Nouveau-Mexique : la face liberticide du lobby LGBT éclate au grand jour

En 2006, Vanessa Willock demande à Elaine Huguenin, co-propriétaire avec son mari, Jonathan, de Elane Photographie à Albuquerque (Nouveau-Mexique) de photographier une “cérémonie d’engagement” que Willock et une autre femme voulaient organiser dans la ville de Taos. Précisions que la terre de l’enchantement n’autorise ni les parodies LGBT de mariage ni les unions civiles. Cette fête n’avait donc qu’une valeur symbolique aux yeux de ceux qui y participaient. Les Huguenin refusent car ils sont chrétiens et ne reconnaissent pas les unions entre personnes du même sexe. Vanessa Willock trouve alors un autre photographe.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. La lesbienne militante dépose une plainte auprès de la commission des droits de l’homme du Nouveau-Mexique, accusant Elaine Huguenin de l’avoir discriminée en raison de son orientation sexuelle. En 2008, la commission rend une ordonnance confirmant cette accusation et condamnant les Huguenin à payer 6 637,94 euros de frais d’avocat à la partie adverse. Épaulés par des avocats de l’organisation Alliance Defending Freedom, ils interjettent appel mais la Cour d’appel de l’État confirme la décision de la commission. Fin août, la Cour suprême du Nouveau-Mexique (photo) fait de même par 5 voix contre zéro, un juge expliquant même dans ses conclusions que se forcer à participer à un événement qui va contre ses convictions lorsque c’est dans le cadre professionnel, est “le prix de la citoyenneté”. L’affaire doit être portée devant la Cour suprême des États-Unis au mois de novembre prochain.

En attendant, cette succession de décisions montrent que le “mariage” homosexuel ne change pas rien pour les personnes qu’il ne concerne pas directement, mais qu’il représente un danger pour les libertés individuelles (d’expression, d’objection de conscience, religieuse, d’entreprise, etc.). Selon un sondage Rasmussen Reports, 85% des Américains soutiennent le droit des Huguenin à ne pas photographier un “mariage” homosexuel. L’affaire pourrait par conséquent avoir un impact sur l’opinion, qui pourrait ouvrir les yeux sur les conséquences des revendications LGBT pour la société et les libertés individuelles.

Autres articles

20 Commentaires

  • Néo , 9 septembre 2013 @ 11 h 31 min
  • Néo , 9 septembre 2013 @ 11 h 32 min

    L’article mis en lien n’est plus à cet endroit, lisez ici :
    http://www.washingtontimes.com/news/2013/jul/24/san-antonio-proposal-could-set-stage-barring-chris/

  • Gerardgm , 9 septembre 2013 @ 11 h 40 min

    “qui pourrait ouvrir les yeux…” Il serait grand temps que nos élites (ou prétendues telles) ouvrent les yeux !!

  • ranguin , 9 septembre 2013 @ 11 h 59 min

    La liberté individuelle ne fait pas partie du vocabulaire de la gauche. J’en veux pour preuve ce qui suit ;

    Philippe Bouvard se fâche, encore une fois ! Très intéressant … !

    Ph. Bouvard se fâche …avec esprit…

    Philippe Bouvard écrit à François Hollande,
    > Président Normal de la République

    Monsieur Hollande, l’élection démocratique a fait de vous un président.

    Elle vous a donné des droits, certes, mais pas TOUS les droits.

    Elle vous a surtout donné des devoirs : garantir et défendre les valeurs fondamentales de notre nation.

    En aucun cas, elle ne fait de vous un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît.

    Alors, de quel droit ?

    De quel droit

    faites-vous disparaitre les couleurs de notre drapeau du site de l’Elysée ?

    L’Elysée ne vous appartient pas, Monsieur Hollande.

    Il appartient aux Français qui vous l’ont prêté pour la durée de votre mandat.

    Rendez-nous nos couleurs !

    De quel droit faites-vous disparaitre les archives de l’Elysée ?

    La mémoire de la France ne vous appartient pas, Monsieur Hollande.

    Elle appartient aux Français qui vous l’ont confiée pour la durée de votre mandat.

    Faire croire que l’Histoire de France commence le 6 Mai 2012 et qu’avant, c’était le néant est une trahison de haut niveau.

    Rendez-nous notre Histoire !

    De quel droit détournez-vous notre argent pour promouvoir sur le site de l’Elysée une personne dont vous avez scellé vous-même le sort et le statut, c’est-à-dire « RIEN DU TOUT, et d’affecter à ce « fantôme de la République » un service et des employés à nos frais ? Le budget de l’Elysée ne vous appartient pas, Monsieur Hollande. Il vous a été concédé par les Français pour régler les dépenses afférentes à vos fonctions pour la durée de votre mandat.

    Rendez-nous notre argent !

    De quel droit osez-vous influencer la Justice en interférant dans une affaire personnelle,

    vous qui promettiez une « République Irréprochable »

    Engagement 53 : je garantirai l’indépendance de la Justice.

    La Justice ne vous appartient pas, Monsieur Hollande.

    Elle appartient aux Français qui ne vous permettront pas de la bafouer.

    Rendez-nous notre Justice

  • Eric Martin , 9 septembre 2013 @ 13 h 46 min

    Pour les y aider, il serait bien que les peuples fassent de même.

  • jephe , 9 septembre 2013 @ 14 h 21 min

    J’approuve !

  • françois préval , 9 septembre 2013 @ 14 h 25 min

    Je me demande ce que va en dire Yaki et autres LGBT anonymes qui nous serinent que les unions homos légalisées ne nous gênent en rien et ne nous enlèvent aucune liberté.

    Sinon, cette nouvelle vaut bien celle du couple de sportifs anglais refusé à un hôtel puisqu’occupé majoritairement par des gays. C’était l’année dernière.

Les commentaires sont fermés.