Mort du médiéviste Jean Favier

Jean Favier lors de la 23e édition de la Foire du livre de Brive-la-Gaillarde, en 2004.
Photo : AFP

L’historien médiéviste Jean Favier est mort mardi 12 août des suites d’un cancer à l’âge de 82 ans. Sorti major de l’École des Chartes, puis agrégé d’histoire et docteur ès lettres, il est nommé directeur des Archives nationales en 1975 jusqu’en 1994, date à laquelle il devient président de la BNF pour 3 ans, avant de devenir président de la Commission française pour l’UNESCO, en 1997.

Il était notamment directeur de la Revue Historique dont les numéros publiés entre 1896 et 2000 sont consultables en ligne sur Gallica. Il anima également l’émission Question pour l’histoire sur France Inter, mais était moins invité à la télévision.

Il écrivit de nombreux ouvrages, dans un style limpide et clair, parmi lesquels on peut notamment citer La guerre de Cent Ans (1980), François Villon (1982), Les grandes découvertes (1991), ou bien encore son Dictionnaire de la France médiévale, publié en 1993, et auquel il avait consacré 15 ans d’étude. Il dirigea aussi l’élaboration d’une Histoire de France en six volumes, aux éditions Fayard, pour laquelle il rédigea le second volume.

Membre de l’Académie depuis 1985, Jean Favier était aussi spécialiste de l’histoire de Paris, à laquelle il a consacré de nombreux ouvrages, dont Le bourgeois de Paris au Moyen-Âge, publié en 2012.

Ses obsèques se dérouleront le 4 septembre à l’église Saint-François-Xavier à Paris.


 

Ci-dessous, en guise d’hommage, une interview de Jean Favier, à propos de son ouvrage Pierre Cauchon, Comment on devient le juge de Jeanne d’Arc, à la librairie La Procure :

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=uiY1QDjcQos]

Sur le même ouvrage, une émission radio plus complète est disponible en ligne pour les abonnés à CanalAcadémie (ainsi que d’autres émissions avec Jean Favier). 

Autres articles

8 Commentaires

  • Marc de Fubi , 17 Août 2014 à 23:38 @ 23 h 38 min

    Hommage à vous Monsieur Favier, jeune étudiant je me délectais de vos ouvrages, notamment la guerre de Cent Ans, et Philippe le Bel.

  • Catholique & Français , 18 Août 2014 à 7:27 @ 7 h 27 min

    Merci monsieur Favier pour vos admirables travaux que vous avez mis à notre portée pour nous élever. Mon préfèré : Philippe le Bel.

  • Boutté , 18 Août 2014 à 7:40 @ 7 h 40 min

    Favier et Mourre m’ont nourri de savoir non pédant ni sectaire .

  • anne charlotte Lundi , 18 Août 2014 à 7:46 @ 7 h 46 min

    Personnellement, c’est son Louis XI que j’ai lu et relu avec intérêt ! … Il avait saisi le caractère de ce Roi difficile à comprendre. J’aimais la conclusion : “Son principal défaut aura été de ne pas savoir se faire aimer, mais était-ce bien nécessaire ?”, s’interroge Favier.

    Livres en Famille présente à son catalogue tous les ouvrages de Jean Favier , ceux qu’il a préfacés ou dont il a dirigé les travaux : http://www.livresenfamille.fr/index.php?s=jean%20favier

  • marie france , 18 Août 2014 à 9:50 @ 9 h 50 min

    Je ne connaissais pas ce Monsieur,et c’est avec intérêt que je viens de l’écouter,ce devait être un grand plaisir de faire partie de ses connaissances pour son savoir et sa recherche sur ceux qu’ont fait l’ Histoire ,qu’Il repose en paix.

  • paname , 18 Août 2014 à 15:12 @ 15 h 12 min

    “Evêque, je meurs par vous!”.
    Jeanne d’Arc était plus sèvère que M. RAVIER…
    En outre, j’ai lu que CAUCHON “avait touché”, payé par les Anglais.
    M. RAVIER, érudit, dit-il vrai?

  • paname , 18 Août 2014 à 15:14 @ 15 h 14 min

    ” j’ai lu que CAUCHON « avait touché », payé par les Anglais”.
    Je n’ai pas lu cela dans le livre de M. FAVIER. C’est pourquoi je m’interroge (n’étant pas historien): qui dit vrai?

Les commentaires sont fermés.