Premier congrès d’une nouvelle formation nationaliste en Pologne : le Ruch Narodowy (Mouvement National)

La salle du congrès

Ce samedi 8 juin 2013 s’est tenu le premier congrès du Ruch Narodowy (Mouvement National) à Varsovie. L’émergence de cette nouvelle formation pourrait marquer le retour en force d’un parti politique nationaliste en Pologne, après la disparition de la Ligue des Familles Polonaises (Liga Polskich Rodzin).

Ce congrès a rassemblé plus de 1 200 personnes venues de toute la Pologne, mais aussi des minorités nationales polonaises de Lituanie et de Biélorussie, des diasporas polonaises du Royaume-Uni et d’Amérique latine, ainsi qu’une délégation de patriotes hongrois.

Le retour des patriotes en Pologne ?

Le Ruch Narodowy est une coalition de plusieurs associations, mouvements et médias, parmi lesquels Młodzież Wszechpolska (Jeunesses de toutes les Polognes), Obóz Narodowo-Radykalny, Kobiety dla Narodu (Femmes pour la Nation), le site www.narodowcy.net, le journal Polityka Narodowa, et diverses autres structures locales.

Maria Piasecka-Łopuszańska

Le Ruch Narodowy n’a pas officiellement de président, mais un comité directeur composé de 8 personnes. De ce comité émerge toutefois comme principal leader Robert Winnicki, l’ancien président de Młodzież Wszechpolska. On retrouve aussi dans ce comité directeur Maria Piasecka-Łopuszańska, connue pour être la porte-parole du réseau « Christian Women Against Femen » (qui a récemment organisé des rassemblements devant les ambassades de France de Varsovie et de Budapest en soutien à la « Manif pour tous »).

Depuis 2010, le mouvement nationaliste polonais a repris pied dans la vie publique en organisant chaque 11 novembre une marche pour l’indépendance (la Pologne a retrouvé son existence au terme de la Première Guerre mondiale, le 11 novembre 1918), qui a rassemblé 100 000 participants dans les rues de Varsovie en 2012. C’est d’ailleurs à l’occasion de cette marche du 11 novembre 2012 qu’a été annoncée la création du Ruch Narodowy.

Maria Piasecka-Łopuszańska signant la charte du Mouvement National

Au terme du congrès, les dirigeants de Ruch Narodowy et les dirigeants des structures associées ont signé une déclaration commune (le texte entier en polonais) qui reprend les points essentiels du mouvement :

_ défense de l’identité de la Nation,

_ défense de la Famille (comme étant l’union d’un homme et d’une femme) et du droit à la vie dès sa conception,

_ souveraineté de l’État face aux institutions de Bruxelles et aux organisations mondiales,

_ souveraineté de l’économie nationale avec le maintien du zloty comme monnaie nationale de la Pologne, et une rupture avec l’économie de l’endettement et de la soumission aux désidératas des institutions économiques internationales

_ indépendance énergétique, agricole et alimentaire de la Pologne

_ défense de la liberté des individus et de leur liberté de parole contre le libéralisme

Ce congrès a été la principale actualité politique du week-end en Pologne. Les médias de gauche et libéraux se sont inquiétés de ce potentiel retour du « radicalisme », tandis que les médias proche de l’opposition conservatrice (le parti Droit et Justice, Prawo i Sprawiedliwość, dirigé par Jarosław Kaczyński) ont tenté de minorer l’événement.

Un autre projet pour l’Europe centrale

Robert Winnicki

Durant le congrès a été lue une lettre de soutien de Gábor Vona, le président du Jobbik hongrois, qui a été retenu pour coordonner la mobilisation totale de son parti contre les inondations en Hongrie. Dans sa lettre, Vona appelle les Hongrois et les Polonais à coopérer étroitement pour défendre leurs valeurs et lutter contre les impérialismes étrangers.

