Mort du médiéviste Jean Favier

Jean Favier lors de la 23e édition de la Foire du livre de Brive-la-Gaillarde, en 2004.
Photo : AFP

L’historien médiéviste Jean Favier est mort mardi 12 août des suites d’un cancer à l’âge de 82 ans. Sorti major de l’École des Chartes, puis agrégé d’histoire et docteur ès lettres, il est nommé directeur des Archives nationales en 1975 jusqu’en 1994, date à laquelle il devient président de la BNF pour 3 ans, avant de devenir président de la Commission française pour l’UNESCO, en 1997.

Il était notamment directeur de la Revue Historique dont les numéros publiés entre 1896 et 2000 sont consultables en ligne sur Gallica. Il anima également l’émission Question pour l’histoire sur France Inter, mais était moins invité à la télévision.

Il écrivit de nombreux ouvrages, dans un style limpide et clair, parmi lesquels on peut notamment citer La guerre de Cent Ans (1980), François Villon (1982), Les grandes découvertes (1991), ou bien encore son Dictionnaire de la France médiévale, publié en 1993, et auquel il avait consacré 15 ans d’étude. Il dirigea aussi l’élaboration d’une Histoire de France en six volumes, aux éditions Fayard, pour laquelle il rédigea le second volume.

Membre de l’Académie depuis 1985, Jean Favier était aussi spécialiste de l’histoire de Paris, à laquelle il a consacré de nombreux ouvrages, dont Le bourgeois de Paris au Moyen-Âge, publié en 2012.

Ses obsèques se dérouleront le 4 septembre à l’église Saint-François-Xavier à Paris.


 

Ci-dessous, en guise d’hommage, une interview de Jean Favier, à propos de son ouvrage Pierre Cauchon, Comment on devient le juge de Jeanne d’Arc, à la librairie La Procure :

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=uiY1QDjcQos]

Sur le même ouvrage, une émission radio plus complète est disponible en ligne pour les abonnés à CanalAcadémie (ainsi que d’autres émissions avec Jean Favier). 

Autres articles

8 Commentaires

  • Pierre , 19 Août 2014 à 8:09 @ 8 h 09 min

    Monsieur Jean Favier était assurément un personnage très érudit, maîtrisant parfaitement son sujet et doué pour l’écriture.
    Et la disparition d’un parent, d’un ami, d’un proche, est toujours un moment douloureux.
    Il ne s’agit pas pour moi de vouloir ici offenser qui que ce soit. Mais il n’en reste pas moins que la période “Médiévale ” du “Moyen-Âge “, est des plus controversées.
    De nombreux scientifiques de part le monde, archéologues, historiens, linguistes, ingénieurs, mathématiciens, démontrent aujourd’hui qu’un “vide” d’environ 800 ans existe dans notre chronologie de l’histoire, de la fin de ce que nous appelons la période antique, sur laquelle nous connaitrions à peu près tout, jusqu’à la fin de cette très très longue période du “Moyen-Âge “, sur laquelle nous nous n’aurions que très peu d’éléments.
    C’est oublier qu’il n’existe , de part le monde, strictement aucun manuscrit antérieur au 12ème siècle. Que les manuscrits antérieurs au 14ème siècle sont tous de datation très incertaine.
    Qu’il existe aussi dans ce domaine une activité, très lucrative de faussaires, dont on ne parle jamais.
    Que les armures en acier des chevaliers n’ont jamais existé, car le laminage des tôles était inconnu à cet époque. (les “armures” ont été une activité très lucrative des artisans ferblantiers espagnols et portugais au 19ème. siècle, armures destinées aux richissimes touristes étrangers à la recherche d'”antiquités”).
    Que pas plus les “côtes de mailles” n’auraient pu exister, sauf à s’oxyder, et à se transformer en paquet de rouille à la première pluie venue… (Les aciers inoxydables n’existaient pas alors…)
    Que les “cuirasses ” aient existé est certain, mais, comme leur nom l’indique, elles étaient tout simplement en cuir.
    Je ne m’étendrai pas ici plus longuement sur le sujet, il y aurait tant et tant à dire, sur ces textes Celtes, présentés comme en latin, sur l’universalité Européenne du Christianisme et de la culture Celte, des maisons à pans de bois, etc..
    Mais les circonstances ne se prêtent pas à évoquer cela ici. Je conclurai simplement en disant que Monsieur Jean Favier était assurément un très bon écrivain, et un grand romancier.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen