Récit réaliste du 14 juillet

Voici le récit réaliste (âmes sensibles s’abstenir) du “Combat du 14 juillet”, extrait des Causeries du Dimanche (publiées rue Bayard en 1922) :

“A la Bastille! criait-on. Cette action héroïque de la prise de la Bastille, choisie par la Révolution comme son épopée, célébrée avec tant de tapage (…) est une des dérisions les plus remarquables de l’histoire.

Les papiers du temps racontent que, dès que l’émeute se fut portée du côté de la for­teresse, toutes les élégantes de Paris, aussi curieuses qu’aujourd’hui, s’y portèrent en foule; la place des Vosges (alors place Royale) était pleine de leurs carrosses. Les poissardes ne manquaient pas non plus.

Cette rivière de curieux était considérée du haut de la forteresse par 32 Suisses et 82 invalides, qui. avec M. de Launay, commandant, et les officiers, formaient les 120 hommes de la garnison: il leur semblait, dirent-ils, que Paris tout entier débordait vers eux. C’était vrai.

Les émeutiers, assemblés dès 10 heures du matin. fusillent les murs hauts de 40 pieds, épais de 30 pieds, et cet exercice héroïque semble les amuser d’autant plus qu’on ne répond pas.

Enfin le hasard amène un accident qui fut acclamé comme une victoire : un pauvre invalide, en sentinelle sur une tour, est blessé.

Une députation se présente. Le gouverneur fait baisser les ponts-levis, et la reçoit avec honneur, l’invite à déjeuner. Les héros acceptent. Ils se plaignent des canons qui menacent le peuple, le gouverneur fait retirer de suite les canons des embrasures; ils se plaignent de l’attitude de la garnison qui menace le peuple, le gouverneur fait jurer devant les députés aux 114 Suisses et invalides de ne pas tirer sur le peuple s’ils ne sont pas directement atta­qués. Les députés se plaignent enfin des moyens extraordinaires de défense de la forteresse, le gouverneur leur offre de visiter toute la Bastille.

Les parlementaires sortent enfin, et l’on attaque le premier pont; pas une amorce n’est brûlée contre eux; ils l’abaissent, mais quand ils sont au second pont, le gouverneur les fait prévenir qu’il va faire feu. Cela les scandalise.

Les hommes armés qui assiégeaient la Bastille dans ces conditions très exceptionnelles étaient 800. Mais il faut dire qu’ils n’eurent tant d’audace quen raison de la présence au milieu d’eux des gardes françaises.

Ces gardes, qui formaient une partie très galante de l’armée, et où l’on s’engageait pour ce honteux motif, venaient beaucoup au Palais Royal, rendez-vous assez immonde. Cette situation exceptionnelle rendait ces soldats propres à toutes les misères. (…) le peuple les faisait boire, et ils étaient de la partie de plaisir et de gloire du 14 juillet 1789.

Cependant on ne prend point une solide for­teresse avec des cris et des vociférations. On délibéra si on ne pourrait point calciner les pierres avec une huile savante au phosphore. Ceci est imaginé par un brasseur, qui ne connaissait pas encore le pétrole. Un autre propose de brûler une jeune fille, qu’on assurait être la fille du gouverneur, pour obliger ce dernier à se rendre ; or, cette pauvre enfant, qui n’avait pas du tout ce titre à leur fureur, faillit périr.

Un jeune homme qui a étudié ses auteurs veut construire une catapulte, il a le mo­dèle, etc.

Cependant, profitant de la répugnance qu’a­vait la garnison trop bien garantie « à tirer sans péril sur des corps vivants », les gardes françaises, un pont-levis étant baissé, allument de la paille; alors les Suisses exaspérés, au lieu de se laisser rôtir, font une décharge, et la foule crie à la trahison, elle recule épouvantée

A ce moment, un chasseur du marquis de Conflans, né en Suisse, de parents pauvres, adopté par lui et patriote à la belle figure, qui se distinguait parmi les assaillants débouche avec des gardes françaises; ils avaient trouvé cinq canons ; on les braque sur les embrasures, et l’attaque recommence. Ce Hullin qui va arrêter M. de Launay recevra de la municipalité le titre de vainqueur de la Bastille et une médaille commémorative; comme il est le héros de la grande journée du 14 juillet, (…).

On perd la tête. M. de Launay ne voulant pas, avec cent hommes, lutter contre tout un peuple et contre des soldats, ni livrer la forteresse confiée à son honneur, veut mettre le feu aux poudres et faire sauter le quartier Saint-Antoine. Un officier invalide l’arrête et il en sera cruellement châtié par le peuple; son supplice sera une des horreurs épouvantables de la journée; on lui coupera la main, on le pendra, on le percera, et cette main coupée sera promenée en triomphe au bout d’une pique.

A la demande des officiers invalides, de Launay capitule donc, mais à la condition que la garnison aurait la vie sauve. C’est solennel­lement juré, et le grand pont-levis, que l’émeute n’eût jamais fait tomber, s’abaisse lentement.

La foule, ivre de joie, se précipite dans la sombre forteresse; Hullin et les gardes fran­çaises veulent faire respecter la capitulation, mais la populace déclare qu’il faut tuer, et elle exécute, séance tenante, cinq officiers et plusieurs invalides qui avaient fait la ma­nœuvre du pont.

De Launay, en sortant, reçoit un coup d’épée dans l’épaule droite; rue Saint-Antoine, « tout le monde lui arrachait les cheveux et lui don­nait des coups ». Sous l’arcade Saint-Jean il était déjà « très blessé ». Autour de lui, les uns disaient : « Il faut lui couper le cou », les autres : « Il faut le pendre », les autres : « Il faut l’attacher à la queue d’un cheval. » Alors, désespéré, et voulant abréger son supplice, il crie: « Qu’on me donne la mort! » et, en se débattant, lance un coup de pied dans le bas-ventre d’un des hommes qui le tenaient. A l’instant il est percé de baïonnettes, on le traîne dans le ruisseau, on frappe sur le cadavre, en criant : « C’est un galeux et un monstre qui nous a trahis; la nation demande sa tète pour la montrer au public. » Et l’on invite l’homme qui a reçu le coup de pied à la couper lui-même. Celui-ci, cuisinier sans place, demi-badaud qui est allé à la Bastille pour voir ce qui s’y passait, juge que, puisque tel est l’avis général, l’action est « patriotique » et croit même « mériter une médaille en détrui­sant un monstre ». Avec un sabre qu’on lui prête il frappe sur le cou nu; mais le sabre mal affilé ne coupant point, il tire de sa poche un petit couteau à manche noir, et « comme en sa qualité de cuisinier il sait travailler les viandes », il achève heureusement l’opération. Puis, mettant la tête au bout d’une fourche à trois branches, et accompagné de plus de 200 personnes armées, « sans compter la populace », il se met en marche, et, rue Saint-Honoré, il fait attacher à la tête deux inscrip­tions pour bien indiquer à qui elle était. — La gaieté vient; après avoir défilé dans le Palais-Royal, le cortège arrive sur le Pont-Neuf; devant la statue de Henri IV, on incline trois fois la tête, en lui disant : « Salue ton maître. » C’est la plaisanterie finale; il y en a dans tout triomphe, et, sous le boucher, on voit apparaître le gamin … » (Taine)

L’Assemblée écouta le récit de cette cam­pagne glorieuse, exigea du roi le retrait de l’armée sous Paris pour donner satisfaction aux héros du 14 juillet; le roi céda (…)

Le lendemain 15 juillet (il n’y a pas de fête sans lendemain), le cuisinier qui a coupé la tète à M. de Launay apportait au Palais-Royal le cœur enlevé d’un homme massacré sans motif dans la rue, un soldat tenait la tête; le peuple réclame ces trophées, et pendant que le cuisinier soupe, on promène le cœur san­glant sur un bouquet d’oeillets blancs.”

Merci à EVR.

Articles liés

62Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • monhugo , 14 juillet 2013 @ 22 h 29 min

    La “Fête nationale” célèbre en fait autant le 14 Juillet 1790, c’est-à-dire la “Fête de la Fédération” (supposée fête de la réconciliation de tous les Français), où Louis XVI dut prêter serment à la loi et à la Nation, car en 1880 si l’on s’arrêta sur le 14 Juillet, on ne décida pas franchement entre la (honteuse) prise de la Bastille en 1789, chère aux “républicains” et la commémoration de l’année suivante, chère aux “conservateurs”.

  • Carlos , 14 juillet 2013 @ 23 h 21 min

    Le 14 juillet 1789 : une magistrale mystification organisée par les illuminatis :

    http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2013/07/le-14-juillet-une-magistrale.html#more

    Ne recherchent-ils pas à faire la même chose aujourd’hui ?

  • LUC+ , 14 juillet 2013 @ 23 h 40 min

    Les hommes de VALLS confisquent les drapeaux français sur les Champs Elysées et (Mr Duflot ) Xavier CANTAT mari d’une ministre de la république boycotte le défilé !
    RECIT REALISTE DU 14 JUILLET 2013 !!!!

  • monhugo , 14 juillet 2013 @ 23 h 51 min

    Voir, pour un (rapide) panorama des horreurs sans nom de la Révolution de 1789, sur actionroyaliste.com, la vidéo (cliquez sur l’onglet en haut “SACR.TV”), intitulée : “Pourquoi nous ne fêtons pas 1789”. L’ignoble Turreau, celui des “Colonnes infernales”, a son nom sur l’Arc-de-Triomphe…. alors qu’il est responsable de dizaines de milliers d’assassinats pendant la “pacification” en Vendée. Un peu comme si le nom d’un boucher nazi se trouvait sur un monument en Israël.

  • LUC+ , 14 juillet 2013 @ 23 h 54 min

    Oui mais on est en 2013 !!! Et il s’en passe aussi des vilaines chose en France !!!

  • monhugo , 15 juillet 2013 @ 0 h 03 min

    Xavier Cantat, l’aîné de Bertrand, celui qui tapait sur les femmes et en a même tué une, est le concubin de la Duflot et le géniteur de la dernière-née de celle-ci (elle a en effet 3 autres enfants, de son ex-mari). La charmante enfant se prénomme “Térébenthine” et est âgée de 5 ans. “Térébenthine” pour deux parents écolos militants, un “prénom” qui s’impose (“térébenthine” : oléorésine coulant en particulier du térébinthe) ?…

  • monhugo , 15 juillet 2013 @ 0 h 22 min

    Cette réponse, 3 mn après la mienne, montre assez que vous n’avez pas jugé bon de visionner la vidéo. On n’en est pas encore en 2013 à se faire (comme les nazis) des reliures en peau humaine en écorchant le cadavre des guillotinés et autres suppliciés. Par exemple. D’ailleurs la guillotine ne trône pas en place de la Révolution, puisque aujourd’hui place de la Concorde, au même endroit que sous la Terreur, ce sont les “huiles” républicaines qui trônent pour le “défilé”. Ou à “marier” à la Carrier, dans la bonne ville de Nantes du sieur Ayrault. Je vous recommande l’intertitre final, citation de Jules Romains (à orthographier correctement, car sans “s” final, c’est un artiste italien du 16ème siècle) : “La dictature du type nazi est un cancer tardif qui a bourgeonné sur la Révolution française”.

Les commentaires sont clôturés.