Artur Zawisza, l’un des membres de la direction du Ruch Narodowy, a par ailleurs évoqué la nécessité de constituer un bloc solidaire de la Pologne à la Bulgarie, qui comprendrait la Pologne, la Hongrie, la République Tchèque, la Slovaquie, la Croatie, la Serbie, la Roumanie et la Bulgarie, et qui pourrait constituer une alternative à l’appartenance de ces pays à l’Union européenne tout en constituant une force géopolitique cohérente et suffisamment consistante pour ne pas être de nouveau en situation de vassalité. Zawisza a toutefois concédé la difficulté de la mise en œuvre d’un tel projet (faisant implicitement référence aux différends territoriaux et de minorités nationales qui existent entre nombre de ces pays).

Notons, sur ce sujet, que Gábor Vona a récemment effectué une visite en Russie à l’invitation d’Alexandre Douguine, où il a rencontré de nombreux dirigeants de premier plan du pays. La Russie semble en effet chercher des relais en Europe centrale dans le cadre de la promotion de son projet d’union eurasiatique et pourrait ainsi trouver des points d’entente avec les mouvements eurosceptiques de ces pays.

Cap sur les élections européennes de 2014

Le mouvement doit encore décider par consultation interne s’il participera aux élections européennes de juin 2014. Ce qui ne devrait toutefois être qu’une formalité. Des contacts ont d’ailleurs été déjà établis avec l’AEMN, l’Alliance Européenne des Mouvements Nationaux, le parti européen dirigé par Bruno Gollnisch.

Autres articles

46 Commentaires

  • Daniel , 12 Juin 2013 à 0:19 @ 0 h 19 min

    Là, je me marre quand je vois tant d’intox et autres confusions.

    11 listopad 2012 : il y a 1 marche importante ( la marche officielle officialisée par Komorowski), 2 marches moins importantes, la nationaliste , et celle de gauche, ainsi que 13 autres marches dans tout Varsovie ( dont la marche monarchique qui fut aussi ironique de par son parcours )

    Concernant la manif organisée par les 2 mouvements nationalistes, celle – ci a regroupé à peine 50000 personnes, mais pas 100000, et ni entre 50000 et 100000 (statistiques de la presse, officielle, sans propagande, car on es pas en hollandie, Ewa Gawor, responsable de la sécurité auprès du conseil municipal de Varsovie), et ceci rondo Dmowski , centrum warszawa . Autre composante de cette marche : elle fut certes organisée par les mouvements nationalistes, mais composé à 90% de gens qui votent pour le PiS et autres personnes qui sont opposés à l’actuelle coalition gouvernementale PO-PSL. La preuve : c’est Kaczynski qui fut le premier à venir défendre ses troupes devant les médias lors que des membres de cette marche s’étaient échaffourés avec les forces de l’ordre.

    Par ailleurs, le nombre de personnes qui cliquent sur j aime ne veut pas dire que ces mêmes personnes furent présentes lors de cette marche.

    Par ordre de classement :
    _ la marche officialisée par le président, composée de libéraux et de conservateurs, dont des patriotes
    _ la marche organisée par des nationalistes, mais composée essentiellement de patriotes hostiles à l’actuel gouvernement et président
    _ la marche des mouvements de gauche
    les autres marches dans la ville de varsovie

    Quand aux célébrations dans les autres villes, les nationalistes furent tout simplement absents.

    Oui, on sait lire votre “prose”, son contenu textuelle et idéologique, et si il eur été expliqué auprès de maints nationalistes polonais les relations de Gábor Vona tendant à créer une sphère relationnelle russo-asiatique avec les mouvements eurosceptiques, ces derniers auraient été les premiers à l’envoyer balader. Nonobstant, la délégation hongroise a cru bon de ne pas commettre cet erreur. ce qui n’est cependant pas votre cas, croyant vous adresser à un public uniquement francophone, vous vous êtes laissés aller à vos croyances d’une Russie forte qui pourrait influencer les pays européens. et comme le souligne CH, c’est un réflexe purement français : à chaque fois les français ( communistes ou nationalistes ) se sont toujours tournées, et inclinés, vers le plus fort , c’est à dire le voisin russe.

