Une jeune chrétienne soudanaise condamnée à mort pour apostasie

Une Soudanaise de 27 ans, enceinte de 8 mois, a été condamnée à 100 coups de fouet pour adultère car elle a épousé un chrétien. En effet, selon la charia, une musulmane ne peut se marier qu’avec un musulman. Par conséquent, toute relation amoureuse avec un non musulman est considéré comme un adultère et puni comme tel.

À cela, s’ajoute sa condamnation à mort pour apostasie. « Nous vous avions donné trois jours pour abjurer votre foi mais vous avez insisté pour ne pas revenir vers l’islam. Je vous condamne à la peine de mort par pendaison ». La sentence est tombée dans un tribunal de Khartoum : Meriam (Marie) Yahia Ibrahim Ishag, une jeune chrétienne copte de 27 ans, pourrait être exécutée deux ans après son accouchement.

La charia, en vigueur au Soudan depuis 1983, interdit les conversions sous peine de mort. Meriam Yahia Ibrahim Ishag ne cesse de clamer qu’elle a toujours été chrétienne, car élevée dans la foi chrétienne copte de sa mère d’origine égyptienne, son père musulman, l’ayant abandonnée.

Or, un enfant de père musulman est de toute façon musulman, selon la loi islamique.

Meriam Yahia Ibrahim Ishag fera appel de la décision du tribunal, et ses avocats ont déclaré qu’elle était prête à s’adresser à la Cour constitutionnelle car, selon eux, l’interdiction de l’apostasie viole la Constitution. Plusieurs pays ont exprimé leur préoccupation. « Nous appelons le gouvernement du Soudan à respecter le droit à la liberté de religion, notamment le droit à changer de foi ou de croyances », ont indiqué dans un communiqué conjoint les ambassadeurs des pays « croisés et impérialistes » des États-unis, du Canada, de Grande-Bretagne et des Pays-Bas.

Autres articles

32 Commentaires

  • eirine , 16 mai 2014 @ 13 h 42 min

    La France va l accueillir à bras ouvert!

  • victor , 16 mai 2014 @ 14 h 01 min
  • Alainpsy , 16 mai 2014 @ 14 h 08 min

    On attend la réaction ferme des socialistes et de leur chef, ces grands défenseurs des causes humanitaires, de la liberté de religion, du respect etc…etc…et surtout, une clarification sans ambiguité de la position Française à l’égard de l’islam en France en ce qui concerne l’apostasie. Par exemple, hollande et ses amis pourraient proclamer haut et fort que le gouvernement de la France ne reconnaît pas la loi islamique selon laquelle un enfant de musulmans est un musulman automatiquement, et que, par conséquent, il a le droit de choisir sa religion ou son atheisme et qu’il n’a pas à être menacé pour cela puisque les hommes naissent libres et égaux en droit. Il faudrait avoir le courage de le dire, le courage….hollande….valls…il y a quelqu’un ? Et que toute femme qui enlève son voile n’a pas à être menacée…mais ça c’est une autre histoire. Quant à cette jeune femme condamnée à mort, j’attends avec impatience la mobilisation des Chrétiens et sous quelle forme, parce que ces persécutions, ces meurtres, ça commence à faire beaucoup, et que tendre l’autre joue pourrait être remplacé par montrer les dents. Vous imaginez si on pendait une musulmane parce qu’elle refuse d’être Chrétienne…les conséquences dans le monde !! Le Christ n’a jamais dit qu’un Chrétien devait être lâche, peureux, suicidaire, masochiste, ou victime persécutée. L’islam c’est la part d’ombre de l’humanité, ce qui lui reste de son esprit reptilien, ses vieux instincts sanguinaires; plus il y a de lumière, plus il y a d’amour, moins il y a d’islam.

  • monhugo , 16 mai 2014 @ 14 h 21 min

    Meriam Yahya Ibrahim, jeune femme médecin de 27 ans, est née au Soudan d’un père musulman et d’une mère chrétienne orthodoxe. Son père était un père absent, c’est sa mère qui l’a élevée seule, et Meriam se considère depuis toujours comme chrétienne. Dénoncée à la police par un membre de sa propre famille (sympa !), elle a été aussitôt incarcérée, enceinte, sans jugement, dans une prison pour femmes avec son enfant en bas-âge. Elle a été accusée d’apostasie parce que la loi (en fait la charia, en vigueur au Soudan depuis 1983) la considère comme étant musulmane, et d’adultère parce qu’elle a épousé un Chrétien*, une union jugée illégale et donc nulle ! Toute personne née au Soudan est réputée, par défaut, musulmane. Un Soudanais (donc forcément un Musulman) peut épouser une non-Musulmane (comme Mahomet le fit lui-même, au moins à 2 reprises), que l’on supposera ressortissante étrangère, mais la réciproque est impossible. Les enfants d’un Mahométan et d’une “Infidèle” sont obligatoirement mahométans.
    * Un ressortissant non soudanais, on imagine.

  • monhugo , 16 mai 2014 @ 14 h 26 min

    La loi islamique punit l’adultère par 100 coups de fouet et l’apostasie par la mort. Meriam sera donc fouettée, puis pendue dès la naissance (imminente – elle est à 1 mois de son terme) de son deuxième enfant.
    Pendant ce temps, son mari n’a pas le droit de s’occuper de leur garçon de 20 mois, parce qu’il est chrétien. L’enfant est donc en prison avec sa mère et le père n’a aucun droit de visite.
    Notons que le gouvernement du président Omar Hassan al-Bashir soutient mordicus que les Chrétiens ne sont nullement persécutés au Soudan.

  • Alainpsy , 16 mai 2014 @ 14 h 40 min

    Les différentes autorités Chrétiennes vont-elles bouger de leur chaise ? Aura t-on une pétition massive sur laquelle ne manquera pas la signature d’un seul Chrétien ? Y aura t-il une occupation devant l’ambassade du Soudan, après tout certains l’ont fait pour une pièce de théâtre ? Il faut retrouver cette solidarité perdue…ou se résoudre à regarder cette femme se balancer…où sont les féministes de gauche, où sont les femmes politiques de droite, où sont les donneurs de leçon du gouvernement, où sont les amis du qatar, où sont les artistes, où sont les philosophes engagés…? Où est le contre-pouvoir de cet islam meurtrier ?

  • monhugo , 16 mai 2014 @ 14 h 50 min

    On espère que nos belles consciences occidentales vont se révolter avec éclat – on ne signale que des communications diplomatiques pour l’instant (appelant mollement au respect de la liberté religieuse). On attend nos politiques et autres “people”, en particulier, comme pour l’affaire des jeunes nigérianes raflées par boko haram. Avec un train de retard, mais bruyamment.
    Faut-il le nombre (223 lycéennes, toutes chrétiennes ou presque) ? Faut-il que la “first lady” Obama soit suffisamment émue, pour s’impliquer officiellement ?…

Les commentaires sont fermés.