sont permis. L’U.E, comme elle est construite aujourd’hui est pro-atlantiste et si les pays européens de l’Est la rejoignent , ils n’y trouveront ni amélioration de leurs conditions de vie, ni liberté, ni indépendance, ils sortiront juste d’une tutelle autoritaire pour retomber sous une autre identique. Il faut que les peuples des pays européens de l’Est le sachent, afin de ne pas déséquilibrer les rapports de force entre USA et Russie en entrant dans l’U.E, car ce serait faire un grand pas vers la destruction des nations européennes, et une gouvernance mondialiste.
    Les nations d’Europe de l’Ouest doivent se débarrasser de l’U.E et retrouver leur souveraineté pour offrir un cadre démocratique et respectueux des droits de l’homme aux pays de l’Est, où seuls seront tolérés les accords commerciaux, des accords de défense commune et un traité de non-ingérence des politiques intérieures. Une Europe des nations libres, pas une Europe vassale d’une grande puissance.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen