Viktor Orbán : pour sauver l’Europe, il faut des politiques familiales courageuses, pas des politiques d’immigration

« Ce qui a lieu aujourd’hui en Europe, c’est une attaque ouverte rouge-verte contre les valeurs traditionnelles : contre l’Église, contre la famille, contre la nation ».

Le premier ministre hongrois a clos sa visite officielle au Royaume-Uni le 9 octobre par un discours devant le think-tank de politique étrangère Chatham House dans lequel il demande aux leaders européens de changer de politique et de revenir aux valeurs qui ont fondé l’Europe. « La démocratie en Europe est fondée sur le christianisme. La racine anthropologique de nos institutions politiques, c’est l’image de Dieu qui exige un respect absolu de l’être humain. Pour les familles, il faut dire les choses clairement. Une communauté qui ne peut se maintenir biologiquement est vouée à la disparition. L’immigration n’est pas une réponse. C’est un piège, un leurre. Nous devons reconnaître les politiques familiales motivées par la démographie comme essentielles et légitimes », a lancé Viktor Orbán aux personnes réunies pour l’occasion.

Pour le leader du Fidesz, aucune politique économique et fiscale ne pourra sortir l’Europe de la crise sans s’appuyer sur les États-nations et sans un retour aux valeurs traditionnelles et à l’honnêteté. « Sans honnêteté, non seulement nous ne pourrons pas vaincre la crise mais nous ne serons même pas en position de soulever les bonnes questions. » « Nous ne pouvons pas continuer à vivre au-dessus de nos moyens », a martelé Orbán dans une allusion aux politiques d’assistanat en faisant remarquer que l’endettement des 28 États de l’UE atteint désormais 11 000 milliards d’euros, et que ces 28 pays s’endettent chaque jour de 1,2 milliard d’euros supplémentaires.

En présentant sa vision de l’avenir de son pays et de l’Europe, le Premier ministre hongrois a précisé que, contrairement à de nombreux Britanniques, il ne souhaite pas sortir de l’Union européenne mais la réformer de l’intérieur. Pour le leader conservateur, la Hongrie est aujourd’hui un véritable laboratoire de solutions fondées sur les valeurs traditionnelles. Et force est de reconnaître que la Hongrie qui était dans un état catastrophique à l’arrivée du Fidesz au pouvoir a beaucoup amélioré sa situation en quelques années (voir l’article : La Hongrie dit adieu au FMI).

Dans un entretien avec le Telegraph, Viktor Orbán explique que le problème en Europe, c’est que contrairement aux nazis les communistes n’ont jamais été complètement vaincus. Le communisme a toujours voulu encourager les gens à ne pas accepter le monde tel qu’il est et à essayer de le détruire. Il a aussi inculqué aux Européens une croyance en des droits acquis indépendants des efforts de chacun et il a détruit de manière délibérée la notion de responsabilité personnelle. Pour l’ancien dissident hongrois, il y a des liens de parenté directs entre le communisme bolchevique de l’ancien bloc de l’Est, la « génération 68 » à l’Ouest et les bureaucrates de Bruxelles et les médias d’aujourd’hui. Orbán perçoit clairement l’héritage communiste dans l’idéologie actuelle de la gauche libertaire radicale, dans la doctrine européenne des droits de l’homme et dans les efforts de la Commission européenne pour imposer une uniformité culturelle et juridique aux États membres.

Dans les colonnes du Telegraph, Viktor Orbán vante le patriotisme et il appelle les conservateurs de tous les pays à s’impliquer au niveau européen pour permettre à notre continent à la dérive de redresser le cap.

Photo en Une : capture d’écran de l’interview du Telegraph 

Du même auteur :
> Après la Hongrie, la Pologne ? Haro sur les conservateurs !
> Hongrie : le Parlement européen veut donner des leçons de démocratie
> Hongrie : les institutions européennes de plus en plus allergiques au verdict des urnes
> La Hongrie de Viktor Orbán pour exemple
> Nouvelles pressions européennes sur la Hongrie
> Viktor Orbán et son parti conservateur Fidesz restent très populaires auprès des Hongrois

Autres articles

38 Commentaires

  • Catholique & Français , 15 Oct 2013 à 8:10 @ 8 h 10 min

    Bravo, monsieur le Premier Ministre ! Mutatis mutandis, vous montrez une partie de ce qu’il faudra réaliser en France aussi. Après quels malheurs ?

