Le succès ne se dément pas pour le Parc du Puy-du-Fou

Cet été, de nombreux français ont choisi de se rendre en Vendée au Parc du Puy-du-Fou. Récemment primé aux États-Unis pour la qualité de ses spectacles, le Grand Parc du Puy-du-Fou rassemble petits et grands de divers horizons. Un succès qui se traduit dans la fréquentation du parc d’attraction. Ainsi, en 2012, le Puy-du-Fou a accueilli 1,6 million de visiteurs, soit 100 000 de plus qu’en 2011. Nouvelles de France est allé apprécier la qualité des nouveaux spectacles.

Cette année, le programme est varié et les effets spéciaux au rendez-vous. Pour les nostalgiques du temps des chevaliers, de nombreuses animations sont proposées. La plus aboutie demeure probablement « le secret de la lance », spectacle dans lequel les cascadeurs du Puy-du-Fou excellent dans l’art conduire leurs destriers sur les traces de Jeanne d’Arc. La musique est particulièrement adaptée à ceux qui, dans leur tête, cherchent à revivre l’histoire de la pastourelle de Lorraine.

Les passionnés d’oiseaux et de rapaces seront comblés par le Bal des Oiseaux. À la fois spectacle animé et véritable lâcher de rapaces dans le ciel, ce spectacle impressionne, tant les oiseaux frôlent les têtes des spectateurs, ainsi que par la variété des espèces qui s’y déploient. Lâchés sur une musique entraînante, les oiseaux « dansent » dans le ciel, pour le plus grand plaisir des spectateurs. L’adresse des fauconniers est aussi à souligner dans un spectacle ou certaines recommandations de prudence s’imposent. Les visiteurs sont ainsi priés de ranger leur nourriture faute de voir fondre sur eux un faucon, une buse ou un aigle royal.

Le Puy-du-Fou a vu grand, tellement grand qu’il est allé jusqu’à reconstituer un amphithéâtre pour y donner ses propres jeux. A l’affiche, combats de gladiateurs, lâché de fauves, course de char… le tout illustrant l’histoire de chrétiens persécutés dans les arènes. Le Parc a n’a pas lésiné sur les moyens et les spectateurs ne manquent pas de se prendre au jeu. Pour les plus chanceux, il leur est même possible de se déguiser, le temps du spectacle. Au choix, certains visiteurs peuvent se costumer en sénateur romain ou en guerrier gaulois.

Dans un autre registre, « Les mousquetaires de Richelieu » donnent un spectacle qui allie cascade, cape et épée, mais aussi et surtout un spectacle hippique grandiose. Au cœur d’une ambiance XVIIe, les chevaux dansent pour les yeux enivrés des spectateurs. Le « théâtre » qui les accueille affiche régulièrement salle comble.

Il convient de noter cependant un petit bémol. Cette année, le parc propose une nouvelle attraction : « Les chevaliers de la table ronde ». Or, comme beaucoup d’innovations, il lui faut un peu de temps pour naître et s’épanouir. On remarque que le scénario y est trop important pour la faible durée du spectacle. Ainsi, les enchaînements sont trop rapides et ne laissent pas réellement le temps au spectateur de s’imprégner de l’esprit de la présentation qui veut promouvoir l’esprit de chevalerie. Nul doute que les organisateurs sauront parfaire cette représentation qui, il faut le reconnaître, utilise des effets spéciaux qui ne manquent pas de surprendre le public. Ces effets spéciaux sont d’ailleurs un secret jalousement gardé. Ainsi, lorsque l’on s’approche de l’un membre du personnel encadrant le spectacle afin de lui demander « comment Merlin a-t-il disparu ? », l’on s’entend répondre : « je suis navré, je n’ai pas le droit de vous le dire, il faut voir cela directement avec la direction ».

Entrer au Puy-du-Fou, c’est un peu se plonger dans l’histoire de France et d’ailleurs. C’est une manière de revivre en douceur et avec un brin de nostalgie, le charme du passé. Les échoppes, le village médiéval, le village XVIIIème, celui du début du XXème, tout est reproduit pour que le visiteur puisse trouver l’époque qui lui convient. La journée terminée, les spectacles fermés, il demeure un lieu où la magie ne s’arrête pas. Au bord du lac, vous entendrez les orgues chanter, les violons virevolter, le piano s’imposer délicatement pour offrir aux visiteurs, à la tombée de la nuit, un concert où l’eau scintille en pleine nuit et où les sons ravissent ceux qui les écoutent et qui se prennent à rêver.

