Après la Hongrie, la Pologne ? Haro sur les conservateurs !

Sans attendre les élections parlementaires polonaises qui auront lieu en 2015, certains médias européens et américains réagissent déjà à la montée dans les sondages du parti chrétien-démocrate conservateur Droit et Justice (PiS) de Jarosław Kaczynski en procédant aux premières attaques préventives. Avec plus de 40% des intentions de votes dans plusieurs enquêtes d’opinion successives, la majorité absolue en 2015 paraît désormais à portée de main du PiS, ce qui lui permettrait de gouverner seul, une première en Pologne depuis la chute du communisme et une situation rare pour un pays où les élections se jouent à la proportionnelle. Le PiS devance désormais la Plateforme civique (PO) du premier ministre Donald Tusk de 11 à 13 points de pourcentage selon les sondages.

J’avais déjà comparé, dans un article publié sur Nouvelles de France en mars 2012 et intitulé « Pour votre liberté et pour la nôtre », les attaques médiatiques contre le Hongrois Viktor Orbán et contre les Polonais Lech et Jarosław Kaczyński, respectivement président de la République de 2005 à 2010 et premier ministre en 2006-2007. Si en 2005-2007 le PiS avait dû former une coalition avec deux partis populistes faute de disposer d’une majorité absolue au parlement, Jarosław Kaczyński table aujourd’hui sur une victoire sans appel en 2015. Faute d’une majorité absolue pour le PiS, la Pologne aura sans doute droit à une coalition entre les libéraux du PO et les sociaux-démocrates du SLD (ex-Parti communiste).

À l’instar de la gauche hongroise, la gauche polonaise commence donc déjà à sonner l’alarme dans les médias occidentaux. Ainsi, Adam Michnik, rédacteur en chef du journal Gazeta Wyborcza, qui est à l’origine de la majeure partie des informations sur la Pologne reprises par les médias français, a récemment donné une interview dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel. Une interview intitulée « Les bâtards du communisme » où Adam Michnik compare Viktor Orbán à Hitler et où il brandit la menace d’un Jarosław Kaczyński autoritaire et fascisant. D’après Michnik, pour Orbán et Kaczyński la démocratie n’est qu’une façade. « Si Orbán se maintient en Hongrie et si Kaczyński gagne chez nous, ce sera très dangereux. Ils ont tous deux une vision autoritaire de l’État, la démocratie n’est qu’une façade. » Et Michnik d’appeler à des sanctions contre la Hongrie comme il appellera à des sanctions contre son propre pays si ce n’est pas son camp qui gagne les prochaines élections.

Le New York Times s’est lui aussi fendu le 8 août dernier d’un article alarmant sur le possible retour de Kaczyński dans lequel il explique la montée du PiS par une poussée des « populismes nationalistes », cette expression s’accompagnant d’un hyperlien vers un article sur les coups portés contre la démocratie par le gouvernement hongrois. Le possible retour de Kaczyński au pouvoir, cette fois sans avoir à composer avec des partenaires encombrants, ferait donc, d’après le New York Times, trembler les capitales européennes et laisserait présager un isolement du pays, une détérioration de ses relations avec l’Allemagne et une dégradation de sa situation économique. Visiblement, le New York Times semble ignorer que le gouvernement conservateur de Viktor Orbán s’en sort nettement mieux sur le plan économique que le gouvernement « libéral » du Polonais Donald Tusk qui vient d’accroître en cours d’année son déficit budgétaire pour 2013 d’un bon tiers. Le journal américain reprend aussi la traduction déformée d’une phrase tirée d’un livre de Jarosław Kaczyński sur les ambitions impériales de l’Allemagne, alors que dans l’original en polonais le leader de l’opposition ne parle pas d’impérialisme allemand (qui se dit « imperializm ») mais de son statut de puissance (« mocarstwowość »). Cette manipulation linguistique a été utilisée dans le passé par d’autres médias, comme par exemple le journal français Le Figaro. Bien entendu, le New York Times n’a eu aucun mal à trouver des politiciens et des journalistes polonais de gauche qui préviennent déjà l’étranger que Kaczyński est mû par un désir de vengeance après la mort de son frère dans le crash de Smolensk et que, s’il gagne les élections, son conservatisme et son nationalisme vont stopper net le développement de la Pologne. Pourtant, c’est sous la coalition dirigée par le PiS en 2005-2007 que la Pologne a connu sa plus forte croissance des deux dernières décennies avec des taux avoisinant les 7 % contre moins de 1 % aujourd’hui. Ce sont aussi les « libéraux » du PO qui accroissent la pression fiscale d’année en année sur les citoyens tout en creusant les déficits alors que le PiS avait réussi à réduire un peu à la fois les impôts et le déficit budgétaire. Il est vrai que le PiS bénéficiait d’une bien meilleure conjoncture, mais le Fidesz et ses alliés chrétiens-démocrates, au programme proche de celui du PiS, réussissent le même tour de force en période de crise économique européenne (voir l’article : « La Hongrie dit adieu au FMI »).

D’ailleurs pour l’hebdomadaire britannique The Economist l’impopularité grandissante du gouvernement de Donald Tusk n’est due qu’à l’usure et à la crise économique mondiale. Dans un article sur les problèmes du gouvernement Tusk publié le 27 juillet dernier, The Economist fait remarquer à ses lecteurs que le gouvernement et le parti du premier ministre polonais ont pourtant su éviter les scandales à la corruption, une affirmation qui étonnera beaucoup les personnes vivant en Pologne mais qui n’étonnera pas les lecteurs avertis habitués à la manière dont le prestigieux hebdomadaire traite l’information.

Ceci n’est probablement qu’un avant-goût de ce qui nous attend avec la montée du PiS. Les  Varsoviens viennent de demander un référendum pour raccourcir le mandat du maire PO de la capitale polonaise et demander de nouvelles élections. Ce référendum aura lieu en octobre. Toutes les élections partielles de ces derniers temps et toutes les élections municipales demandées dans des référendums locaux confirment la déroute du parti de Donald Tusk dont l’image est ternie par ses mauvais résultats économiques, les affaires de corruption et de clientélisme et sa gestion scandaleuse de l’enquête qui a suivi la catastrophe de Smolensk d’avril 2010. La situation du gouvernement polonais ressemble de plus en plus à celle de la coalition des socialistes et des libéraux qui a précédé la victoire écrasante du Fidesz aux élections législatives hongroises de 2010 (voir à ce propos l’article : « La Hongrie de Viktor Orbán pour exemple »). Jarosław Kaczyński a fait ouvertement le pari du scénario hongrois après la défaite de son parti aux élections législatives polonaises de 2011. Il y a deux ans ses adversaires politiques se moquaient de lui. Les premières attaques préventives orchestrées par de grands titres de presse étrangers (dont les critiques sont bien entendu relayées en Pologne par les médias qui soutiennent Donald Tusk) semblent indiquer que les adversaires de Kaczyński commencent désormais à prendre ce scénario très au sérieux.

Commémorations à Varsovie trois ans après la tragédie de Smolensk : des personnes brandissent des drapeaux polonais et hongrois

Du même auteur :
> Pologne : la tragédie de Smolensk et le scénario hongrois (interview exclusive avec Antoni Macierewicz, député du PiS et président de la commission parlementaire qui enquête sur la catastrophe de Smolensk)

Autres articles

19 Commentaires

  • Maciek Adamczak , 26 Août 2013 à 3:37 @ 3 h 37 min

    sa va durer combien de temps toute cette propagande anti-polonaise a
    a 2 francs? quand tous sé gauchiste veront dans une vingtaine année
    que la POLOGNE et d’autre nations oront attain et depaser le niveu de
    vie de l’europe de l’ouest il diront qoui? “Merde en rien vu venir! Sur ceux
    VIVE LA FUTUR GRANDE POLOGNE ET LA FRANCE NON GAUCHO ET
    NI FACHO mais des vrais PATRIOTES

  • Maciek Adamczak , 26 Août 2013 à 3:41 @ 3 h 41 min

    Je me repete encore mais un grand MERCI a vous Olivier Baulte vos articles sont super