  • CARON , 15 Oct 2013 à 8:28 @ 8 h 28 min

    Remarquable déclaration.
    Ce monsieur a tout compris et le dit de manière claire et simple.
    Longue vie à la Hongrie !
    Espérons que cela inspirera des politiques français ?

  • JSG , 15 Oct 2013 à 8:30 @ 8 h 30 min

    C’est courageux de dire tout haut, ce que les peuples d’Europe pensent tout bas, devant un parterre de chefs d’états corrompus par leurs idées utopistes et suicidaires.
    Bravo, monsieur le Premier Ministre, respect.

  • Bernard , 15 Oct 2013 à 9:33 @ 9 h 33 min

    POURQUOI n’avons nous AUCUN homme politique de cette valeur en FRANCE ?
    POURQUOI veut on nous faire entrer dans le crâne que l’immigration est une chance
    Cette immigration n’est pas même une véritable chance pour les immigrés, déracinés de chez eux
    Cette immigration est utilisée contre NOUS TOUS et contre ces populations pleine d’espoir

    QUAND verrons nous la triste réalité ? QUAND ces déplacés se révolteront ??
    HONTE à l’EUROPE, animée par des escrocs NON élus, mais HONTE à la FRANCE …

  • pas dupe , 15 Oct 2013 à 9:40 @ 9 h 40 min

    La naissance du Royaume de Hongrie remonte à l’an 1000 lors du couronnement d’Etienne 1er de Hongrie avec la bénédiction du pape Sylvestre II. Il est évident que ce premier ministre hongrois qui revendique les racines chrétiennes de son pays ne fasse l’unanimité au sein de l’europe et des états unis qui imposent la destruction des racines de chaque état que compose ladite europe !
    Ce pays par ailleurs a vécu le communisme et sait ce que veut dire “république populaire de Hongrie” ! Tant qu’en France, les français ne goûteront pas à cette “république populaire de France”, ils continueront bêlement à voter UMPS/fdeg… !

    Celui qui n’a pas vu ce qu’est une ville dirigée par le socialo-communisme n’a aucune idée de ce qui les attend ! Pas un commerce en ville, en campagne encore moins ! Qu’une coopérative relevant du seul parti du pays ! Rien à vendre. Que des articles publicitaires non vendables. Une surveillance accrue ! Des avantages réservés aux adhérents du parti. Interdiction d’acheter un véhicule avant de l’avoir payé, soit sur plusieurs années… etc !
    Alors que penser aujourd’hui avec la modernisation en plus !

    Que diront-ils, ces français naïfs ou moutons, lorsque toutes les épargnes seront prélevées du pourcentage qu’imposera l’europe, pour leur nouveau Chypre II ?
    Monsieur Orban a raison de vouloir quitter cet organisme de voleurs qu’est le FMI !

  • Bernard , 15 Oct 2013 à 11:08 @ 11 h 08 min

    pour SAUVER la FRANCE………voici ce qu’écrit une Iranienne : bravo, elle dit vrai !

    Madame Shahla Pahlavi

    À Monsieur le Président de la République / Palais de l’Elysée / Le 26 juillet 2013

    Monsieur le Président,

    Je suis d’origine Iranienne, née en 1964 dans la province de Markazī, je suis arrivée en France en 1982, fuyant la République islamique de Khomeiny.
    J’étais l’ainée d’une fratrie de 4 enfants. Nous avons dû fuir le régime de Khomeiny, mon père fut arrêté par les gardiens de la révolution, il fut torturé, jugé, émasculé et décapité.
    Ma mère fut arrêtée et violée cinquante-quatre fois, elle en a perdu ses ovaires.
    Moi j’avais à l’époque 14 ans, ma sœur 12 ans et mes frères 10 et 8 ans. Ma sœur et moi furment violées à dix reprises, ma sœur en mourut. On nous dépouilla de tous nos biens et nous dûmes porter le niqab.
    Nous avons réussi ma mère, mes frères et moi à fuir Téhéran, pour nous réfugier chez un de nos cousins dans la province d’Ilam.

