Les défenseurs du droit à la vie et des libertés fondamentales ont gagné une bataille importante au Parlement européen contre le lobby de l’avortement et les velléités totalitaires de la gauche

[Mise à jour : titre modifié après plusieurs suggestions de lecteurs (voir la discussion sous l’article)]

Alors que la collecte des signatures en faveur de l’Initiative citoyenne européenne Un de Nous s’achevait le 1er novembre à minuit avec près de 1,8 millions de signatures, soit près du double de ce qui était exigé pour imposer son examen par la Commission européenne, la contre-offensive du lobby de l’avortement et des idéologues du genre au Parlement européen s’est soldée par un échec avec le renvoi en commission parlementaire le 22 octobre de la proposition de résolution « Estrela ». Ce texte est sans doute un des plus bizarres et des plus dangereusement extrémistes de ce parlement dont le mandat prendra fort heureusement fin l’année prochaine. Il sera probablement remplacé par une assemblée nettement plus euroraisonnable à en croire les sondages dans plusieurs grands pays européens, France comprise.

Proposée sous forme de Rapport sur la santé et les droits sexuels et génésiques (les droits reproductifs en novlangue, ndlr) par la « Commission des droits de la femme et de l’égalité des genres » (l’égalité des sexes en novlangue, ndlr), portant le nom de la rapporteuse Edite Estrela, une socialiste portugaise membre de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen (le groupe dont font partie les socialistes français), cette résolution avait pour but avoué de contrer l’Initiative citoyenne européenne Un de Nous qui veut interdire aux institutions européennes de financer les avortements et la recherche sur les embryons (plus d’explications dans cet article). Le renvoi en commission du rapport Estrela équivaut très probablement à son enterrement puisque les travaux du parlement actuel seront clos en avril 2014 et qu’il n’est désormais plus permis de déposer de nouveaux rapports pour le vote de résolutions. C’est un succès personnel pour l’eurodéputé FN Bruno Gollnisch qui a imposé avec le soutien du groupe des Conservateurs et réformistes européens un vote sur le renvoi de ce rapport en commission, un vote que la gauche antidémocratique du PE aurait voulu éviter.

Le rapport Estrela affirme parmi d’autres inepties qu’il existerait un droit international à l’avortement et il demande par conséquent aux États membres de garantir un libre accès aux prestations d’infanticide prénatal, y compris sans l’accord des parents pour les jeunes filles mineures. Il milite également, conformément aux recommandations délirantes de l’OMS, pour une éducation sexuelle et une éducation à l’idéologie du genre obligatoire dès l’école primaire toujours sans que les parents puissent s’y opposer. Bien entendu, la résolution avancée par les socialistes avec le soutien de l’extrême-gauche rouge-verte n’aurait aucun caractère contraignant puisque l’Union européenne n’est pas compétente pour les questions d’avortement et d’éducation sexuelle, mais il s’agit d’empiéter toujours un peu plus sur les compétences des États et de mettre la pression sur les pays récalcitrants au programme du lobby de l’avortement financé par de grandes firmes pharmaceutiques et au programme gendériste du lobby LGBT. Il s’agit aussi de donner une orientation pro-avortement et pro-idéologie du genre à l’action extérieure de l’UE, afin de contrer de manière préventive l’impact potentiel de l’initiative Un de Nous sur les politiques de l’UE dans le monde.
Mais les droites, pour une fois à peu près unies, ont bloqué cette nouvelle offensive liberticide de la gauche et il faut s’en réjouir. Au Parlement européen, 351 députés ont voté pour le renvoi du rapport Estrela en commission, 319 ont voté contre, exprimant ainsi leur soutien pour le rapport, et 18 se sont abstenus (voir ici qui a voté pour et qui a voté contre parmi les eurodéputés français).

Un des auteurs du rapport, l’eurodéputé travailliste britannique Micheal Cashman, un des grands défenseurs de la cause LGBT à Bruxelles, dévoile la stratégie de ce lobby et des partisans d’un accès toujours plus libre à l’avortement : il s’agit de mener un véritable blitzkrieg, une guerre éclair à tous les niveaux de la société et à tous les niveaux du pouvoir pour passer en force. Les défenseurs du droit à la vie et des libertés fondamentales trouveront du réconfort dans le fait que M. Cashman se plaint amèrement des succès de l’offensive menée sur tous les fronts par ceux qu’il appelle les sociaux-conservateurs (social conservatives), sans doute pour les distinguer des Conservateurs de David Cameron qui n’ont plus de conservateurs que le nom (ce qui est une des raisons des succès récents de l’UKIP).
Grégor Puppinck, directeur de l’ECLJ[1] et président de l’Initiative citoyenne européenne Un de Nous, confirme que le projet de résolution Estrela portait de très graves atteintes aux droits fondamentaux, en particulier à la vie, à la liberté de conscience et aux droits des parents, et que l’Initiative Un de Nous sort renforcée du renvoi du rapport en commission. Il appelle toutefois à rester vigilants.

 


[1] European Center for Law and Justice

Autres articles

32 Commentaires

  • LC71 , 6 Nov 2013 à 9:51 @ 9 h 51 min

    Et si oui, dans ce cas pourquoi limiter ce droit aux femmes enceintes et ne pas permettre à chacun de tuer son prochain ?

  • Charles , 6 Nov 2013 à 10:19 @ 10 h 19 min

    LC71

    D’un point de vue logique et théologique
    vous avez entièrement raison.
    Je pense comme vous.

    D’un point de vue stratégique, tactique
    et pratique vous avez tout faux.

    Depuis 1974 soit 40 ans,la position théologique a prévalu dans les milieux
    anti abortif avec les excellents résultats
    que tout le monde connait.
    A savoir un résultat zéro de zéro.

    Je soupçonne même nos évêques maçonniques de volontairement privilégier cette approche “pure et sans tache ”
    qui est un cul de sac depuis 40 ans.

    Il s’agit donc de faire un choix tactique
    entre A & B:

    A-S’attaquer à la porte centrale
    de la citadelle abortive ou
    B-S’attaquer à l’une des portes latérales…

    Attaquer la porte centrale sur le principe du droit légal d’avorter revient à conforter les forces abortives qui dénoncent une “violence”

    Attaquer la porte latérale sur le principe
    même invoqué par les abortifs,cela signifie les prendre à leur propre piège.

    A savoir,les jeunes femmes enceintes
    entre 15 & 25 ans (50% des avortements) qui se trouvent sous astreinte de formation,sont elles réellement libres de choisir entre A & B.
    A comme Avorter et B comme Bébé ???

    Dans la mesure ou aucune alternative ne leur est offerte de poursuivre simultanément leur cycle éducatif et leur cycle enfantement..

    La bêtise et la naiveté des cathos cruches (dont je fût) est sidérante sur ce sujet fondamental.

  • Charles , 6 Nov 2013 à 10:23 @ 10 h 23 min

    Ce sont les forces de la farce de Cikolas Narkozy.
    L’homme au Karcher 2007/2012.

  • de Kercohan , 6 Nov 2013 à 11:55 @ 11 h 55 min

    ” On ne lâche rien “, c’est aussi bien et au moins ça nous appartient !

  • xtemps , 6 Nov 2013 à 11:57 @ 11 h 57 min

    L’important c’est de reprendre la démocratie,par les peuples,des mains des groupes totalitaires gauches,droites et compagnies,qui décident toujours entre eux,sans jamais demander aux peuples leurs avis,les obligés aux votes d’initiatives populaires,pour continuer ou pas cette Union Européenne,qui a fait tant de mal aux peuples Européens.

  • lhemeu , 6 Nov 2013 à 12:02 @ 12 h 02 min

    Charles ,
    Partiellement vrai . Il serait préférable d’enseigner à l’école – sans partialité si c’est possible , ni par un catho frénétique , ni par LGJe ne sais quoi , – les inconvénients des IVG (considérables séquelles hors circuit médical ,et qqfois dans le circuit .) Et les regrets qu’on peut en avoir éventuellement . Pas toujours .
    Et aussi : DE L’AIDE . A tous points de vue . Finances , logistique …

    Mais la liberté doit rester . Et quand vous dites , l’enfant qu’elles ont conçu , elles ne l’ont pas conçu seules . Quelle est l’obligation pour le violeur , ou le familier incestueux ?
    Vous vous rappelez peut-être du cas de cette petite fille de neuf ans abusée par son beau-père .Les jumeaux qui s’annonçaient mettaient sa vie en péril . Sa mère a fait pratiquer une IVG . L’évêque de Sao-Quelque chose l’a excommuniée , mais pas le beau-père , car son crime était moins grand …. Ce jour-là , je me suis dit , fini , la pseudo-morale . Heureusement pour l’honneur de l’Eglise , plusieurs religieux se sont élevés contre ce détestable discours .

  • Frédérique , 6 Nov 2013 à 12:13 @ 12 h 13 min

    Il est maladroit de reprendre les symboles des révolutions populaires passées pour illustrer celles à venir, tout au moins tant que nous n’aurons pas gagné la bataille contre la propagande “gauchiste”.
    Les révoltes et révolutions populaires ont toutes été détournées par une idéologie totalitaire se faisant appeler “socialisme” alors que de “sociale” peu il y avait au début et plus du tout à l’arrivée.
    Contrairement à ce que l’on pourrait croire les peuples ne sont pas politisés, ils se révoltent contre les injustices, les mauvaises conditions de vie ou lorsque l’on menace, comme aujourd’hui, leur civilisation, leur nation, leur famille, mais pas pour une idéologie. Pour ne pas ajouter à la confusion, n’employons pas de slogans, de symboles révolutionnaires déjà récupérés par un système totalitaire, pas avant d’avoir rétabli la vérité.

Les commentaires sont fermés.