Le droit à l’autodéfense fait son chemin dans l’opinion américaine

Selon un sondage Gallup réalisé les 17-18 septembre 2013, le pourcentage d’Américains favorables à une législation plus restrictive en matière de vente d’armes à feu diminue fortement par rapport à la précédente enquête d’opinion des 19-22 décembre 2012, fortement impactée par la tuerie de l’école de Newtown – une gun free area où n’importe quel tueur est assuré qu’il ne trouvera pas la moindre résistance, passant de 58% à 49% (-9 points).

À l’inverse, le nombre de citoyens qui souhaitent une législation moins restrictive double en moins d’un an : 13% contre 6% (+7 points). Les partisans d’un maintien de la situation actuelle sont également plus nombreux : 37% contre 34%.

Réalisée par Gallup une ou plusieurs fois par an (en fonction de l’actualité) depuis 1990, cette enquête montre que l’autodéfense ne cesse de gagner des partisans. Ainsi, un sondage réalisé les 9-11 janvier 2004 donnait 60% d’Américains favorables à une législation plus stricte, 6% pensant le contraire et 34% de partisans du statu quo. Les 10-11 septembre 1990, un sondage Gallup révélait que 78% des Américains étaient favorables à des lois plus sévères, que seulement 2% pensaient le contraire tandis que 17% des citoyens se satisfaisaient de la législation du moment.

Plus précisément, les 19-22 décembre 2012, 24% des Américains étaient favorables à l’interdiction du pistolet à la maison, sauf pour les forces de l’ordre (74% défavorables) contre 60% les 23-28 juillet 1959 (36% défavorables).

La possession d’une arme à la maison est, elle, en légère baisse sur 50 ans. Ainsi, en 1960, 49% des Américains déclaraient avoir une arme à la maison. En 2013, ils ne sont plus que 43%.

Il est possible que la pression médiatique gauchiste et à visée culpabilisatrice ainsi que la progression de la criminalité n’incitent toutefois pas à déclarer la possession d’une arme au domicile, donc que ce pourcentage soit sous-évalué.

 

Articles liés

21Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • J. Elsé , 7 octobre 2013 @ 15 h 58 min

    Si on faisait un sondage concernant l’autorisation d’avoir des armes dans les “banlieues” on aurait 100% de partisans à la possession d’arme. Si on demandait combien ont une arme (toujours dans les même “banlieues”) la réponse serait 0%… Et bien sûr, les services de police qui annoncent qu’il y aurait 500 000 Kalachnikof dans les “banlieues” ne le font que pour nous faire peur.

  • Bernard , 7 octobre 2013 @ 16 h 14 min

    Croyez vous que les FRançais souchiens, ne pensent pas la même chose ?
    Mais comme vous l’écrivez =
    > Il est possible que la pression médiatique gauchiste et à visée culpabilisatrice…..
    Donc, encore et toujours cette gauche, ICI et ailleurs, vient em……. le monde !!!!
    ** Vite, virons les rapidement, sans re mettre l’ UMP à la place : elle fait de même !!

  • V_Parlier , 7 octobre 2013 @ 16 h 32 min

    Certes, la possession massive d’armes à feu révèle une situation globale malsaine et apparait comme l’ultime et triste solution du désespoir, rendant plus probables les massacres en masse. Mais quand chacun se rend compte que seuls les gens normaux ne possèdent pas encore d’arme dans leur quartier, la conclusion est qu’il n’y a plus rien à perdre à ce que tout le monde en possède. C’est aussi simple que çà, et le vrai problème est en amont. Le hic, c’est qu’une fois que cette situation est établie il est hélas impossible de faire marche arrière: Personne ne sera partisan d’une loi qui n’obligera dans la pratique que les gens honnêtes à rendre leurs armes.

  • Luc+ , 7 octobre 2013 @ 17 h 01 min

    YES WE CAN !

  • bataille de Tourtour , 7 octobre 2013 @ 19 h 00 min

    Mirabeau:” Tout citoyen a le droit d’avoir chez lui des armes et de s’en servir,soit pour la défense commune,soit pour sa propre défense,contre toute agression illégale qui mettrait en péril la vie,les membres ou la liberté d’un ou plusieurs citoyens ” (Proposition d’un article lors de la rédaction de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen).

  • Daniel , 7 octobre 2013 @ 23 h 51 min

    La défense commence déjà par désarmer l’agresseur, c’est dire lui interdire le port d’arme à feu.

    Toute arme à feu devrait être absolument interdire, seule les autorités publiques chargées de la paix devraient pouvoir en disposer.

    Ce ne sont pas les victimes qui achètent des armes, mais les assaillants.

    En France, les chasseurs ont un port d’arme. Quand je vois un chasseur vouloir flinguer un patou d’un berger qui gardait des moutons, et dont le seul défaut était de gueuler auprès des autres chiens du chasseur concerné, je me dis que cette personne :
    – n’a pas à avoir d’arme à feu
    – et n’a aucun courage, parce que lorsqu’on a des couilles, on a pas peur d’un chien (surtout qu’un patou n’attaque pas, il ne fait que gueuler, au pire, il suffit juste de lever la main en l’air dans sa direction et le chiens recule )

    Je n’accepte pas, quand je vais en montagne, de devoir croiser des gens qui ont des armes à feu, même si ce ne sont que des fusils de chasse, parce que votre seule défense reste le seul réflexe de conscience et de sagesse des détenteurs de port d’arme.

    Sinon, je vais faire comme Eric Martin : si pour me promener en montagne je dois rencontrer des gens armés d’armes à feu, je réclame le droit de posséder une kalachnikov ainsi qu’un lance-roquette, au titre du droit légitime à pouvoir me défendre.

    La possession d’arme ne règle pas le problème de la violence, il ne fait que l’amplifier.

    Ce sont toujours les assaillants et les délinquants les plus agressifs, ce n’est pas une question d’arme, mais de mentalité.
    Si vous vous imaginez que le fait de posséder des armes à feu va assurer votre défense, vous faîtes office de demeurés éternellement naïfs : les délinquants sont les premiers à pouvoir s’adapter à la hausse du taux de violence et d’agressivité.
    Ce n’est pas le plus fort ou le plus armés qui gagne, mais le plus fou.

    En étant armés, vous pensez que l’assaillant potentiel va vous dire “Coucou, je viens t’agresser”.
    Non, il va savoir que vous êtes armés, et la première précaution sera de vous éliminer. Si quelqu’un veut vous causer du tort, si cette personne sait qu’elle ne peut régler cela par l’agression directe à arme interposer, il utilisera la ruse, elle s’en prendra aux être qui vont sont les plus chers, elle vous agressera là où vous vous y attendrez le moins.

    Vaut mieux encore une bagarre à coup de pied et de poing lors d’une rixe, plutôt que l’échange de balles dans la rue, dont certaines pourraient atteindre des personnes non concernées.

  • Bruno , 8 octobre 2013 @ 1 h 21 min

    Pas d’accord avec vous , sachant que la majorité des délinquants sont armés et ce foutent des personnes qu’ils agressent . Il est plus que préférable d’avoir sont fusil à pompe et de défendre sa famille et ses biens . Une bonne balle en caoutchouc ne fait pas de mal et remet les idées en place.

Les commentaires sont clôturés.