    Profitant du conflit avec l’Irak mon cousin et ma famille avons fui l’Iran via la Turquie, heureusement que mon cousin était un homme d’affaires avec des relations et notamment des amis en Turquie.
    Maintenant je suis française depuis 1996 et fière de l’être, j’ai pu faire des études supérieures, j’ai actuellement une bonne situation, une famille, un mari français, et 2 enfants. Et je puis affirmer que les français ne sont pas racistes dans leur grande majorité.

    Je vous écris ce courrier Monsieur le Président, pour attirer votre attention sur les erreurs que vous faîtes vis à vis des islamistes, vous jouez leur jeu à des fins purement clientélistes et électoralistes. Je suis musulmane, non pratiquante, mais mon devoir est de vous alerter sur cet extrémisme islamique qui telle la peste se répand dans notre pays.

    Voir de plus en plus de femmes voilées dans notre pays, me glace le sang et me rappellent de douloureux souvenirs. C’est une atteinte à la dignité des femmes, bien que devant vous et les caméras elles diront que c’est leur choix, ces paroles sonnent faux et ne sont qu’illusions.
    Je connais beaucoup de femmes voilées, elles le font toutes sous la contrainte, elles sont victimes de chantage et de menace de mort. Huit de mes amis ont disparue, suite au refus du port du voile. Les mariages forcés ont augmenté de plus de 20% en 2012, soit 80000 estimés.
    Monsieur le président, pour des raisons électoralistes et clientélistes, vous ne devez en aucun cas céder au chantage des musulmans.

    Que Monsieur Valls ait reçu des femmes voilées totalement manipulées par leur conjoint est un scandale et une atteinte aux libertés fondamentales de la femme. Madame Najat Vallaud Belkacem ministre du droit des femmes en recevant aussi ses femmes porte atteinte à la dignité des femmes, que soit disant, elle défend, et donne raison aux intégristes. Je lui ai fait quatre courriers restés sans réponse, et je lui demandé un entretien et j’ai eu fin de non-recevoir.

    Certes 85% de la population musulmane a voté pour vous, mais ne cherchez pas à garder cet électorat en acceptant tous leurs désirs. La religion et la politique ne font jamais bon ménage. Vous mettez actuellement la liberté des femmes en péril, vous obligez vos compatriotes à manger Halal, vous leur imposez au journal télévisé le ramadan, qui n’a pas à faire les gros titres des journaux.

    Vous imposez dans les écoles des repas halal, vous faîtes supprimer dans les crèches et les écoles les dessins de petits cochons et les cochons tirelires sous prétexte de signes islamophobes. Tout cela est absurde et dangereux pour notre démocratie.
    Au risque de vous choquer, ces gens-là sont des manipulateurs qui se réfugient derrière le racisme et l’islamophobie, mais en fait, ils veulent nous imposer leur religion, leurs us et coutumes.
    Pour eux le temps est une notion dérisoire, ils ont le temps pour eux, mettront-ils dix ans, vingt ans ou plus ils arriveront à leurs fins. Surtout en France où vous les politiques, vous êtes plus intéressés par vos carrières que par l’avenir de la France.
    Vos attitudes clientélistes ne font qu’amplifier les haines et augmenter le racisme, les gens sont à cran, le fait de voir que des gens de confession musulmane sont pris en considération par le pouvoir plus que le français de souche les exaspère.
    Les politiques dites d’intégration que vous faites et qu’on fait vos prédécesseurs sont lamentables. A savoir que ce n’est pas au peuple d’accueil de s’intégrer aux derniers arrivés, mais aux derniers arrivés de s’intégrer.
    Nous assistons à un repli identitaire qui s’accompagne d’un violent retour aux sources culturelles dans la plupart des sociétés sources de l’immigration, et ce repli trouve sa traduction jusque sur le sol des terres d’accueil. Il y a aussi le fait que l’on pense que tout le monde a vocation à s’intégrer, ce qui est impossible.
    Des immigrés ne voudront ou ne pourrons jamais s’intégrer. Beaucoup, et il ne faut pas avoir peur de le dire, sont venus en France pour profiter de la politique sociale qui est, disons le franchement, la plus avantageuse du monde pour les bénéficiaires.
    De plus, il faut évoquer le tabou du taux de natalité qui conduit à feindre de croire qu’un enfant éduqué au sein d’une fratrie nombreuse, avec des parents qui ne détiennent ni le niveau d’instruction, ni la maîtrise des codes de la société française, pourra réussir à terme aussi bien qu’un enfant éduqué dans une fratrie de taille raisonnable et dont les parents détiennent suffisamment de clés, l’une des plus importantes étant au demeurant le souci de l’enfant et l’écoute de ses besoins pour un développent harmonieux au sein de notre société.
    A savoir, ne vous en déplaise Monsieur le Président que pour ces gens faire des enfants, est un revenu financier non négligeable, certains arrivent à percevoir jusqu’à 20000€ d’aides .