    Sachez que grande partie des patriotes polonais sont pour l’installation du bouclier antimissile américain, et que face aux protestations de la Russie de Poutine, les polonais sont encore plus motivés pour lui envoyer une quenelle monumentale.

    A titre personnel, et eut égard à l’Histoire de la Pologne, je considère que la Russie devrait dégager de Krolowiec, que celle – ci n’a rien à faire sur ce territoire . Ce territoire est désormais composé de populations provenant d’ex – URSS et qui n’ont aucune histoire, ni aucun ancêtre dans cette région. Que la Russie foute le camp de Krolowiec, elle ferrait mieux de reprendre Constantinople et Sainte Sophie au lieu de venir nous casser les cojones avec des populations allogènes qui ne sont ni baltes, ni slaves, et parfois même pas européennes !

  • Ladislas Ier , 12 Juin 2013 à 0:34 @ 0 h 34 min

    Je voudrais revenir sur deux points développés dans cet article.
    – La vraie alternative en Pologne actuellement est le congrès de la nouvelle droite (Kongres Nowej Prawicy). C’est un parti libertarien de forte tendance conservatrice.
    Ce nouveau parti est bien trop socialisant.
    – la création d’une union mentionnée dans l’article est malheureusement impossible: la Slovaquie et la Hongrie se haïssent. En outre, la Croatie est un vassal de l’Allemagne et la Serbie un vassal de la Russie. Les pays qui peuvent s’allier dans cette région sont ceux ayant des contentieux aussi bien avec la Russie qu’avec l’Allemagne. La Pologne est donc bien seule, même si la Hongrie est un des plus fidèle allié.

    Je pense que la Pologne devrait rechercher un allié sur en… Turquie! Et oui, ce pays fut le seul à ne pas reconnaitre le partage injustifiable de la Pologne. En outre, la Turquie est un ennemi héréditaire de la Russie. Les ennemis de mes ennemis sont mes amis…
    Bref, cette région est très compliquée!

  • Sully , 12 Juin 2013 à 0:48 @ 0 h 48 min

    La Turquie !!! n’importe quoi !! c’est à peu près aussi intelligent que François 1er avec la Sublime Porte ! Non , les ennemis de mes ennemis peuvent aussi être mes ennemis .

    La seule chance de l’Europe de résister à l’islam , mieux , de le vaincre , est de s’unir . De Brest à Vladivostok .Union militaire , spirituelle , culturelle et économique .

    Malheureusement chez certains ktos , la haine de tout ce qui est russe et orthodoxe les conduit à préférer s’acoquiner avec l’islam . En croyant sauver leurs cojones , comme dirait l’autre …C’est non seulement répugnant , mais c’est stupide .

    Un signe d’espérance , le pape de Rome François (premier) est au mieux , dirait-on avec le patriarche de Moscou Kyrill …

  • Sully , 12 Juin 2013 à 0:50 @ 0 h 50 min

    Au fait , que font les étasuniens en Pologne ? Et l’Otan , d’une façon générale ? Je croyais que l’Otan servait à nous défendre contre le pacte de Varsovie . Qui est dissous depuis belle lurette .

  • Daniel , 12 Juin 2013 à 0:50 @ 0 h 50 min

    En Pologne, il n’y a pas de tensions entre slave catholiques et slaves orthodoxes, il y a dans ce pays des orthodoxes, qui prennent leurs congés de Noël en début janvier d’ailleurs.

    Il n’y a pas d’hostilités personnelles entre les gens du peuple polonais et du peuple russe.

