Comment le Tea Party veut faire basculer le Sénat américain à droite

Alors que la presse internationale titre aujourd’hui sur la défaite « surprise » du chef de la majorité républicaine à la Chambre, Eric Cantor, lors d’une élection primaire en Virginie, le Tea Party s’apprête à lancer une vaste offensive électorale sur le Congrès. En effet, partout dans le pays, les organisations « grassroots » affiliées aux différents Tea Parties militent ardemment pour leurs candidats. Transparence et renouveau sont au cœur du message anti-establishment. Les investitures du Parti républicain pleuvent d’ailleurs en la faveur des prétendants conservateurs et libertariens. Si bien que la vague de fond du mouvement de rébellion patriotique semble avoir atteint aujourd’hui sa plus grande vigueur. Historique, prédisent certains commentateurs. Oubliés les résultats décevants de 2012, le Tea Party semble être en passe de renouer avec le tsunami de 2010 voire d’aller encore plus loin.

Au-delà de la Virginie, le Tea Party prend pied quasiment partout, dans le Maine, en Géorgie, mais aussi au Texas et dans le Nebraska. La semaine dernière, un candidat du Tea Party, Chris McDaniel, a poussé le sénateur républicain sortant du Mississipi en place depuis 1978, Thad Cochran, à un second tour. Arrivé en tête le 3 juin avec 49,5% des suffrages, McDaniel devait atteindre la barre des 50% pour l’emporter. Cochran le talonnait à 49%. La bataille du Mississipi apparaît très bien engagée, le candidat de l’intelligentsia ayant traité son concurrent d’« extrémiste ». Le second tour de scrutin aura lieu le 24 juin.

Aux élections intermédiaires de 2010, 138 candidats étaient estampillés Tea Party, à chaque fois titulaire d’une investiture républicaine. 50% des candidats à un siège de sénateur furent élus, 31% pour la Chambre des représentants. Ainsi, la défaite des démocrates en 2010 s’avèrera être la pire claque électorale pour un parti au pouvoir depuis les élections de mi-mandat de 1938. Les Républicains gagnèrent 63 sièges à la Chambre et 6 sièges de sénateurs, en grande partie grâce à la dynamique du Tea Party.

Si, aujourd’hui, le Tea Party entend encore progresser à la Chambre des représentants, il met également le paquet sur la campagne sénatoriale. Ainsi, il a identifié 10 sénateurs démocrates en position de faiblesse, dont 7 dans des État ayant voté Romney en 2012. Il ambitionne non seulement de les faire chuter, mais surtout d’élire de « vrais conservateurs » respectueux de la Constitution, à leur place. Le parti de Barack Obama perdrait ainsi le contrôle de la chambre haute du Congrès, composé de 100 sénateurs issus des 50 États fédérés, qu’il détient depuis 2007. Le président Obama, dont le projet de loi sur l’immigration a peu de chances d’être discuté d’ici novembre, veut évidemment tout faire pour conserver sa majorité au Sénat. Sa perte signifierait l’avènement d’un « divided government » et deux années blanches pour le président démocrate, comme ce fut le cas pour George W. Bush entre 2007 et 2009.

Privé de tout relais législatif, si ce n’est son droit de véto pour bloquer les lois républicaines, Obama terminerait son deuxième mandat affaibli et seul à la Maison Blanche. À l’heure où nous écrivons ces lignes, nombreux sont les démocrates à dénoncer l’absence de stratégie pour conserver le Sénat et surtout le manque de leadership d’Obama. Une défaite démocrate aurait pour conséquence de laisser un boulevard au camp républicain, toujours en reconstruction depuis l’ère Bush, et qui aurait ainsi tout le temps et la sérénité pour se trouver un leader dans le cadre de la présidentielle de 2016.

Autres articles

11 Commentaires

  • Hashton , 12 Juin 2014 à 18:23 @ 18 h 23 min

    Excellent !

    Obama va être complètement largué. GO RUBIO ! 2016

  • Charles , 12 Juin 2014 à 18:37 @ 18 h 37 min

    Excellent. Bien résumé.
    La similarité entre les 2 cotés de l’atlantique est surprenante.

    Nous avons bien une vague de fond.

    On notera les points suivants des 2 cotés:
    1.Un dégoût pour les “combinazione” d’appareils.
    2.Une “transparisation” numérique devenue mortelle pour les zelites.
    3.Une révolte contre les poly-sexuels et leurs délires.

    Il manque juste quelques éléments nouveaux
    qui devraient devenir visibles d’ici 2016.

  • V_Parlier , 12 Juin 2014 à 18:52 @ 18 h 52 min

    Le “Tea party”, en tant que vrai parti qui ne fricotterait pas avec ce que j’appellerais l’UMPS américain (les “démocrates” et les “républicains”, çà sonne tant comme le système français…), çà mériterait le respect. Après tout, s’ils veulent être libertariens chez eux çà les regarde, tant qu’ils ne nous l’imposent pas. Et s’ils affaiblissent le pouvoir de l’Etat américain çà ne peut être que bon pour nous et pour la paix. Mais si çà sert juste à faire gagner les néocons, pas la peine. Ca ne changera rien.

  • pas dupe , 12 Juin 2014 à 21:10 @ 21 h 10 min

    La presse avait fait un parallèle entre le Tea Party américain et le FN étant donné que les revendications seraient similaires.
    Ce parti conteste notamment l’obamacare et dans le cadre de leur opposition avait contribué à bloquer l’état américain mais les républicains ont cédé et c’est certainement leur erreur qu’ils risquent de payer lors des élections.
    Maintenant certains donateurs auront leurs exigences, le lobby du pétrole est puissant, alors ???

  • esprit libre , 12 Juin 2014 à 21:25 @ 21 h 25 min

    Intéressant point.
    Mais, de grâce, arrêtons d’utiliser les mots “droite” ou “gauche” qui ne veulent rien dire en Amérique…

  • pas dupe , 12 Juin 2014 à 21:52 @ 21 h 52 min

    Catastrophe nucléaire aux EUA ?

    “Depuis le 5 février 2014, un accident nucléaire de grande ampleur (prélude à une catastrophe nucléaire?) est en cours au centre de stockage profond de déchets radioactifs au Nouveau Mexique (USA). Un incendie dans la zone nord puis, 9 jours plus tard, un relâchement de radioactivité dans la zone sud se sont produits au WIPP (Waste Isolation Pilot Plant) qui est prévu pour entasser 176 000 m3 de déchets transuraniens contenant notamment de l’Américium et du Plutonium, issus d’activités nucléaires de défense (recherches militaires et production d’armes nucléaires). Un ou plusieurs containers se sont ouverts, à 655 mètres sous terre, suite à une explosion d’origine chimique. La radioactivité la plus terrible – Plutonium, Americium – s’est échappée et s’échappe encore…”
    http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2014/05/25/USA-%3A-une-catastrophe-nucl%C3%A9aire-en-cours-%C3%A0-655-m%C3%A8tres-sous-terre-au-centre-de-stockage-de-d%C3%A9chets-radioactifs-WIPP

    Je souligne qu’il est question d’enterrer en Champagne des déchets nucléaires !!!

  • scaletrans , 13 Juin 2014 à 11:54 @ 11 h 54 min

    Infos provenant de la Coordination Antinucléaire, donc d’une parfaite bonne foi… 😈

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen