L’initiative citoyenne européenne «Un de Nous» progresse rapidement malgré l’apathie des Français

L’initiative citoyenne européenne Un de Nous, dont le but est d’interdire à l’Union européenne de financer la recherche sur l’embryon et les avortements, y compris les avortements forcés dans des pays comme la Chine et l’Inde, a déjà rempli la première condition pour adresser une proposition législative directement à la Commission européenne : dans 7 pays de l’UE, le seuil minimum de signatures a déjà été atteint. Ces pays sont la Hongrie (291,99 % du nombre minimum de signatures déjà recueillies début juin), l’Italie (287,52 %), la Pologne (267,29 %), l’Autriche (202,39 %), la Slovaquie (184,14 %), l’Espagne (101,26 %) et les Pays-Bas (100,25 %). Le nombre de signatures exigé dans chacun des 7 pays requis pour que l’initiative citoyenne soit recevable est égal au nombre d’eurodéputés du pays multiplié par 750. La deuxième condition pour contraindre la Commission à prendre en compte ce projet citoyen visant à modifier le droit européen et à faire une proposition législative au Parlement européen et au Conseil, c’est d’obtenir au moins un million de signatures en tout d’ici au 1er novembre 2013. En ce début de mois de juin, le demi-million est déjà dépassé !

Les Français ne semblent pas être les Européens qui se sentent les plus concernés par la protection du droit à la vie dès la conception puisque le seuil minimum des soixante mille Français pour que notre pays contribue au critère du nombre de pays en faveur de l’initiative n’a toujours pas été dépassé alors que l’Alliance Vita, la Fondation Jérôme Lejeune, les Associations Familiales Catholiques et le Comité Protestant Évangélique pour la Dignité humaine joignent leurs forces depuis le mois de février pour faire signer cette initiative citoyenne européenne.

Or, même s’il est probable que le seuil des un million de signatures de citoyens européens sera atteint, il est évident que plus le nombre de signataires sera important, plus la pression sera forte sur la Commission et sur les eurodéputés. Des eurodéputés qui, en juillet 2012 – après l’affaire de la Chinoise Feng Janmei victime d’un avortement forcé au 7e mois de sa grossesse et dont la photo, avec son bébé ensanglanté à ses côtés, avait fait le tour du monde -, rejetaient un projet de résolution des groupes ECR (conservateurs) et PPE (centre-droit) visant à condamner de manière univoque les avortements forcés et à faire contrôler par la Commission européenne les organisations pro-avortement grassement financées par l’UE (à hauteur de 86 millions d’euros entre 2007 et 2013), dont certaines sont soupçonnées de financer des avortements forcés. Les organisations qui pratiquent ou soutiennent les avortements à grande échelle et que l’UE finance généreusement sont notamment le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP)  la Fédération Internationale du Planning Familial (IPPF) et Marie Stopes International (MSI). Ceci est fait sous le couvert de la «santé reproductive et sexuelle» en violation du fait que l’avortement ne fait pas partie des domaines de compétence de l’Union européenne et que certains pays membres interdisent cette pratique criminelle sur leur territoire.

Certaines des organisations subventionnées sont soupçonnées de financer des avortements forcés dans des pays comme la Chine et l’Inde puisqu’une partie des fonds européens sont ensuite transmis à des organisations de planning familial dans ces pays. Ainsi, même si l’Union n’a plus le droit depuis 2011 de financer des organisations impliquées dans des programmes d’avortements forcés, il se peut que l’argent du contribuable européen continue de financer de telles pratiques.

L’initiative « Un de Nous »  veut interdire formellement le financement par l’UE de tous les types d’avortements, et d’une manière générale de toute pratique portant atteinte à la vie et à la dignité des personnes dès leur conception. Il s’agit donc aussi d’interdire tout financement par le budget européen de la recherche sur les embryons humains. Bizarrement, la version française du site de l’initiative citoyenne européenne «Un de Nous» met surtout l’accent sur l’interdiction de la recherche sur les embryons et évite de mentionner la question de l’interdiction qui serait faite aux institutions européennes de financer les organisations impliquées dans la réalisation d’avortements.

Comment signer l’Initiative Citoyenne Européenne «Un de Nous»?

  • Sur internet : http://www.undenous.fr/
  • Sur le formulaire papier autorisé par la Commission européenne, à faire photocopier en nombre pour diffusion, ainsi que le tract. Indiquez votre nom et prénom, résidence permanente, date de naissance, nationalité, numéro de la carte d’identité, la date et signez. La récupération de votre adresse est strictement interdite par la réglementation visant la mise en œuvre de l’initiative citoyenne européenne. Une fois complétés, ces formulaires doivent être envoyés à la Fondation Jérôme Lejeune, Opération Un de Nous, 37 rue des Volontaires à 75015 Paris (France).

