Totalitarisme LGBT : Un Polonais résidant en Écosse licencié pour délit d’opinion

Un Polonais de 24 ans, Tymoteusz Demski, a été licencié par la banque où il travaillait en Écosse pour avoir exprimé dans une conversation privée avec un autre employé sa crainte que la pédophilie aussi pourrait bientôt être reconnue comme une « orientation sexuelle ». Il citait un article publié dans l’hebdomadaire catholique polonais Gość Niedzielny (premier hebdomadaire d’opinion en Pologne avec environ 160 000 exemplaires vendus chaque semaine) où un sociologue faisait remarquer qu’environ 400 pédophiles sur 1 000 étaient des homosexuels et seulement 1 sur 1000 était prêtre catholique. La remarque de M. Demski a choqué sa collègue bisexuelle qui s’est plaint à sa hiérarchie et le jeune Polonais a été licencié le lendemain par son employeur. Le jeune Polonais a aussi fait l’objet d’une plainte d’un de ses collègues musulmans pour avoir fait part de son scepticisme sur l’idée discutée en Grande-Bretagne de créer des zones gouvernées par la charria…

Les Polonais constituent aujourd’hui la deuxième plus grosse minorité aux Royaume-Uni (579 000 Polonais rien qu’en Angleterre et au Pays de Galles d’après un recensement de 2011) après les Indiens et ils sont dix fois plus nombreux qu’au début des années 2000 car le gouvernement britannique a été un des premiers à ouvrir en grand son marché du travail aux habitants des nouveaux pays membres de l’UE.

En ce qui concerne Tymoteusz Demski, il a décidé de retourner avec son épouse en Pologne où des lecteurs de Gość Niedzielny se sont engagés à l’aider à trouver du travail car, avec la crise, le taux de chômage dans la patrie de Jean-Paul II dépasse aujourd’hui 14 % et ne cesse d’augmenter. M. Demski percevra très certainement un salaire moins avantageux mais il pourra exprimer ses opinions sans risquer un licenciement disciplinaire. Jusqu’en 1989, il fallait voyager dans l’autre sens pour pouvoir s’exprimer librement.

Il n’est donc pas surprenant que certains médias polonais fassent aujourd’hui le parallèle entre la dictature socialiste qu’ils ont connue et cette nouvelle forme de socialisme désormais axé sur les revendications des milieux LGBT mais toujours avide de transformer la société en piétinant les libertés individuelles.

«Le communisme va-t-il de nouveau conquérir le monde ?» – Couverture de novembre 2012 du magazine conservateur polonais «Nowe Państwo»

Lire aussi :
> Grande-Bretagne : Quand le droit d’adopter des enfants pour les couples homosexuels restreint la liberté de conscience et les libertés religieuses
> L’étude américaine qui montre qu’il vaut mieux être élevé par un homme et une femme mariés, un article de Jeanne Smits sur le site Riposte Catholique.
> James Rennie, cet homosexuel leader d’une organisation LGBT écossaise condamné pour pédophilie et dont les médias français ont “oublié” de vous parler

Autres articles

8 Commentaires

  • Eloi , 21 Mai 2013 à 16:07 @ 16 h 07 min

    Au moins, à NDF, on ne m’embête pas pour mon militantisme hétéro friendly !
    Voir aussi : dessineloi.com

  • jejomau , 21 Mai 2013 à 16:16 @ 16 h 16 min

    J’ai été tellement interpellé par cette violence hétérophobe que j’ai envoyé l’article en lien à mon député. ALertez-les sur ce qui est en train de se passer en Europe ici

    http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/liste_alpha.asp?legislature=14

    Ne faudrait-il pas manifester un jour à Bruxelles avec la même vigueur qu’à Paris pour déconcer cette oligarchie malsaine ?

  • LUC+ , 21 Mai 2013 à 16:59 @ 16 h 59 min

    Des cas comme le sien il y en a ici !

  • Goupille , 21 Mai 2013 à 19:12 @ 19 h 12 min

    C’est très bien, tout cela, très informatif… Si nous ne réagissons pas, c’est que nous sommes vraiment des larves. Va falloir passer une vitesse.

    Aller sortir les grands organisateurs de ce désastre de leur nids à rats.
    Organiser des réseaux d’entraide, d’emploi, de services pour les victimes de ce régime fou, tant qu’il persiste.
    Et puis, dégraisser la France…

    Qui a des oreilles pour entendre entende.

  • Daniel , 22 Mai 2013 à 8:17 @ 8 h 17 min

    Gość Niedzielny : magazine vendu jusqu’à présent dans les églises, et qui est loin de faire les plus gros tirages en Pologne.

    Le problème de cet article : les raisons du licenciement ne sont invoquées que par l’ex employé. Le principe de la défense voudrait que l’employeur soit aussi interrogé pour présenté les faits (enquête bâclée par le journal catholique en question, ce qui est une preuve d’objectivité).

    Les raisons invoquées : un délit d’opinion.

    1. Il a peut être été renvoyé pour d’autres motifs liés à son comportement, ou d’autres fautes.

    2. Il a peut être eu certaines opinions, présentées ci – dessus, lui ayant donné une certaine réputation, mais aussi d’autres fautes professionnelles.

    3. Il a peut être eu certaines opinions, présentées ci – dessus, mais il ne l’a pas fait dans un cadre strictement professionnel. reste à savoir ce que l’individu nomme “conversation privée”. Si c’est dans les bureaux de l’entreprise, ou en utilisant des mails, programmes ou services de communication réservées à l’entreprise, ce n’est pas privé. En réalité, n’est privé que ce qui se passe en dehors de l’entreprise. Une conversation dans une salle de pause ne relève pas de la vie privée dans l’entreprise. Par ailleurs, il a peut être eu une activité dogmatique, militante dans les locaux de l’entreprise, comportement qui est prohibé afin de favoriser la coopération de tous les membres dans l’entreprise.

    Par ailleurs, bossant en Pologne, je me retrouve avec les 3/4 de mes collègues pro-PiS, lobotomisés à TRWAN et Radio Maryja . En tant que responsable d’équipe, je m’interdis toute prise de position politique pour la cohérence du groupe, ce qui ne m’empêche pas de donner mon opinion et de convaincre l’ensemble des collègues concernés par la raison, ceci étant dû au fait d’une bonne analyse et connaissance de la société polonaise. Connaissant les points faibles et les nombreuses contradictions de la société polonaise, ils leur est difficile, voir impossible, de balancer leur propagande dans l’entreprise, puisqu’ils sont vides sur le fond. Par contre, ils savent que dans des sociétés françaises ou étrangères installées en Pologne, ils s’interdisent un tel comportement de peur de perdre leur boulot. Il ne s’agit pas de censure, comme le proclame l’organe de propagande pro-PiS niezalezna, mais tout simplement parce que leurs collègues, étrangers comme polonais, n’ont pas envie d’aller dans l’entreprise pour entendre parler de politique, mais pour gagner leur vie.

    Allez, une anecdote. Un petit exemple de discours politique se produisant dans des entreprises du secteur médical de la ville de Rybnik, commentaire, qui je l’espère, ne sera pas censuré, d’autant plus qu’il peut être prouvé. Cela concerne Boleslaw Piecha, ancien ministre de la santé sous la coalition gouvernementale dirigée par PiS.
    Le PiS est opposé à l’avortement, sauf dans des cas de nécessité. Cela rejoint mon opinion.
    Cela n’empêche pas ce Piecha de pratiquer quantité extraordinaire d’avortements illégaux, en catimini, non déclarés. non seulement ce Piecha ne respecte pas la loi polonaise, mais qui plus est, il pratique des avortements alors que le PiS est opposé à l’avortement. cela ne signifie pas qu’il faille légaliser l’avortement, mais qu’il y a de nombreuses langues d’hypocrites au PiS ( comme partout ailleurs, tous les partis sont entachés de corruption, et n’est pas réservée au seul communisme ).
    Le dit monsieur Piecha jouer les saints à la télévision, mais se réveille le lendemain matin ivre mort sur le tas de charbon servant à alimenter la chaudière de l’hôpital de Rybnik.
    Tout le monde connaît les déboires de Piecha, mais si un seul employé a le malheur d’ouvrir sa bouche, même sur internet, c’est le début de la chasse aux sorcières.

    Quelle belle conception de la censure à géométrie variable !

  • Le Nouveau Croisé , 22 Mai 2013 à 14:01 @ 14 h 01 min

    Il faudrait commencer par faire la chasse à la sorcière FOUREST !

  • Agnieszka G. , 23 Mai 2013 à 10:21 @ 10 h 21 min

    Daniel,

    Votre commentaire est vraiment plein de mensonges, de gros mensonges. Vérifiez vos informations (qui ne sont en occurrence que l’expression de vos opinions et vos phobies) avant d’écrire quoi que ce soit sur un site sérieux comme Nouvelles de France.
    1. Au sujet de „Gość Niedzielny”. Je cite wikipedia :
    « Gość Niedzielny” est distribué par les kiosques, par le réseau de magasins “Empik” (équivalent de la Fnac en France) et par les églises (paroisses).»
    Les statistiques de vente des magazines d’opinions en mars 2013 selon wirtualnemedia.pl :
    « Parmi les hebdomadaires d’opinion en mars 2013 le leader incontestable était “Gość Niedzielny” (…). La vente moyenne au total de “Gość Niedzielny” (publié par la curie métropolitaine de Varsovie) en février 2013 s’élevait à 160 437 exemplaires et a augmenté de 11,87 % par rapport au mois de février 2012 (données publiées par l’Association de contrôle de la distribution de la presse).
    2. Je travaille dans une société appartenant à un gros groupe français. Ni le code de déontologie de notre société mère ni celui de notre entreprise polonaise ne nous interdit de discuter au travail sur des sujets aussi importants pour notre vie quotidienne que la politique ou la religion. Il s’agit bien évidemment d’échanges de nos opinions privées. Parfois on se dispute farouchement mais on continue à travailler ensemble et à réaliser la stratégie de nos employeurs qui n’est ni confessionnelle ni politique. Vous prétendez bien comprendre la réalité et la société polonaise…quelle arrogance ! Vous voulez donner des leçons à vos salariés « lobotomisés à TRWAN et Radio Maryja », leur porter la lumière de la civilisation française et européenne. Sachez que les Polonais n’en ont pas besoin. Nous savons très bien ce qu’est la liberté et surtout la liberté d’expression dont nous avons été privés pendant des décennies. Et les Polonais sont aujourd’hui plus libres que vous, les Français.
    3. Votre commentaire sur Bolesław Piecha, actuel sénateur du PiS (il a récemment gagné les élections partielles à Rybnik suite à la mort du sénateur du PO Adam Motyczka) est particulièrement malhonnête et dégoûtant. Bolesław Piecha est gynécologue et a effectivement pratiqué des avortements dans le passé (quand l’avortement était légal en Pologne). Dans les années 90 il a avoué dans un petit magazine paroissial à Rybnik qu’il avait pratiqué l’avortement et a déclaré sa profonde évolution à ce sujet. En 2007 dans son entretien accordé à « Gość Niedzielny » et ensuite dans un autre hebdomadaire catholique « Niedziela », il a confirmé son passé d’avorteur (il dit avoir réalisé environ 1000 avortements). Aujourd’hui il est activiste des mouvements pro-vie en Pologne.
    Par ailleurs, tout ce que vous racontez à son sujet a un caractère diffamatoire et en plus n’a aucun lien avec l’article.

Les commentaires sont fermés.