Début des activités du Collège Saint Germain en janvier 2016

Pourquoi une nouvelle proposition de formation ?

Si la profonde crise que connaît actuellement notre pays exige une réponse, qui soit à la fois rapide, vigoureuse et précise, on aurait tort de s’en tenir pour affronter les difficultés au seul registre de l’action, celle-ci fût-elle politique, et de mettre tous ses espoirs en elle. Une réponse d’ordre pratique ne peut suffire. Les causes qui nous ont conduits aux difficultés actuelles sont multiples, et d’ordres très divers. Les plus visibles sont politiques. Mais d’autres, plus profondes, agissent sur le temps long. Elles ressortissent au défaut d’une culture qui a depuis fort longtemps déjà renoncé à la recherche désintéressée de la vérité, pour se tourner vers la maîtrise technique de la nature en guise de science, et vers l’utopie et l’utilitarisme en guise de politique. L’intelligence française et européenne a ainsi versé dans un relativisme incapable de s’élever jusqu’à l’universel. Ce faisant, elle a tourné le dos à la grande tradition intellectuelle et spirituelle caractéristique de notre civilisation, en même temps qu’elle a perdu le sens de la prudence et du bien commun.

Se confronter à la crise contemporaine suppose de relever cet immense défi, en prenant le risque, au milieu des incertitudes de l’époque, de s’inscrire dans un temps long. Alors il sera possible de retrouver une intelligence des choses, une vertu contemplative sur un plan naturel, en même temps qu’une juste appréciation des choses morales, une vraie prudence. Ces vertus seules favorisent la libre discussion entre les hommes à partir de leur expérience commune, et prépare la raison à l’accueil du divin et de la Vérité qui libère.

Une telle tâche dépassera toujours et de toutes parts nos humbles capacités. Mais ce serait pécher par fausse humilité que d’en prendre prétexte pour ne rien faire. Il est plus sage d’accepter d’affronter la difficulté, et de se doter des moyens de le faire. Le projet de fonder une nouvelle école s’inscrit dans cette perspective, selon l’idée que nous devons nous mettre au travail sans plus attendre et que le faire suppose de fonder une structure nouvelle, dégagée des lourdeurs d’un passé, et forte d’une jeunesse qui la rende apte à renouer avec la noble tradition d’une libre recherche. C’est pourquoi, nous avons choisi de nommer cette école Collège saint Germain, en l’inscrivant par-là dans la tradition parisienne des studium, en même temps que dans la tradition chrétienne des fondations en général, par le patronage d’un évêque et fondateur d’abbaye. Non par goût du passé pour lui-même, mais parce que cette tradition offre un modèle à la fois de rigueur, de liberté intellectuelle et d’innovation dans la continuité, qui est tout ce dont nous avons besoin en une époque où l’idéologie et sa pesanteur triomphent, où beaucoup parmi les structures existantes sont sclérosées, et où l’illusion du savoir, la doxa, domine, bien plus que le savoir lui-même.

La fin poursuivie en fondant cette nouvelle école n’est pas d’entrer en concurrence avec d’autres institutions déjà existantes. Il s’agit, bien au contraire, d’entrer dans une relation de complémentarité avec elles, en même temps que de pallier à ce qui nous apparaît comme le manque le plus criant de notre époque : celui d’une vraie structure de recherche indépendante. Indépendante tant des instances du pouvoir que des modes intellectuelles du moment, comme des habitudes intellectuelles plus tenaces. Indépendante aussi du souci immédiat de l’action. Notre conviction est que seule la reviviscence d’une philosophie réaliste, informée par la foi chrétienne, peut nous permettre de retrouver une telle liberté intellectuelle et un regard de vérité sur notre monde. Travailler à cette résurgence en confrontant les principes permanents aux problèmes tels qu’ils se posent à notre époque fait ainsi partie des objectifs que nous nous donnons.

Le Collège saint Germain se veut organisé autour de trois pôles : des leçons thématiques organisées en fonction d’un thème annuel, décliné selon divers approches disciplinaires, des séminaires de philosophie, et des activités de recherche qui donneront lieu à des colloques et des publications.

Dans un premier temps, le Collège débutera ses activités par une première série de séminaires en janvier 2016. Ces séminaires s’adressent à toute personne désireuse de se former avec un enseignement de niveau supérieur, mais en priorité aux étudiants, dans l’idée de leur apporter un complément de formation par rapport à ce que proposent les Universités. L’ambition du Collège est en effet de délivrer dans ses séminaires des cours de type universitaire, qui ne seront pas diplômants, mais pour lesquels une attestation de suivi de cours pourra être délivrée.