    Contrairement à ce qui avait cours pour l’immigration intra-européenne, il y a aujourd’hui un sens à parler d’intégration au bout de plusieurs générations, car la dégradation de l’intégration dans le temps est une réalité qui se mesure chaque jour. Elle se mesure au travers du refus d’utiliser la langue française au quotidien, y compris dans les cours de récréation.
    Elle se mesure au travers de la remise en cause de la neutralité religieuse dans les universités, dans les entreprises, dans les hôpitaux. Elle se mesure par les guerres tribales qui ont lieu dans les cités où différentes ethnies s’affrontent jusqu’à la mort.

    Cette dégradation a d’ailleurs été consignée par un certain nombre de chercheurs, dont récemment Hugues Lagrange dans son ouvrage Le déni des cultures, où il écrit que nous assistons à “un ré enracinement des troisièmes et quatrièmes générations de l’immigration dans la culture de leurs parents et de leurs pays d’origine.”
    Ce qui exaspère aussi les Français dans le contexte religieux, c’est que non seulement on leur impose de manger Halal, mais aujourd’hui, en France, on détruit des églises car elles sont trop coûteuses en entretien pour les communes, mais on construit des mosquées à tour de bras. Dont l’entretien sera en tant que lieu de culte à la charge des communes.

    N’oubliez pas Monsieur le Président, les événements qui se produisent actuellement en Egypte, en Tunisie, où de jeunes hommes et femmes se battent et se font tuer pour être libres, ne pas porter le voile, pouvoir s’embrasser dans la rue, danser, vivre une vie à l’occidentale, alors que vous et votre gouvernement, vous ouvrez la porte à l’obscurantisme, pour des raisons électoralistes et populistes.
    Continuez sur cette voie et vous mettrez votre pays dans le noir des niqabs et sans doute le dirigerez vers une guerre de religion.

    J’aime la France, mon pays d’accueil où j’ai pu trouver la liberté d’expression, la liberté de pensée, où j’ai pu étudier, où je peux travailler et manger à ma faim.

    Monsieur Le Président, je vous conseillerai de relire beaucoup d’ouvrages de nos philosophes français, tant qu’il en est encore temps, et pensez à l’avenir de la France, de nos enfants, de nos fils et filles et ne leur imposez pas par carriérisme une vie vouée à l’obscurantisme religieux.
    Je ne voudrais pas que mes petits-enfants fuient la France d’ici quelques années, comme moi j’ai dû fui l’Iran pour ne pas vivre sous la terreur et sous le joug de religieux intégristes.
    Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’hommage de mon respect.
    Madame Pahlavi

  • V_Parlier , 15 Oct 2013 à 11:28 @ 11 h 28 min

    Pourquoi? Parce-que toutes ces révélations (plutôt évidentes, il est vrai) ne plaisent pas à la fois aux socialistes et aux néo-libéraux. Aucune chance donc de voir çà en France !

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France