Mitt Romney donne des gages aux « pro-vie » américains

Mitt Romney est “un candidat pro-vie », il sera “un président pro-vie” s’il est élu. Mercredi, l’ancien gouverneur du Massachusetts a tenté de rassurer le lobby pro-vie après que le Des Moines Register, un quotidien de gauche, lui a attribué une déclaration selon laquelle “[il n'[avait] pas connaissance d’un projet de loi sur l’avortement qui ferait partie de [son] programme”. Mitt Romney a de nouveau promis qu’il retirerait “immédiatement” tout financement fédéral à Planned Parenthood (360 millions de dollars en 2009, soit un tiers des ressources de l’organisations) s’il est choisi le 6 novembre prochain pour devenir Président des États-Unis. Le candidat républicain a également prévu de remettre en place la “politique de Mexico” des Présidents Reagan et Bush Jr. que les organisations “pro-avortement” appellent la règle du baillon mondial car elle empêche tout organisme non gouvernemental, à travers le monde, qui reçoit un financement de l’Agence de développement international des États-Unis : 1) d’offrir des services d’avortement légaux ; 2) de diffuser des informations sur l’accès à l’avortement et même de donner des références ; 3) de militer et de travailler pour la légalisation de l’avortement ; 4) de parler publiquement ou de réaliser des campagnes faisant la promotion de l’avortement. Planned Parenthood a dénoncé “un ordre du jour extrême” et l’a accusé de vouloir “se débarrasser” d’elle.

Autres articles