Un prêtre français enlevé par des islamistes

Le Père Georges Vandenbeusch, 42 ans, curé de paroisse dans le nord du Cameroun a été capturé dans la nuit de mercredi à jeudi, par la secte islamiste Boko Haram. Le prêtre, qui dépend du diocèse de Nanterre, en région parisienne, officiait depuis 2011 dans la paroisse de Nguetchewe, près de Koza, à quelques dizaines de kilomètres du Nigeria. Nonobstant les risques liés aux menaces terroristes et à la dangerosité de la zone, le curé avait choisi de rester dans sa paroisse pour continuer l’exercice de sa mission auprès des fidèles. Il s’occupait notamment d’aider les réfugiés nigérians qui fuyaient les violences causées par Boko Haram. “Je veux rester au service des gens. Je sais que c’est difficile mais c’est difficile pour moi aussi”, confiait-il il y a quelques jours à l’évêque de Maroua-Bokolo, diocèse dont dépend  sa paroisse.

Selon les témoignages recueillis par le diocèse, l’enlèvement a eu lieu aux alentours de 23h30. Les ravisseurs, une quinzaine d’hommes armés, s’en sont d’abord pris aux religieuses de la maison voisine, à qui ils ont réclamé de l’argent. Un laps de temps qui a permis au curé de contacter l’ambassade de France à Yaoundé. Les agresseurs se sont ensuite dirigés vers l’appartement du père Georges, où ils ont  “défoncé” la porte de sa chambre. “Ils ont tout saccagé. Ils cherchaient le coffre-fort, mais comme ils ne parvenaient pas à l’ouvrir, ils sont partis avec le père Georges” a expliqué le vicaire de la paroisse de Nguetchewe qui s’est rendu sur place après l’enlèvement.

Les ravisseurs ont laissé sur place des munitions de kalachnikov. Quelques heures après le rapt, une valise vide avec seulement un chéquier au nom du Père Georges a été retrouvée à un kilomètre de la paroisse, sur la route vers le Nigeria. Ils auraient filé en moto vers la région transfrontalière de Kerawa, une zone entièrement sous contrôle de Boko Haram.

En France, le soir même de son enlèvement, une veillée de prière était organisée dans son ancienne paroisse, à Saint-Jean-Baptiste de Sceaux, dans le diocèse de Nanterre. Soutien également des évêques de France dont le porte-parole, Mgr Bernard Podvin témoigne d’une vive émotion. Sur le site de la Conférence, il appelle “à porter le père Georges, ainsi que ses proches et ses paroissiens dans la prière, la pensée et la solidarité”. Le Vatican quant à lui dénonce la haine et la violence qui sévissent dans la région. “Il est douloureux d’observer combien de fois les chrétiens sont soumis en raison de leur foi et de leur témoignage à des douleurs et à des persécutions”, a affirmé le père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège. “Nous espérons de tout cœur que le père Georges Vandenbeusch puisse retrouver la liberté”, a-t-il ajouté.

Aujourd’hui plus de 3 000 religieux, religieuses et prêtres Français sont en mission hors de France. Parmi eux, 165 sont des prêtres diocésains, envoyés pour la plupart en Afrique ou en Asie.

Le journaliste Xavier de Moulins évoque “Georges” dans le “Grand journal” et, même s’il n’a pas la foi, témoigne de la vocation précoce de ce prêtre qui fut un ami d’enfance et qui l’a marié quelques années plus tard.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Autres articles

22 Commentaires

  • Bernard , 16 novembre 2013 @ 15 h 19 min

    Quel silence ! Les francisés, de religion islamique….. nous ne les entendons pas !
    Pourquoi ne s’expriment ils pas ? La charité ils ne connaissent pas ?
    Le CORAN n’évoque jamais le respect de l’autre !!

  • monhugo , 16 novembre 2013 @ 15 h 32 min

    La charité et le respect de l’autre n’existent dans le Coran que pour les Mahométans entre eux…

  • marie-france , 16 novembre 2013 @ 17 h 37 min

    cet apathie(son nom ne mérite pas une majuscule) est à vomir!!

  • Catoneo , 16 novembre 2013 @ 18 h 20 min

    Le père Georges est un missionnaire respecté dans sa région.
    Il ne lui arrivera rien de mal, sauf la mort peut-être.
    Dépêché chez son Créateur, il y prendra une place de choix.
    C’est le but ultime de toute sa vie.
    Mais s’il en revient vivant, alors il reprendra sa place, au front.
    C’est ça la mission.

  • conneriephobe , 16 novembre 2013 @ 19 h 27 min

    C’est normal que le sieur antipathie ne comprenne pas.
    La notion de Don de Soi, çà le dépasse, c’est trop compliqué pour son petit cerveau et son coeur desséché.

    Toutes nos prières pour le Père Georges dont nous gardons un si bon souvenir à Rueil. Que Marie le protège comme son enfant et confie sa vie à Jésus son Fils.

  • xrayzoulou , 16 novembre 2013 @ 19 h 36 min

    Le père Georges était à sa place, dans sa mission. Si le gouvernement et les journaleux verminés ont fait un battage pas possible autour des journaleux enlevés dans la même zone, là RIEN, pas un mot. Ce sont des hypocrites, islamophiles et bien sûr Christinophobes.
    Prions pour que sa captivité ne tourne pas mal, prions aussi pour ses bourreaux, si DIEU a permis cet enlèvement, il avait sûrement une raison. Les pensées de DIEU ne sont pas celles des hommes, et comme Jésus dans le désert des anges et la vierge Marie veilleront sur lui.
    Le témoignage de Xavier De Moulin est émouvant et l’on sens en lui, même s’il ne croit pas, quelque chose : une recherche. Par contre le chauve qui posait les questions n’était pas très aimable.
    Même le député UMP qui était là a confirmé qu’il était à sa place où on l’avait “muté”.

  • Eurydice , 16 novembre 2013 @ 22 h 56 min

    Bravo, Xrayzoulou! Il était bien à sa place, dans une région du Cameroun, c’est à dire à l’intérieur des frontières de ce pays, dans une paroisse, parmi des chrétiens qui y sont nés et y vivent depuis toujours. Ou alors, devrait-on dire à tous ceux qui résident à moins de cinquante kilomètres d’une zone infestée par des musulmans, fût-elle au-delà de frontières internationalement reconnues de déménager? Les voisins grecs de la Turquie par exemple…. Ou les malheureux chypriotes dont le pays susnommé vola la moitié en 1974! “Chers chypriotes grecs, renoncez à la moitié qui vous reste et dégagez, pour ne pas exacerber le goût du sang des Osmaniens!”
    A partir de quelle distance a-t-on le droit, en tant que chrétien , où que ce soit dans le monde, de voisiner avec des musulmans, sédentaires faussement paisibles ou terroristes spécialistes des enlèvements? Dans le même ordre d’idée, les moines de Tibérine…Le commentaire de François Hollande et les sous-entendus de ses séides dégoulinent de christianophobie. D’ailleurs, d’un côté comme de l’autre de cette région frontalière, le gens étaient chrétiens et animistes en majorité, avant d’avoir subi les prévarications, au Nigéria, de la communauté musulmane, puis de Boko Haram.

Les commentaires sont fermés.