Viktor Orbán : pour sauver l’Europe, il faut des politiques familiales courageuses, pas des politiques d’immigration

« Ce qui a lieu aujourd’hui en Europe, c’est une attaque ouverte rouge-verte contre les valeurs traditionnelles : contre l’Église, contre la famille, contre la nation ».

Le premier ministre hongrois a clos sa visite officielle au Royaume-Uni le 9 octobre par un discours devant le think-tank de politique étrangère Chatham House dans lequel il demande aux leaders européens de changer de politique et de revenir aux valeurs qui ont fondé l’Europe. « La démocratie en Europe est fondée sur le christianisme. La racine anthropologique de nos institutions politiques, c’est l’image de Dieu qui exige un respect absolu de l’être humain. Pour les familles, il faut dire les choses clairement. Une communauté qui ne peut se maintenir biologiquement est vouée à la disparition. L’immigration n’est pas une réponse. C’est un piège, un leurre. Nous devons reconnaître les politiques familiales motivées par la démographie comme essentielles et légitimes », a lancé Viktor Orbán aux personnes réunies pour l’occasion.

Pour le leader du Fidesz, aucune politique économique et fiscale ne pourra sortir l’Europe de la crise sans s’appuyer sur les États-nations et sans un retour aux valeurs traditionnelles et à l’honnêteté. « Sans honnêteté, non seulement nous ne pourrons pas vaincre la crise mais nous ne serons même pas en position de soulever les bonnes questions. » « Nous ne pouvons pas continuer à vivre au-dessus de nos moyens », a martelé Orbán dans une allusion aux politiques d’assistanat en faisant remarquer que l’endettement des 28 États de l’UE atteint désormais 11 000 milliards d’euros, et que ces 28 pays s’endettent chaque jour de 1,2 milliard d’euros supplémentaires.

En présentant sa vision de l’avenir de son pays et de l’Europe, le Premier ministre hongrois a précisé que, contrairement à de nombreux Britanniques, il ne souhaite pas sortir de l’Union européenne mais la réformer de l’intérieur. Pour le leader conservateur, la Hongrie est aujourd’hui un véritable laboratoire de solutions fondées sur les valeurs traditionnelles. Et force est de reconnaître que la Hongrie qui était dans un état catastrophique à l’arrivée du Fidesz au pouvoir a beaucoup amélioré sa situation en quelques années (voir l’article : La Hongrie dit adieu au FMI).

Dans un entretien avec le Telegraph, Viktor Orbán explique que le problème en Europe, c’est que contrairement aux nazis les communistes n’ont jamais été complètement vaincus. Le communisme a toujours voulu encourager les gens à ne pas accepter le monde tel qu’il est et à essayer de le détruire. Il a aussi inculqué aux Européens une croyance en des droits acquis indépendants des efforts de chacun et il a détruit de manière délibérée la notion de responsabilité personnelle. Pour l’ancien dissident hongrois, il y a des liens de parenté directs entre le communisme bolchevique de l’ancien bloc de l’Est, la « génération 68 » à l’Ouest et les bureaucrates de Bruxelles et les médias d’aujourd’hui. Orbán perçoit clairement l’héritage communiste dans l’idéologie actuelle de la gauche libertaire radicale, dans la doctrine européenne des droits de l’homme et dans les efforts de la Commission européenne pour imposer une uniformité culturelle et juridique aux États membres.

Dans les colonnes du Telegraph, Viktor Orbán vante le patriotisme et il appelle les conservateurs de tous les pays à s’impliquer au niveau européen pour permettre à notre continent à la dérive de redresser le cap.

Photo en Une : capture d’écran de l’interview du Telegraph 

Du même auteur :
> Après la Hongrie, la Pologne ? Haro sur les conservateurs !
> Hongrie : le Parlement européen veut donner des leçons de démocratie
> Hongrie : les institutions européennes de plus en plus allergiques au verdict des urnes
> La Hongrie de Viktor Orbán pour exemple
> Nouvelles pressions européennes sur la Hongrie
> Viktor Orbán et son parti conservateur Fidesz restent très populaires auprès des Hongrois

Autres articles

38 Commentaires

  • Bernard , 15 octobre 2013 @ 13 h 25 min

    QUE FAIRE lorsqu’on lit ceci ?? SI les Maires sont aussi pourris, où trouver VOTRE homme ?
    >> Témoignage d’un employé de la mairie de Metz

    Après les bons pour obtenir des télés écran plat ou un frigo gratuit pour nos pauvres émigrés défavorisés auprès de la CAF, une pauvre musulmane est venue demander aux services de la CAF de Metz une aide exceptionnelle de 2000 euros pour la facture de son téléphone portable qu’elle n’arrivait plus à régler!
    Devinez qui a payé ?

    La ville de Metz a payé cette année (2012) 7 000 000 d’euros (!) en frais d’hébergement d’hôtel pour les Roms et autres (qui pendant ce temps cambriolent vos maisons, jouent les pickpockets dans la rue, démantèlent les réseaux de câble en cuivre des trains et lignes téléphoniques,…). Suite à cette générosité (payée grâce à nos taxes d’habitation, foncières et autres impôts), 300 nouveaux Roms sont venus s’installer récemment à Metz.

    Afin de bénéficier en plus de la CMU, ces Roms se sont alignés boulevard de l’Europe, à Borny sur des centaines de mètres sur des chaises, et les services administratifs de la ville de Metz se sont déplacés pour les inscrire !!! On estime aujourd’hui à 1000 les Roms vivants en 3 camps principaux dans l’agglomération de Metz et alentours…

    La préfecture et services de police savent pertinemment qu’il y a derrière tout ça des réseaux mafieux roumains avec des chefs roulant en voiture de luxe et possédant de somptueuses villas, mais qu’importe !

    Continuons à payer et à donner une pièce aux femmes se lamentant avec un bébé dans les bras à chaque coin de rue. Au fait, vous vous êtes déjà demandé où elles étaient la nuit ? Ne vous inquiétez pas. Un ramassage organisé en fin de soirée avec de grosses voitures les prend en charge (il faut voir alors leur sourire en comptant l’argent donné par le pigeon…)

    Précision: quand un Rom arrive en France, il touche 400 euros d’aide directe … sachant que le salaire moyen en Roumanie est de 300 euros pour les honnêtes gens…

    Au Secours Catholique de Metz, des centaines d’émigrés viennent chercher des vêtements (c’est moins cher que chez Tati, vu que c’est gratuit). De plus en plus ne prennent même plus la peine d’emporter les vêtements, mais se changent directement sur place en laissant leurs anciens vêtements qui n’ont évidement pas été lavés depuis des jours ! ( la ville de Metz se chargera de la lessive ?…)

    A Uckange, les tours hébergeant des familles de Kosovars ont été l’année dernière vidées de leurs occupants. La Préfecture de Metz a proposé aux occupants de s’installer à Woippy ou Borny (des appartements ont été mis à leur disposition). Bilan: refus des Kosovars de s’installer dans ces quartiers car ce réseau mafieux détient le marché de la drogue dans la vallée de la Fensch. Ils ne veulent donc pas entrer en compétition avec les réseaux de drogues bien connus de Woippy et de Borny détenus par des maghrébins. Ils ont avoué eux-mêmes que s’ils étaient placés dans ces quartiers, ils sortiraient les armes et qu’il y aurait des règlements de compte !

    Des médecins et chirurgiens sont scandalisés et complètement débordés au service d’urgence . Tous les Roms et maghrébins bénéficiant de la CMU (ou non) envahissent les lieux pour des rhumes, des bobos et autres idioties. Mais c’est gratuit ! Pourquoi aller faire la queue chez le médecin comme vous et moi et payer ?

    Ce qui se passe chez nous se passe évidement dans toutes les villes de France ! (à Paris, les frais d’hébergement en hôtel des Roms sont estimés à 10 000 000 d’euros!)

    Je ne suis pas raciste, je suis dégoûté !
    Je travaille dans un bureau à la ville de Metz et je vois passer les factures…

  • V_Parlier , 15 octobre 2013 @ 15 h 44 min

    Quand un scribouillard affilié à l’UMPS et/ou au monde du boboïsme traite quelqu’un de fasciste, çà ne me donne que plus envie de m’intéresser à l’accusé en question. Ca fait l’effet d’une publicité sur moi. (Après on s’étonnera que les vrais fascistes se retrouvent démarginalisés, et on se demandera pourquoi).

  • Antoine , 15 octobre 2013 @ 15 h 51 min

    Nos hommes politiques sont tellement enfermés dans leur idéologie qu’ils n’y s’y inspireront pas. La politique du gouvernement est totalement opposée à celle de la Hongrie. Toutefois, je ne nie pas que certains députés ont des convictions sincères et qu’ils réagiront.

  • Antoine , 15 octobre 2013 @ 16 h 01 min

    Pouvez vous citer la source s’il vous plait ?

  • Bernard , 15 octobre 2013 @ 16 h 26 min

    NON, désolé, je ne le puis car reçu ce matin ! Un hoax, peut être, me dit une personne sur ce site

  • christiane , 15 octobre 2013 @ 16 h 31 min

    Il ne faut rien attendre de nos politiques, ils nous trahissent depuis 40 ans; ils
    préfèrent démolir des églises et construire des mosquées; ne pas servir de poisson dans les cantines le vendredi et rayer le porc du menu : voilà où nous en sommes arrivés et ce que Bernard nous ra

  • christiane , 15 octobre 2013 @ 16 h 40 min

    ce que Bernard nous raconte est la triste vérité : les élus UMPS jettent
    l’argent par les fenêtres pour entre autres, régler les factures des Roms, des maghrébins et des africains, alors que les SDF, sont des Français qui dorment dans la rue, ne mangent pas à leur faim, mais ceux qui gèrent le pays s’en moquent éperdument ; c’est tout simplement scandaleux et, il faut que cela cesse. Il faut que les Français qui, pour la plupart, ignorent ces faits, soient mis au courant le plus vite possible.
    A défaut d’un coup d’ Etat qui n’arrivera jamais, il faut voter en masse pour le FN, c’est, pour l’instant, la seule solution. Aymeric Chauprade n’a pas craint de le dire.

Les commentaires sont fermés.