    L’hostilité existe entre le peuple polonais et la géopolitique de l’actuel gouvernement russe et de ce qu’on nomme la Russie de Putin. Les nombreux conflits qui sont apparus ( exemple Gazprom ) ne sont ni des guerres de religion, ni une incompréhension des gens du peuple, mais bien de la politique impérialiste russe.

  • Daniel , 12 Juin 2013 à 1:06 @ 1 h 06 min

    Et merci de citer l’organe de propagande russe qu’est la Voix de Russie. je souligne au passage que le journal duit “la voix de la Russie” est la référence des nationalistes gaulois qui fantasme d’une influence russe sur l’Europe ( exemple avec égalité et réconciliation ou encore fdesouche ) . Ce journal ne fait que ratisser les fonds de tiroir en s’appuyant sur les mouvements d’oppositions dans les différents pays européens, mais il n’en reste pas moins que des conneries monumentales, on a pu en lire sur ce site russe.

    Parmi les bobbards d’or qu’on pourrait attribuer à la voix de la Russie, le fait que l’accident de Smolensk ne soit dû qu’à la faute de l’équipage polonais ( grosse intox reprise en boucle par les médias meanstream gaulois de tout bord aussi ) , où encore le negationnisme du génocide de Katyn , ou encore le fait d’ignorer les plaintes des familles polonaises qui ont perdu un proche et membre de leur famille à Katyn.

    D’ailleurs l’article cité contient une connerie monumentale, même si sur le fond, il a raison de dire que les peuples européens doivent se réconcilier pour avancer contre ce qui les détruit de l’intérieur.

    “Une fois ce rapprochement accompli, il sonnera le glas de la religion du politiquement correct qui gouverne l’Europe occidentale depuis 1945 c’est à dire la conférence de Potsdam.”

    la conférence de Potsdam : super exemple, j’en reviens pas ! C’est à cette date que le bloc occidental a vendu la Pologne à Staline, et a connu 50 années de dictature. Au contraire, 1989, c’est la chance pour la Pologne de dire merde à la Russie, et de dire merde aux occidentaux qui l’ont vendu. et ce ne sont pas les nationalistes occidentaux qui vont nous faire croire qu’il faut se rapprocher de la Russie.

    Que les chrétiens d’Europe se réunissent pour devenir plus forts, certes, mais certainement pas sous la tutelle de la géopolitique russe actuelle, qui compte profiter de la faille pour se faire son propre beurre

  • Daniel , 12 Juin 2013 à 1:22 @ 1 h 22 min

    Le rapprochement entre orthodoxe, catho, et autres chrétiens, oui, MAIS JAMAIS sous la tutelle de l’actuelle Russie. D’ailleurs, question catholicisme, en France, vous ne l’êtes plus. déjà, en France on aurait avant tout besoin de reconquérir ses propres terres.

    Par ailleurs, si le catholicisme défend la protection de la cellule familiale ( le nom d’origine de la Bible en hébreu étant la famille ); la famille , enfants, parents , cousins, village, communauté, fief, province, nations ….. le catholicisme n’est pas le nationalisme, c’est même le contraire de par son universalisme ( je sais que pour les conciliaires c’est une notion délicate à appréhender).

    S’il devait y avoir un rapprochement chrétien, celui – ci ne peut se faire sous la tutelle de tenants de pouvoir temporaires qui sont politiquement, géopolitiquement, et matériellement interessés ( comme par exemple un gouvernement russe qui ne trouve pas mieux que de s’appuyer sur les mouvements des autres pays pour agrandir sa sphère d’influence ) .

    Ce ne sont ni les nationalistes, ni les anti impérialismes américains, qui réussiront à réunir les différents peuples européens dans la Foi ( qui eux sont motivés pour créer un autre axe de contre-poids, et surement un autre impérialisme suivant une autre forme et un autre despotisme ) . La religion ne peut en aucun cas être ni l’outil de finalités temporelles ou géopolitiques. L’unité sera spirituelle, non matérielle (babylone)

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France