  • Maciek Adamczak , 26 Août 2013 à 3:49 @ 3 h 49 min

    A ladislas1er vous etes deja aller en pologne? ou vous etes
    arreter a la frontier? Le PIS comme vous a repondu Daniel
    né pas un parti Nationalist voire néo nazi si en lit entre vos ligne mais bien un parti PATRIOT. Mais se mot”PATRIOT”
    est sé vraiment dommage n’existe pas ou trs peu en France
    sé pour cela que vous du mal a comprendre les mots PATRIOT et NATIONALISM.Cordialement Maciek

  • Daniel , 26 Août 2013 à 9:39 @ 9 h 39 min

    Force est de devoir constater que des français gaucho, socialistes voir et ou communistes,; commencent à se tourner vers la Pologne, non pas pour son côté culturel, mais parce que l’économie de ce pays commence à fournir bien des avantages (notamment fiscaux sur les sociétés) par rapport à la France.

    Cela n’embête pas des français politiquement de gauche de vouloir saisir la dynamique économique de la Pologne juste pour essayer de trouver ce qu’ils ne trouvent plus chez eux : un emploi.

    Mais cette franche de la population française en Pologne est à la fois minoritaire, mais également, chose expliquant la première, la moins adaptée et la moins débrouillarde, puisque les conditions de vie en Pologne sont loin d’être des plus faciles. D’ailleurs, lors des présidentielles françaises de 2012, les voix s’exprimant prioritairement pour Sarkozy, donc un électorat plus à droite, notamment du côté de Varsovie, où la population française est plus constituée de cadres dirigeants dans des groupes français implantés localement, mais plus faiblement à Cracovie, où la population française est composée majoritairement d’une population atypique qui ne connaît encore rien de la vie, à savoir de l’étudiant bobo socialo qui ne voit la Pologne qu’à travers leurs voyages erasmus. Après, il existe des catégories intermédiaires toute différentes les unes des autres. Mais on doit constater qu’il existe en résumé deux formes de population française dans ce pays, reflétant les divergences politique droite / gauche comme en France.

    Parmi la branche la moins adaptée, on en trouve pas mal du côté de l’Alliance Française, où les cours de langue française sont réputés chers, les professeurs complètement non pédagogues si ce n’est qu’il passe dans certains cas pour des débiles. et là, je ne cite qu’un exemple.

    Si il y a encore 5 voir 6 années les groupes français s’implantaient en y envoyant en mission des expatriés français, il n’en reste pas moins que leur nombre diminue et a commencé à être remplacé par des emplois et des postes de cadres pourvus par des locaux travaillant au sein de ces marques étrangères. Finalement, ceux qui ont auront principalement saisi l’opportunité du développement économique de ce pays seront les détenteurs de titres des sociétés faisant affaire dans ce pays.

    Généralement, le français gaucho peut se définir suivant ces critères, à la fois non exhaustif :
    – en règle général, celui de gauche bosse pour une filiale française, je dis bien en général,, il y en a aussi de droite, mais parmi les français qui sont leur propre patron ou entrepreneur, ou qui travaillent dans une entreprise polonaise ou encore une filiale étrangères, on trouvera plus de gens à droite
    – Parmi les profs de langue française (Alliance Française par exemple) on trouvera pas mal de gauchistes.
    – C’est aussi le cas pour le personnel travaillant pour le compte d’administrations publiques ou d’institutions françaises
    – C’est aussi le cas de journalistes français et françaises installés en Pologne, qui présentent le don de vouloir présenter la Pologne suivant le référentiel culturel primitif et socialiste de base.
    – Enfin, le gaucho de base aura tendance à s’exprimer favorablement pour le SLD, le mouvement de Palikot, tandis que celui de droite sera plutôt favorable à la PO ou au PiS. Le gaucho de base aura tendance à dire que tout va mal en Pologne au niveau de l’organisation de la vie politique, qu’il n’y a pas assez de multiculturalisme, que les polonais seraient trop catholiques, voir de méchants fascistes intolérants, et que les polonaises sont habillées tel des filles faciles (ce qui en dit long sur une certaine mentalité latine primitive).

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France