Trois séminaires sont d’ores et déjà programmés ; le premier sur la souveraineté, assuré par Guilhem Golfin, docteur en philosophie ; un sur l’anthropologie et la politique, assuré par Cyril Brun, docteur en histoire ; un enfin sur la déconstruction, assuré par Vivien Hoch, docteur en philosophie.

Dans le cadre des activités de recherche, un premier colloque est prévu à la date du 30 avril 2016, en partenariat avec l’Institut Ethique et Politique Montalembert, et sur le thème de la tyrannie. D’autres sont en préparation.

Le premier cycle de leçons débutera plus tard, organisé en fonction de l’année universitaire 2016-2017.

Tous les renseignements peuvent être trouvés sur le formulaire http://www.collegesaintgermain.fr/

Et les contacts sur le formulaire en ligne

Cyril Brun, président du Collège saint Germain,
Guilhem Golfin, responsable du pôle recherche,
Vivien Hoch, responsable du pôle séminaire

Articles liés

9Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • aletheia , 22 décembre 2015 @ 14 h 23 min

    Quand on baigne , ou “marine” , dans le cloaque il faut tout reprendre à la Source , opérer un “Retour à la Source” ….. ( cela rappellera quelque chose à quelques uns ….peut être ? ) .

    Merci , bonne idée pour un travail de reconstruction et de labour alliant théorie et pratique , contemplation et action

  • Marino , 23 décembre 2015 @ 10 h 27 min

    Joyeux Noël

    Les Petits Chanteurs à La Croix de Bois – Douce Nuit

    La Manécanterie des Petits Chanteurs à la Croix de Bois est un chœur de garçons créé en 1907 par Paul Berthier et Pierre Martin, et longtemps dirigée par l’abbé Fernand Maillet.

    De nos jours, la Manécanterie n’est pas seulement une chorale, mais également une école de vie qui fournit aux enfants une éducation scolaire complète en pensionnat, du primaire à la fin du collège.(Vidéo)

    https://www.youtube.com/watch?v=i0HvkYD5Ec4

  • marie france,sorti des drapeaux , 23 décembre 2015 @ 15 h 07 min

    @ MARINO?merci pour ce moment d’écoute “des petits chanteurs à la croix de bois “,Joyeux Noêl à vous aussi

  • Marino , 26 décembre 2015 @ 14 h 52 min

    @marie france :

    Bonne Année à la façon Pieds Noirs..

    “Humour”

    A vous bande de calamars boiteux,

    Qu’est ce que je dirai pas pour vous rendre heureux,

    Sinon vous donner une calbote amicale,

    Que ça va sûrement pas vous faire mal,

    A vous tous les fartasses, les guitches et les laouères,

    Ceux qui allaient se taper le bain en bas la mer,

    A tous les bouffeurs de cocas, mantecaos, zlabias,

    Bliblis, roliettes, mounas, makrouds et calentitas,

    A ceux qui dégustaient les brochettes à Fort de l’Eau,

    A ceux qui tapaient cinq, à tous les falsos,

    Aux buveurs d’anisette avec kémias,

    A ceux qui faisaient sans arrêt la rue de Lyon- le Jardin d’Essai,

    A tous les falempos qui mentaient comme des voleurs,

    A tous ceux qui ont fait le bras d’honneur,

    Et ceux qui trichaient aux tchics tchics,

    Ceux qui faisaient la chaîne au Stella,

    Ceux qui tiraient le fer aux Sablettes, à tous les kilos,

    A ceux qui, comme moi, tapaient cao,

    Ou soit disant maqua hora,

    Ceux qui jouaient aux tchalefs ou au tas,

    Ceux qui ont fait, les pôvres, figa ou tchoufa,

    A ceux, que quand ils partaient on aurait dit qu’ils revenaient,

    Aux anciens de la rue de Lyon, des HBM du ruisseau, de la régie etc…

    Aux anciens de l’école rue Mirabeau, de la Corderie

    A tous ceux de notre ancien ” paradis ”

    A tous ceux là,

    En pensant à ceux que j’aimerais qu’ils soient toujours là,

    Je souhaite que cette nouvelle année vous apporte le bonheur,

    Et surtout que cette purée de santé elle vous laisse pas tomber.

  • marie france,sorti des drapeaux , 26 décembre 2015 @ 15 h 20 min

    @ Marino,mille merci pour ce “poème “bien de chez nous ,souvenirs ,souvenirs .A vous et votre famille mes meilleurs voeux pour 2016……………….si vous en avez d’autres ,n’hésitez pas à m’en envoyer ,merci

Les commentaires sont clôturés.