Lauréat aux États-Unis du « Thea Classic Awards » véritable oscar de la profession, le Puy-du-Fou est, sans conteste, une réussite vendéenne et française dont le créateur, Philippe de Villiers, résume le succès de cette manière : « Même l’homme nomade d’Attali, il s’arrête au Puy-du-Fou ».

Voir aussi :
> VIDÉO | Dans « So France », D8 vous propose de (re)découvrir le Puy-du-Fou

Articles liés

79Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Charles , 22 août 2013 @ 19 h 53 min

    Certes,ceci est effectivement très triste.

    Il nous est très difficile d’entrer dans une histoire de famille.
    Quelle famille n’a pas des éléments de vie masqués ?

    Cela n’enlève rien à la magnifique réalisation du Puy du Fou

    Croyez moi,je compatis avec le fils Laurent victime
    d’une effarante affaire qui a marqué toute sa famille
    en dehors de l’agresseur qui lui semble encore complètement
    à la masse (le fils ainé).

    Il faut espérer que Laurent de Villiers soit accueilli à nouveau
    dans sa famille,ceci supposant que le fils ainé sache
    lui demander son pardon pour une dérive effarante.

    Le “malin” fait toujours son “travail” partout
    ou quelque chose de beau est entrepris.

    Quand il ne parvient pas à attaquer le père,il attaque ses enfants.
    De tout temps,la position du fils ainé a été la plus exposée.

    Nos Zeveques Gonciliaires de V2 ont totalement effacé
    de notre mémoire collective le souvenir du diable
    et de son travail de sape réalisé au coup par coup
    chaque fois qu’une opportunité se présente.

  • Yaki , 22 août 2013 @ 19 h 56 min

    Un bon parc d’attractions, comme le Futuroscope.
    Pour la reconstitution historique, mieux vaut aller sur les sites historiques : Oradour-sur-Glane, le mémorial de Caen, Saint-Mesmin (en limite de la Vendée), le Village Gaulois (près de Toulouse) et bien d’autres encore.

  • Frédérique , 22 août 2013 @ 20 h 16 min

    Reconstitution historique assurée à Oradour-sur-Glane, avec incendie de l’église et ses 600 femmes et enfants victimes et jetés de cadavres dans les puits assurés. Venez nombreux!

  • MP , 22 août 2013 @ 20 h 32 min

    “Le monde est dangereux à vivre, non à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.” (Einstein)

    La famille (parents surtout) est autant coupable que le fils aîné, d’abord d’avoir fermé les yeux et de n’être pas intervenu, puis surtout d’avoir trahi Laurent en prétendant partout qu’il avait menti (pour nuire à la “carrière” de son père).
    Doublement victime. Deux coupables : le fils aîné et le reste de la famille (parents surtout).

    Incompréhensible de bêtise en plus, car ce faisant, la “carrière” de PdV a pour le coup bel et bien été stoppée net, avec la plainte et le procès (médiatisés) après la trahison de Laurent par sa famille.

    Satan rôde effectivement parmi tous les hommes, chrétiens ou non. Oui, tout à fait d’accord avec vous, il est bien dommage que l’Eglise cache son existence. Il n’y a plus que Dieu, qui nous aime et pardonne tout. C’est open bar !

  • Yaki , 22 août 2013 @ 20 h 36 min

    Même vos collègues homos, ou musulmans, ou noirs ?

  • Yaki , 22 août 2013 @ 20 h 45 min

    Comment osez-vous vous moquer de la mort de 642 personnes ?
    Vous n’êtes qu’une conne.

  • Frédérique , 22 août 2013 @ 21 h 14 min

    Fallait pas commencer!
    Dites donc, conne, c’est le dernier mot à la mode à la LGBT? Je trouve que vous l’employez bien souvent, votre petit ami vous aurait-il quitté pour une femme?

Les commentaires sont clôturés.