États-Unis : plusieurs organisations appellent les Américains à retirer leurs enfants des écoles vendredi 11 avril

Vendredi 11 avril, à l’appel du “Gay, Lesbian and Straight Education Network”, plusieurs milliers d’écoles participeraient officiellement – aucune liste n’est publiée – au “Jour du Silence” (site) dont le but officiel est de dénoncer le harcèlement dont seraient victimes les homosexuels et les militants de la cause LGBT. Concrètement, avec l’accord de l’établissement, les élèves n’ouvrent plus la bouche de la journée même si on est prêt à parier que la cour de récréation échappe à tout militantisme. Enseigner dans de telles conditions agace plus d’un professeur, et pas que des conservateurs, mais peu d’entre eux osent protester.

Comme vous vous en doutez, il s’agit en fait d’endoctriner les enfants dans le dos des parents et de banaliser le comportement homosexuel auprès des jeunes. Pour l’intellectuelle conservatrice Judith Reisman, connue pour ses travaux sur les mensonges Alfred Kinsey, il s’agit d’une attaque directe contre “les valeurs traditionnelles des parents américains”. Elle n’hésite d’ailleurs pas à dresser un parallèle avec l’embrigadement de la jeunesse par le Parti nazi dans l’Allemagne des années 30. Il y a quelques semaines, l’universitaire avait apporté son soutien aux Journées de retrait de l’école de Farida Belghoul.

Ont-elles entendu parler de son initiative en France ? Toujours est-il que l’American Family Association, l’Illinois Family Institute, la Coalition of African-American Pastors, plusieurs antennes de Concerned Women of America, la Montana Family Foundation, la Coalition of Conscience ou encore Liberty Councel appellent les parents à retirer leurs enfants de l’école vendredi si cette dernière participe au “Jour de silence”, rappelant que les établissement voient leur dotation financière annuelle dépendre du présentéisme des élèves.

Parents and Friends of Ex-Gays & Gays fait bande à part et demande, en vertu du principe d’égalité, le droit d’envoyer des “ex-gays” (redevenus hétérosexuels après une thérapie) dans les écoles si des gays peuvent s’y exprimer au nom d’organisations LGBT…

Comme en France, le lobby gay divise et les esprits s’échauffent. Ainsi, le 8 avril dernier, Mary Baker, une activiste noire du Tea Party qui dirige les Conservative Moms for America a dénoncé “le suprémacisme gay”, qu’elle juge pire que le suprémacisme blanc.

Lire aussi :
> VIDÉO | Violent accrochage entre Carol Costello (CNN) et Bryan Fischer (American Family Association)

Autres articles

5 Commentaires

  • Placide , 10 avril 2014 @ 19 h 01 min

    Les LBGT et autres Q nous harcèlent et, comble de l’insupportable, harcèlent nos enfants, n’ayant de cesse que de vouloir les pervertir dès le plus jeune âge.
    Nous avons fait preuve d’une extrême tolérance et d’une incroyable patience jusqu’à présent. Mais désormais la coupe est pleine.
    Si ces obsédés sexuels continuent ainsi à nous imposer leurs conneries, qu’ils sachent que nous sommes à bout et qu’ils vont bientôt tâter d’un sacré retour de bâton, qu’ils auront bien cherché !

  • Gisèle , 10 avril 2014 @ 23 h 49 min

    TOUCHE PAS à l’innocence des enfants !!!!!
    Jésus a été clair à ce sujet !!!! ( donc , il savait que les enfants , déjà , étaient victimes d’abus et le seraient encore dans le temps ) .

  • JSG , 11 avril 2014 @ 5 h 59 min

    C’est la preuve que la tolérence prechée à tout va, n’est que le voile derrière lequel peuvent ensuite agir toutes les idéologies que leurs auteurs n’osent assumer ouvertement. C’est le rempart de toutes les subversions, de toutes les invasions.
    Il est grand temps de prendre conscience que point trop n’en faut, que l’intolérence n’est que la seule arme à opposer à ces petits malins dont le seul but ultime n’est de de tout déstabiliser.
    Oser prendre des enfants à témoin de ces turpitudes qui ne devraient regarder que les adultes responsables.
    C’est la preuve de la lâcheté de ces groupes isolés. Celà démontre s’il en est encore besoin, que les tendances sexuelles des hommes ne devraient jamais apparaître sur la place publique.
    Honte à tous ces irresponsables, qui cherchent au travers de ces diverses actions subversives à s’encourager dans leur façon d’être , une façon de lutter contre leur mal-être.
    Beurk

  • fred80 , 11 avril 2014 @ 9 h 57 min

    Bonjour,

    Croyant en phase de réactivation, je pense hélas que le Mal est une nécessité pour validé le Bien, pour le définir. Ces deux facteurs nous sont indispensables pour que nous puissions nous révéler & par voie de conséquence révéler Dieu Créateur & sa Matrice que nous portons tous au plus profond de notre “For-Intérieur”. Qu’on se le dise.
    Pour en revenir aux lobbys à la mode ces temps, œuvrant certes pour la déconstruction de “l’humanitude” (actions intellectuelles & matérielles de l’hominidé tourner vers l’Humanité) , je crois que ce n’est que pur enfumage idéologique pour cacher toujours & encore ces mêmes pharisiens toujours hélas indispensables pour que le phénomène de “réaction” est lieu. Cela peut prendre moult visages, c’est à chacun de nous de se remettre en question au quotidien face aux réelles attentes de Dieu “ou de ce qui en tient lieu”, en s’appuyant sur la conscience collective du passé continuellement présente, car seul le Présent permet de confondre tous les Passés comme la réalisation de tous les Futurs.

    “Pour que moulin à eau produise de l’énergie, point d’eau morte”

  • Isablle , 12 avril 2014 @ 0 h 56 min

    “Croyant en phase de réactivation, je pense hélas que le Mal est une nécessité pour validé le Bien, pour le définir”.
    On voit bien que vos n’êtes pas une victime directe du mal. Vous n’en verriez certes pas “la nécessité”, croyez-moi.
    D’un point de vue théologique, le bien n’a d’ailleurs aucun besoin du mal. C’est le contraire qui est vrai : le mal n’existe que par diminution ou absence de bien. Dans l’absolu, il n’existe que par opposition, diminution ou négation du bien qui lui, est une donne absolue.
    Ce n’est pas pour rien que le diable est dénommé “l’adversaire” (n’est adversaire que celui qui s’élève contre quelqu’un), ou encore celui qui inverse, qui dévie, qui ment, qui nie. On ne peut mentir que par rapport à une vérité, on ne peut dévier que des données préexistantes, on ne peut nier que ce qui existe, et on ne peut inverser que ce qui est debout.

Les commentaires sont fermés.