Pour en savoir plus, lire la présentation de l’initiative citoyenne européenne «Un de Nous» ou aller sur le site www.undenous.fr ou www.oneofus.eu pour les autres langues (avec des informations plus complètes que dans la version française).

Autres articles

15 Commentaires

  • patrhaut , 9 Juin 2013 à 23:29 @ 23 h 29 min

    mais c’est signé depuis un moment !

  • MCT. , 10 Juin 2013 à 0:05 @ 0 h 05 min

    Oui, moi aussi, mais il faut diffuser et inciter tant et plus.
    Merci pour l’article.

  • monhugo , 10 Juin 2013 à 0:41 @ 0 h 41 min

    Moi aussi ! Pétition sérieuse, puisque obligation de fournir un n° de pièce d’identité.

  • MCT. , 10 Juin 2013 à 0:47 @ 0 h 47 min

    Exact. (pour la pièce d’identité)
    Peut-être faut-il l’imprimer et la faire signer autour de nous par les personnes n’ayant pas internet.

  • Tintin , 10 Juin 2013 à 1:10 @ 1 h 10 min

    Nous ne devons pas participer à cette initiative, car elle n’a pas pour but de protéger l’enfant, mais de justifier la légalité de l’Union Européenne.

    Il s’agit là d’une technique volontaire ou involontaire, pour intégrer nos mouvements à l’Union Européenne et justifier la fausse légitimité de l’illégal commission européenne.

    Les peuples d’Europe votaient non à la constitution européenne pourtant adoptée et renommée traité de Lisbonne, traité qui est lui-même violé puisque la Banque Centrale Européenne gouverne maintenant en roue libre en ne respectant plus aucune loi, même pas le traité de Lisbonne !

    Comment croire alors que cette initiative légaliste peut avoir un quelconque poids, alors que l’Union Européenne est une dictature qui fonctionne selon le droit coutumier oligarchique et franc-maçon ?

    Plus aucun compromis avec l’ennemi.

    Plus aucun compromis avec Washington.

    Plus aucun compromis avec l’Union Européenne.

    Plus aucun compromis avec la République.

    Ne participez pas à cette initiative, entrer en résistance, pour bâtir un nouvel age d’or, en résistance et en dissidence.

    Ne permettez plus que la dictature puisse prendre nos rues comme ici à Los Angeles il y a quelques jours, où la police fit régner la terreur dans les rues sans qu’aucun citoyen ne réagisse ni n’use de la légitime défense :

    http://www.youtube.com/watch?v=VvMkG3_ocaQ

    La terreur doit changer de camps.

    Nos tyrans doivent éprouver la terreur, plus le peuple.

    Le 14 Juillet, réveiller nos soldats, en ne permettant plus qu’ils servent la dictature sur les Champs Elysées.

    Le 14 juillet, prenez familialement l’avenue.

    Si vous ne le faites pas, si vous demeurez passifs, isolés, peureux ou lâche, voilà, ceux qui vont s’occuper de vous :

    http://www.youtube.com/watch?v=VvMkG3_ocaQ

    Lorsque le nouvel ordre mondial a préparé le génocide des serbes du Kosovo et l’éclatement de la Yougoslavie pour en prendre le contrôle, les mêmes préparatifs pouvaient être observés dans les rues, les exercices de terreur dans le rues et la censure des médias.

    Alors le 14 juillets, les Champs Elysées l’armée ne doivent pas appartenir à l’armée, mais AU PEUPLE.

    Nos rues, nos pavés, ne doivent pas appartenir au régime ou la franc-maçonnerie, mais AU PEUPLE.

    Ne soyez pas lâche, frondez, bâtissez.

    Soyez illégaux, soyez légitimes.

    SOLIDARNOSC

  • Tintin , 10 Juin 2013 à 1:15 @ 1 h 15 min

    Ps :

    Il faut donc poursuivre cette initiative, mais en sédition, en dehors du contexte européen.

    Il faut donc poursuivre cette pétition, mais dans le cadre d’une Assemblée Constituante de peuples souverains et à échelle mondiale.

    En nous limitant à l’Europe on oublie les USA, le Canada, l’Australie, la Chine, le Brésil, le reste du monde.

  • Milou , 10 Juin 2013 à 3:52 @ 3 h 52 min

    Le dîner du siècle :
    Siège :
    13 avenue de l’Opéra, 75 039 paris Cedex 01
    Téléphone : 01.40.15.17.89.
    Télécopie : 01.40.15.17.15.

    Allez, saturez moi toutes ces lignes… LE NOUVEL ORDRE MONDIAL NE PASSERA PAS.

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France