Pour le CSA, débattre de l’islam est susceptible de remettre en cause la cohésion sociale…

Mercredi 17 juillet, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a publié un communiqué rédigé le 26 juin suite à la diffusion par la chaîne Numéro 23, le 17 février 2013, d’un numéro de l’émission “Hondelatte Dimanche” posant la question suivante : « L’islam est-il soluble dans la République ? » et faisant suite à un sondage Ipsos, publié quelques jours plus tôt dans Le Monde, qui indiquait que 74% des Français estimaient que l’islam est une religion « intolérante » et incompatible avec les valeurs de la société française. Le CSA juge que “la chaîne a manqué aux obligations déontologiques mentionnées dans sa convention, d’une part à l’article 3-1-1 qui prévoit que le service contribue à la cohésion sociale, d’autre part à l’article 2-3-2 relatif à la promotion des valeurs d’intégration et de lutte contre les discriminations”. Il indique “[avoir] rappelé à la chaîne le respect de ces dispositions, notamment s’agissant des questions prêtant à controverse qui nécessitent d’être traitées avec vigilance, prudence et pondération dès lors qu’elles sont susceptibles de remettre en cause la cohésion sociale.”

Ce qui a fait dire à Christophe Hondelatte :

ou au journaliste Guillaume Perrault :

Nouvelles de France vous propose de revoir l’émission qui a choqué le CSA :

Articles liés

29Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • francis bacon , 18 juillet 2013 @ 18 h 23 min

    CSA, groupe parmi d’autres constitué d’on ne sait qui et disposant on ne sait pourquoi ni comment de pouvoirs coercitifs et de nuisance. Notre administration en est devenue un gruyère truffé. A rapprocher de l’information de cet article http://fr.novopress.info/140466/democratie-contre-oligarchie-en-croatie-sur-la-question-du-mariage-homosexuel

  • Alcyon , 18 juillet 2013 @ 19 h 03 min

    Remettre quoi en cause ??? «La cohésion sociale» !!! Quelle cohésion sociale ???

  • Mausner , 18 juillet 2013 @ 19 h 22 min

    Effectivement. Quand on voit à Nantes, le dimanche matin le marché de la Petite-Hollande colonisé par cette engeance, barbus et voilées, regards haineux pour les français qui s’y aventurent, la notion de “cohésion sociale” semble être un bien grotesque prétexte. Il n’y guère que leur nombre qui les retient de nuire davantage…

  • Charles , 18 juillet 2013 @ 21 h 31 min

    Cette émission est excellente.

    Merci au CSA d’avoir,rétroactivement,voulu l’interdire.
    Excellent Robert Menard et percutante Elizabeth Lèvy.
    Du petit lait de bout en bout.

    Leurs contradicteurs étaient tétanisés et pitoyables.

    A mon avis tout commence par le déni de souveraineté attaché
    aux flux de clandestins (musulmans ou non musulmans)
    qui se déversent en continu en France depuis Mars 1974.

    Jusqu’à cette date,on pouvait parler d’immigrés car leur venue était légale.
    A compter de Mars 1974,le code a changé.
    Il était publiquement admis et formalisé par la loi que la France
    mettait fin à sa politique antérieure d’immigration.

    Il en résulte que la quasi totalité des personnes étrangères
    venues en France depuis cette date sont des personnes d’origine clandestine.

    Nul ne peut se prévaloir d’un délit (la clandestinité) pour réclamer un droit.

    Pour ce qui est de la farce des “régularisations” il s’agit d’un contre sens sémantique pour éviter le mot de “dispense” ou de “renonciation du droit”.
    Comment pourrait on “régulariser” un voleur,un violeur ou un tueur ???

    Pour “régulariser” il faut disposer d’éléments matériels
    qui justifient une dispense de l’application du droit
    compte tenu d’une exception.

    Meme si les lois successives constituent un effrayant sac de noeud juridique,
    il n’en demeure pas moins que la quasi totalité des post Mars 1974 sont des POC (personnes d’origine clandestine).
    Meme si une apparence de légalité est inventée par les zelites,
    se posera toujours le problème de la légitimité de ces personnes d’origine illegale.
    La seconde question est de penser au futur clandestins,
    ceux de 2014,de 2015 etc.
    Simplement par ce que le flux ou le flot ne cessera pas

  • monhugo , 19 juillet 2013 @ 1 h 23 min

    La seule chose à retenir : “l’islam, c’est l’islamisme au repos, : l’islamisme, l’islam en mouvement”. Tout est dit. Ce qui n’empêche pas qu’il y ait des mahométans fréquentables, mais comme individus, pas comme croyants.

  • PARITEPEREMEREdepuis2000 , 19 juillet 2013 @ 4 h 09 min

    Le pratiquant homotrope avoué Macé-Scarron se prend à stigmatiser le processus intellectuel d’ ESSENTIALISATION ici en l’espèce des musulmans.
    Les NDF-istes qui nous lisent et disposent d’un peu de ciboulot se souviendront qu’à maintes reprises nous avions lutté en idées contre le même travers où se complait le même Macé-Scarron quand il s’agit de prétendre à une insaisissable “ESSENCE” dite homo-sexuelle.
    Autrement dit Macé-Scarron, qui lui a du ciboulot, nous a lu et entendu, et il cherche à se démarquer de cette faiblesse intellectuelle fatale.
    D’autant qu’il a dû au moins survoler les longues élucubrations de Foucault cet homotrope de référence qui précisément ne voulait pas de focalisation identitaire sur ces pratiques.
    Seulement voilà : le rétrovirus est passé par là (Foucault en est mort) et ses “héritiers rhétoriques” ont voulu éhontément surexploiter le drame sanitaire (où les sodomites eux-mêmes ont été lamentables , témoignages publiés de leur lobbying anti-sanitaire avant actup) pour faire pleurnicher toutes les bécassines qui tant à droite qu’à gauche avaient à se reprocher d’avoir fabriqué psychologiquement un fils gay par privation de père …

  • Philippe Aucazou , 19 juillet 2013 @ 7 h 42 min

    Un bon rappel qui vient à point nommé !

Les commentaires sont clôturés.