Finlande : le ministre de l’Intérieur critique la «boucherie» que représente l’avortement

À la fin du mois de juillet dernier, la ministre finlandaise de l’Intérieur Päivi Räsänen a provoqué un tollé en comparant l’avortement à une “boucherie” et en affirmant que les animaux sont mieux protégés légalement que les enfants à naître, rapporte LifeSiteNews.

“Les animaux ne doivent pas souffrir lorsqu’ils sont abattus mais il n’est pas autorisé de discuter de la douleur causé par un avortement”, a regretté la femme politique, par ailleurs médecin et patronne du Parti chrétien-démocrate, lors d’un rassemblement organisé par l’Église luthérienne (d’État) à Kankaanpää.

Qualifiant l’avortement de “tabou” et sa légalisation de “boîte de Pandore”, elle a jugé qu’il ne doit être autorisé à aucun stade de la grossesse : “Un enfant, lorsqu’il peut être avorté, n’est pas un morceau de tissu engourdi, mais une personne qui peut ressentir la douleur.”

Päivi Räsänen a également déploré que la Finlande et la Suède soient les seuls pays d’Europe où les médecins ne bénéficient pas de l’objection de conscience. Qu’elle n’idéalise pas : en France, elle n’est pas totale (le médecin doit indiquer à la femme le nom d’un praticien qui pourra tuer l’enfant qu’elle porte), souvent remise en cause et inexistante pour les pharmaciens.

Päivi Räsänen pense qu’il faut « (avoir) le courage d’agir face à l’opinion public en général ou aux normes, à la pression des pairs, et parfois même à la loi, lorsqu’ils contredisent la parole de Dieu”. Selon elle, « il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes », lorsque le droit va contre la conscience humaine.

Le lendemain, 960 personnes quittaient officiellement l’Église luthérienne suite à cette sortie, rapportait la presse finlandaise.

Ce chantage médiatique fait aux femmes et hommes politiques conservateurs est courant en Finlande où il n’y a ni distinction ni séparation entre l’Église (en fait deux Églises, l’Église évangélique luthérienne et l’Église orthodoxe grecque, très minoritaire) et l’État.

En 2010, Päivi Räsänen avait affirmé qu’elle considérait l’acte homosexuel comme peccamineux. Environ 40 000 personnes avaient alors, via Internet, quitté l’Église luthérienne (ce qui signifie qu’ils ne lui verseront plus automatiquement l’impôt ecclésiastique, soit environ 1% de leurs revenus annuels).

Davantage préoccupé par ces centaines de départ que par la défense de la vérité, l’archevêque Kari Mäkinen – par ailleurs favorable à la dénaturation du mariage – a déclaré sur Twitter : « On peut être d’accord avec elle (Päivi Räsänen, ndlr) ou avoir un avis différent, mais son point de vue ne doit pas être confondu avec la position de l’Église. Pas plus que l’opinion d’un autre membre de l’Église que vous pourriez croiser dans la rue.”

Interrogée peu après sa sortie “pro-vie”, Päivi Räsänen s’est étonnée de ce remue-ménage médiatique, expliquant avoir reçu des milliers de courriels, la majorité étant selon elle positifs et favorables.

Beaucoup de Finlandais lui expliquent craindre pour leur liberté religieuse ainsi que leur liberté de s’exprimer sur les sujets de société. Bienvenue au club !

Le ministre de l’Intérieur a aussi indiqué que sa maison avait été vandalisée en son absence.

Elle a ajouté qu’elle n’est pas le seul membre du gouvernement à regretter l’absence d’objection de conscience, citant le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja. Selon ce dernier, les Finlandais travaillant dans le secteur de la santé doivent pouvoir refuser de participer à un avortement.

Mais, ajoute-t-il en bon social-démocrate athée, ce refus ne doit pas être invoqué au nom de la croyance religieuse. Il “ne peut se fonder que sur les normes universelles de l’éthique humaine, et non sur des directives transmises de là-haut, comme dans le cas de la Bible, le Coran, ou Mein Kampf, a-t-il déclaré tout en finesse.

Un sondage du quotidien Savon Sanomat montre que 55% des Finlandais sont partisans de retirer les affaires religieuses du portefeuille ministériel de l’Intérieur, mais seulement 10% des électeurs démocrates-chrétiens.

Autres articles

23 Commentaires

  • DAVID , 13 Sep 2013 à 17:57 @ 17 h 57 min

    L’homme qui rejette Dieu, devient inéluctablement un idolâtre. Son idole, c’est son propre moi. A partir de ce moment, il se crée sa propre justice, et ses propres règles. Il pense être libre, mais en réalité il devient esclave de ses propres turpitudes et de ses fantasmes. Il prend ses désirs pour des réalités, et ces décisions comme de la sagesse. La science n’a pas réussi à remettre en question le créationnisme, pourtant l’homme veut faire passer la théorie évolutionniste (Darwin,), et aujourd’hui celle du genre. Bien-sûr ces théories ne sont pas démontrables par l’histoire de l’humanité, et encore moins par la science. En France, la nouvelle religion serait la laïcité. C’est encore une illusion, car Dieu a mis en chaque homme la pensée de l’éternité. Aucun individu ne peut rester insensible face à la mort et à l’au-delà. Ayant poussé les humains à un consumérisme exacerbé, la société en a fait des zombis disait quelqu’un. En tout cas la recherche effrénée et systématique des plaisirs et du bien-être, ont conduis à de l’égoïsme et de l’égocentrisme sanglant. C’est pour cela que certaines femmes n’hésitent pas à avorter, en ne pensant qu’à leur petite personne, et en ignorant qu’elles participent à un infanticide, le crime le plus détestable qui puisse exister. Les fœtus et embryons sont sacrifiés sur l’autel du bien-être et de la liberté des femmes. Et on se déclare moderne et compréhensif. Quelle illusion, et quelle sera la déception pour ce monde en dérive.

  • Francis , 14 Sep 2013 à 23:17 @ 23 h 17 min

    Quelqu’un a dit de rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à DIeu, mais je ne me rappelle plus qui.
    Dans l’Eglise Luthérienne, on n’a pas oublié César, voire on l’a remis au centre.

  • Caroline , 15 Sep 2013 à 18:23 @ 18 h 23 min

    Je ne peux que féliciter cette déclaration courageuse du ministre de l’Intérieur. J’espère que l’objection de conscience pour les médecins sera la prochaine bataille en Finlande. Peut-on parler de pays des droits de l’homme un Etat qui ne l’applique pas?

  • hibiscus , 16 Sep 2013 à 13:36 @ 13 h 36 min

    la loi weil est désuète et complètement dépassée avec tous
    les moyens mis en oeuvre pour éviter d’avoir un enfant.Je suis
    absolument contre l’avortement, certaines femmes avortent d’un bébé viable, oui, cette ministre a raison, c’est
    de la boucherie remboursée par la sécurité sociale.

  • Charles , 16 Sep 2013 à 20:09 @ 20 h 09 min

    Bonjour hibiscus
    Vous avez raison les pesticides sont partout.

    Disons que nos agriculteurs manquent d’oxygène pour vivre normalement de leur travail.

    Ceux qui parviennent à basculer dans le bio (comme pour le lait) s’en sortent bien.

    Cependant beaucoup n’ont simplement la trésorerie pour financer leur reconversion.

    Pendant ce temps ,les contribuables de France doivent jeter
    80 milliards € pour sauver les créanciers de la Grèce
    et leur permettre de continuer à étrangler les Grecs…

  • Sentinelle , 17 Sep 2013 à 14:52 @ 14 h 52 min

    { L’archevêque Kari Mäkinen – par ailleurs favorable à la dénaturation du mariage – a déclaré sur Twitter : « On peut être d’accord avec elle (Päivi Räsänen, ou avoir un avis différent, mais son point de vue ne doit pas être confondu avec la position de l’Église.}
    Donc si j’ai bien compris les cathos comme les luthériens sont des églises de satan, car liberticides et meurtrières.
    Les temps à venir vont êtres très difficiles pour ces gens…………car ils ne peuvent plus compter sur leur prêtres ou pasteurs pour leur enseigné cette merveilleuse parole de DIEU.

    1Tm 4 1 L’Esprit le dit clairement : dans les derniers temps, certains abandonneront la foi pour suivre des esprits trompeurs et des enseignements inspirés par les démons.
    2Tm 3 1 Rappelle-toi bien ceci : dans les derniers temps, il y aura des jours difficiles.

  • Sentinelle , 17 Sep 2013 à 16:02 @ 16 h 02 min

    Rafraîchissement de mémoire pour Francis sur l’auteur de cette phrase ” Quelqu’un a dit de rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à DIeu, mais je ne me rappelle plus qui…”

    Réponse: c’est Iéshoua merveilleux Seigneur et Sauveur.

    Histoire du nom de Iéshoua au lieu de Jésus.
    Le nom Jésus vient du grec Ièsus.
    Dans le Talmud, le nom “Yeshu” est utilisé pour désigner l’Adôn Iéshoua. Les rédacteurs du Talmud ont volontairement omis la lettre ע (ayin) dans le nom Iéshoua ישוע, afin de biaiser la signification du nom de celui qu’ils n’ont jamais considéré comme le Messie d’Elohîm.
    Yeshu a ainsi donné en grec et en latin Ièsus, puis Jésus en français.
    Or Yeshu, forme contractée de l’acronyme Yimar Shemo Vezihôn, signifie en hébreu …….« Que son nom et sa mémoire soit effacé ! », Si vous êtes tombés sous le subterfuge du nom de Jésus-Christ, comme nous l’avions été aussi dans un passé très proche, il n’est pas tard pour bien faire.
    Faites retour et revenez à ce qui est juste et véridique : IESHOUA HA MASHIAH.

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France