En Italie, la liberté d’expression bientôt prise en otage par le lobby gay

Le 26 juillet prochain sera examiné un projet de loi contre l’« homophobie » au Palais Montecitorio (photo ci-contre). Au delà des – légitimes – redéfinitions des peines prévues pour violence ou discrimination à l’encontre des personnes homosexuelles, le projet prévoit surtout d’introduire dans la législation italienne la notion « d’identité de genre » mais aussi des peines dignes des dictatures les plus féroces à l’encontre de qui oserait s’opposer, par exemple, au mariage homosexuel ou à l’idéologie véhiculée par les lobbies LGBT puisque d’après le texte, pourront être punies de 18 mois de prison celui qui « incite à commettre ou commet des actes de discrimination fondés sur l’orientation sexuele ou l’identité de genre de la victime ». Selon certains juristes, ceux qui voudraient empêcher l’adoption de lois dénaturant le mariage ou permettant l’adoption par des couples de même sexe pourront être poursuivis et condamnés en vertu de ce texte.

Le texte qui entrera prochainement en discussion prévoit par ailleurs de 6 mois à 4 ans de prison pour qui participe à des associations critiquant l’homosexualité et de 1 à 6 ans pour qui fonde ou préside de telles associations ! Enfin, comme le souligne le journal italien Avvenire, les dispositifs anti-discriminations pourront permettre des poursuites devant les tribunaux contre des associations religieuses ou des Églises si, par exemple, celles-ci considèrent publiquement l’acte homosexuel comme un péché.

Déjà 20 000 signatures ont été récoltées par l’association « Giuristi per la Vita » (Juristes pour la Vie) qui a alerté sur les conséquences délétères de cette loi, et qui souligne que des lois existent déjà pour punir sévèrement les agressions et les propos insultants à l’encontre des personnes homosexuelles. En outre, plusieurs centaines d’amendements ont été recensés pour corriger les effets les plus pervers de cette loi dénoncée de tous les côtés du spectre politique, aussi bien chez les partisans de l’ancien premier ministre centriste Mario Monti que chez les soutiens de Silvio Berlusconi.

Vous pouvez soutenir ici nos amis italiens en signant la pétition contre cette loi ici.

Autres articles

28 Commentaires

  • mariedefrance , 19 Juil 2013 à 9:29 @ 9 h 29 min

    Affolant !!

    ils suivent tous les directives européennes.
    Des lois liberticides sont là pour nous interdire d’émettre le moindre avis.

    Il faut les sortir !
    Il faut voter contre cette UE !

    Ce n’est plus possible de vivre sous cette soviétisation de nos terres.

  • Gisèle , 19 Juil 2013 à 9:53 @ 9 h 53 min

    A quand les lois contre la discrimination des obèses , des maigres , des roux , des albinos , des personnes de petite taille , des très âgés , des chrétiens ??????????????
    J’ajoute que .. quand on ne veut pas être discriminé à cause de ses pratiques sexuelles , on ne les étale pas aux yeux de tous . On garde cette partie de vie dans la discrétion du domaine privé , c’est à dire entre les 4 murs et les deux draps .
    Le mot genre qui va remplacer le mot sexe , sur les document officiels , sert en réalité à mettre en avant , la reconnaissance de l’individu , non pas par sa constitution physiologique et anatomique , mais par ses pratiques sexuelles . Et pour ce faire , comme cette différence ne se voit pas au premier abord ( du moins pas toujours ) , mieux vaut le dire bien haut et bien fort .
    Il est vrai que ce qui fait courir le monde : … et fric .
    Se vautrer dans la vie sexuelle des uns et des autres en voyeurs au lieu de marcher , le nez dans les étoiles …. chacun ses choix .

  • hervé quem. , 19 Juil 2013 à 10:18 @ 10 h 18 min

    Délirant mais tellement prévisible ! Quand on laisse prospérer la démence, eh bien .. elle prospère sans demander son reste. Et quand on la laisse prospérer dans une société dont la structure politique et économique interconnecte toutes ses parties (ce qui est le cas en république italienne), la démence est susceptible de se répandre à la vitesse de l’éclair, sans aucun contrefeu pour la ralentir et la stopper.

    On en devient réduit à étouffer l’étincelle dans l’oeuf, à frôler à chaque fois une catastrophe majeure. Comme si on jonglait avec des ogives nucléaires. “Petites causes, grandes conséquences.”

    Mais ces épées de Damoclès demeurent des épées de Damoclès, où le statu quo joue en faveur des idéologies de la régression puisqu’elles ne sont plus attaquées dans leur “chair” à cause des risques d’emballement.

    Question : jusqu’à quel point les gens en ont-ils conscience, alors même que le vrai travail d’éducation n’a pas été effectué depuis des décennies (ce qui a pour conséquence que les gens sont instables et manipulables) ?

  • scaletrans , 19 Juil 2013 à 10:52 @ 10 h 52 min

    Le temps va venir où tout Chrétien digne de ce nom sera amené à témoigner au prix de sa liberté. Persécution plus perverse que celle des premiers siècles.
    C’est le moment où nos pasteurs devraient rappeler à leurs ouailles la doctrine de l’Eglise, et où ils ne le font pas, ou si timidement. Y en aura-t-il un qui aura le courage de témoigner ? Je crois que tout est entre les mains des laïcs auxquels il faudra une Foi solide et l’assistance de l’Esprit Saint.

  • Goupille , 19 Juil 2013 à 13:00 @ 13 h 00 min

    Pourquoi voudriez-vous que l’Italie soit miraculeusement hors d’atteinte de cette lèpre ? Le SIDA mental, disait Le Pen…
    Nous avons identifié l’émetteur, nous savons par quels créneaux il contamine.

    A nous de mettre le feu aux back-rooms mentales.

  • monhugo , 19 Juil 2013 à 15:06 @ 15 h 06 min

    Je viens de signer la pétition, doutant un peu cependant qu’elle soit vraiment ouverte aux non-Italiens. Il faut cliquer sur la page d’accueil du journal “La nuova bussola” dans la colonne de droite, sous “fermiamo la legge contro l’omofobia”, petit rectangle avec une main tenant une plume. Champs obligatoires : prénom (nome), nom de famille (cognome), âge (età) et ville (città) – et c’est là je pense que le bât blesse, car on ne peut pas préciser le pays, ce qui sous-entend une ville italienne….. Les tentatives précédentes pour introduire une loi à la Nouchet en Italie se sont soldées l’une et l’autre par un échec (en 2011, pour la dernière fois). Traiter les homos comme des citoyens à part, méritant d’être protégés spécifiquement, a été jugé inconstitutionnel – on aurait aimé la même vigilance en France de la part du CC avec la législation liberticide due à Perben. Les oies LGBT transalpines en ont appelé à l’Europe capitoline, évidemment ! On peut s’attendre à un nouvel échec cependant aux revendications catégorielles de l’homofolie en Italie.

  • Francois Desvignes , 19 Juil 2013 à 15:07 @ 15 h 07 min

    Il allume des feux partout.

    Des contre feux dix fois plus puissants leur répondront partout.

    Ce qu’hier n’était qu’un mouvement contre une loi particulière en France deviendra demain un mouvement pan européen d’initiative française contre leur modèle de société toute entier.

    nous nous savions en guerre.
    nous ne pensions pas que l’Europe libre nous y rejoindrait, du moins de sitôt.

    Nous alllons apprendre à chanter les choeurs de Verdi !
    Nabbucco in vivo ! “va pensiero” in situ !

    je suis sûr que nous allons les submerger.

Les commentaires sont fermés.