Aides utilise l’argent de la lutte contre la SIDA pour une “exposition décalée et participative ‘le trou du cul pour les enculé-e-s'” sur “la santé anale”

Le festival s’appelle “Oh oui !” et propose “deux semaines non-stop de sexe” entre le 17 juin et le 3 juillet sur Paris. On vous donne quelques titres de manifestations, juste pour vomir : « La bisexualité tout un art », « Des culs et des lettres », « Les Trans pour les Nul-le-s », “Nom d’une pipe !”, « Le Fist pour les nuls », « L’amour selon Saint Jean » (“Questions coquines et taquines assurées”), « Le trou du cul pour les enculé-e-s » où il est bien précisé que “tout le monde” est bienvenu, y compris les mineurs (manifestement, “la santé anale” concerne aussi les enfants.). Idem pour l’événement « Les Putes pour les Nul-le-s »…

Le monde rêvé d’Aides : obscène, homosexuel, métissée

Autres articles

24 Commentaires

  • monhugo , 13 Juin 2014 à 10:38 @ 10 h 38 min

    “Aides” s’occupe de sa chapelle, le rectum. Qui s’étonne ?

  • Yves Tarantik , 13 Juin 2014 à 11:12 @ 11 h 12 min

    Quelle classe !

    Leurs pratiques sexuelles grille les neurones ?
    Le malheureux marquis de Sade n’y retrouverait pas ses petits…
    Quant aux enfants, ils sont évidemment indispensables pour assurer la pérennité de ce haut degré civilisationnel qui submerge l’Occident !
    (Voir le “truc” qui a gagné je ne sais quel foutaise de concours prétendument européen)

  • scaletrans , 13 Juin 2014 à 11:38 @ 11 h 38 min

    Entre deux nausées je me pose la question de savoir si on peut mettre en cause avec clarté l’emploi du budget de lutte contre le sida pour ces magnifiques initiatives. Auquel cas, il doit être possible de lancer un buzz préliminaire à une action en justice.

  • Du Guesclin , 13 Juin 2014 à 12:23 @ 12 h 23 min

    La bête.
    L’œuvre du diable.
    Après soignons les drogues avec des salles de shoot maintenant soignons le sida avec encore plus de sexe non-stop !

  • ranguin , 13 Juin 2014 à 12:40 @ 12 h 40 min

    La première action étant : “incitation à la débauche”.

  • monhugo , 13 Juin 2014 à 13:23 @ 13 h 23 min

    “Du cul, du cul, oui mais de l’inverti” – à fredonner sur l’air de “Des pâtes, des pâtes, oui mais des Panzani”.

  • Vautrin , 13 Juin 2014 à 13:36 @ 13 h 36 min

    Oeuvre diabolique, certes pour les croyants qui croient au Diable. Mais dérèglement psychique profond, sans aucun doute. Ces pervers ne méritent aucune médication (donnée à grands frais par l’argent extorqué aux cotisants). Les Anciens disaient que les Dieux rendaient fous ceux qu’ils voulaient perdre : venue du Panthéon ou d’un dérèglement cérébral, la folie de ces gens-là les perd. Et perd la société qui les tolère.

    Quant au SIDA… Je me dis parfois que ce “gay cancer” (appellation d’origine) n’est peut-être pas si mauvais que ça. Pour les croyants, c’est une punition divine. Mais on peut aussi le considérer comme l’expiation d’un excès de sexualité. J’entends : de sexualité débridée. Car le “crescite nos qui vivimus, multplicamini” biblique n’est pas une restriction , simplement un appel à la nature qui multiplie. Les personnages pervers dont il est question n’entrent évidemment pas dans ce cycle naturel, ils sont impuissants : à procréer, mais aussi à se satisfaire. Il leur faut toujours plus, et au prix de machinations incroyables. Qu’ils en soient victimes n’a, finalement, aucune importance.

    Je retiens seulement deux faits inacceptables : le premier est qu’ils usent de l’argent extorqué au contribuable, le second est qu’il y a des effets collatéraux. Notamment que, parce qu’ils entrent dans une chaîne de contamination très mal maîtrisée, des victimes innocentes meurent des effets lointains de leur perversion. Ce sont donc des criminels.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen