La gay pride de Budapest a bloqué de façon hermétique une grande partie de la ville

Depuis plusieurs années, la gay pride de Budapest était le lieu d’incidents divers entre les manifestants et les opposants à ce rassemblement. Pour éviter tout débordement cette année (la gay pride a eu lieu le samedi 6 juillet 2013), les autorités de la ville de Budapest – dirigée par le réputé très conservateur Fidesz mais qui, depuis son accession au pouvoir, n’a jamais cherché à l’interdire comme cela peut se voir à Moscou – ont bloqué de façon hermétique l’avenue Andrássy, empêchant jusqu’à l’accès aux rues adjacentes aux promeneurs mais aussi aux résidents du quartier. Les opposants ont ainsi été confinés derrière des barrières à plusieurs rues de la manifestation.

Des opposants à la Budapest Pride D’autres opposants à la Budapest Pride

Parmi les participants, on trouvait Robert Biedroń, député polonais de gauche et activiste LGBT. De Pologne sont également venus quelques jeunes (principalement de Młodzież Wszechpolska) venus soutenir les opposants à la gay pride.

Une jeune Polonaise, parmi les opposants à la gay pride

Un reportage vidéo a notamment interrogé une Hongroise résidant en France, qui s’étonnait qu’en Hongrie de telles mesures soient nécessaires. Il est vrai qu’après plusieurs décennies de matraquage idéologique – qui aboutissent désormais à l’enseignement de la « gender theory » dans les lycées français – la capacité de réaction des Français à des exhibitions dont on se demande comment elles peuvent avoir leur place dans l’espace public, en présence notamment d’enfants.

Les résidents du quartier ont pu retourner chez eux en fin d’après-midi.

Autres articles

43 Commentaires

  • Daniel , 11 Juil 2013 à 16:39 @ 16 h 39 min

    Ouais
    Moi aussi je vais aller brûler des drapeaux LGBT devant Act Up

    Et peut être pas que des drapeaux d’ailleurs

    C’est l’été, c’est l’heure des barbecues, on se griller des saucisses et leur envoyer des quenelles !

  • jejomau , 11 Juil 2013 à 16:40 @ 16 h 40 min

    Bref, c’est la pornographie légalisé qui défile en petit club fermé. Avec des enfants pour avoir de la chair fraîche…

    Ceci dit, ils en arrivent au point d’être encerclés comme à Jéricho par les foules qui se sont mises à prier le Ciel qu’il les débarrasse de cette engeance satanique…. On finira donc par les avoir !

    Saint Michel………………………. Montjooiiiiiiiiiiieeeeeeeeeeee ! Sus aux LGBT !!!!!!!!!!!!

  • Diex Aïe ! , 11 Juil 2013 à 16:55 @ 16 h 55 min

    avoir des sexes accrochés partout sur le corps, des gens quasi-nues en présence d’enfant et autres abjections en dit long sur l’état d’esprit pornographique et pédophile de ces gens…
    Qu’il est loin le temps du triangle rose…

  • Dōseikekkon , 11 Juil 2013 à 17:19 @ 17 h 19 min

    Ça vous fera une occasion de figurer dans la rubrique Faits divers & Chiens écrasés de deux ou trois journaux.

    (Et accessoirement de passer devant un juge [marxiste, forcément…]…
    Qui, avec un peu de chance, fera de vous le nouveau « prisonnier politique », martyr de la « liberté de conscience », etc.)

  • monhugo , 11 Juil 2013 à 17:22 @ 17 h 22 min

    Le carnaval homo est toujours d’un goût exquis. Ce prosélytisme à ciel ouvert devrait en tout cas se faire loin des yeux innocents (enfants à proximité, voire à l’intérieur, de ces défilés – cf. photos) ; les raisons invoquées pour justifier leur présence, quelles qu’elles soient, étant par hypothèse mauvaises. “L’ordre public” (dont j’imagine que la notion est générale aussi en Hongrie) aurait d’ailleurs commandé que cet étalage soit interdit à Budapest (forte opposition et “débordements” envisageables).

  • Diex Aïe ! , 11 Juil 2013 à 17:32 @ 17 h 32 min
  • mariedefrance , 11 Juil 2013 à 17:44 @ 17 h 44 min

    si au moins c’était beau … fin…
    mais au contraire !

    C’est dégueu !

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen