Hongrie : les institutions européennes de plus en plus allergiques au verdict des urnes

Viviane Reding, en Autriche, en 2005.

Mercredi dernier, la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE) du Parlement européen a approuvé le «rapport Tavares» qui critique les réformes constitutionnelles hongroises et appelle ce pays à respecter les valeurs démocratiques. 31 membres de la Commission LIBE ont voté pour l’adoption du rapport, 19 contre, et 8 se sont abstenus. Le rapport «Tavares» sera soumis au vote du Parlement de Strasbourg début juillet. Si le Parlement l’approuve lui aussi, la menace de sanctions contre la Hongrie pourrait être à nouveau brandie.

Parallèlement, lors d’une rencontre du Groupe Bilderberg les 6-9 juin à Hertfordshire en Grande-Bretagne, la vice-présidente de la Commission européenne à la justice, aux droits fondamentaux et à la citoyenneté, Viviane Reding, aurait déclaré, selon le quotidien hongrois « Magyar Nemzet », qu’elle n’hésiterait pas à remettre en cause le résultat des prochaines élections législatives en Hongrie et qu’elle allait s’appuyer sur les mouvements d’opposition de gauche pour cela. Si cette affirmation a été démentie par la  Commission européenne et par l’intéressée elle-même, le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung indiquait le 17 avril dernier qu’une part croissante des commissaires européens étaient en faveur d’une procédure de sanction contre la Hongrie au titre de l’Article 7 du Traité UE, ce qui pourrait vouloir dire la suspension des droits de vote de la Hongrie au sein du Conseil. Une procédure prévue également par le rapport « Tavares » qui vient d’être approuvé par la commission parlementaire. Outre le vote nécessaire du Parlement européen en assemblée plénière, il faudra toutefois à la gauche européenne anti-Orbán convaincre tous les États membres de voter en faveur des sanctions contre la Hongrie pour que celles-ci puissent être adoptées. Un vote unanime du Conseil en la matière est hautement improbable car certains pays n’approuvent pas ces attaques répétées contre la majorité et le gouvernement que le peuple hongrois souverain s’est choisis.

Il n’empêche que Viviane Reding, outrepassant ses prérogatives de Commissaire européen, se distingue au sein de la Commission par sa campagne agressive contre le gouvernement de Viktor Orbán. Cette Luxembourgeoise de 62 ans s’était aussi fait remarquer en France par ses propos outranciers contre le gouvernement français lors des expulsions de Roms (qu’elle comparaît à la politique nazie) et par son tweet après la défaite de Nicolas Sarkozy aux élections présidentielles : «Une France de la justice, enfin !».

Partout en Europe, la gauche et la fausse droite semblent de plus en plus irritées par ce gouvernement conservateur hongrois qui non seulement parvient à réduire les déficits (la Commission européenne s’apprête à abandonner la procédure pour déficit excessif à l’encontre de la Hongrie) et à renouer avec la croissance, mais en plus continue de dominer dans les sondages : un sondage Ipsos réalisé entre le 8 et le 15 juin donne 49 % d’intentions de vote au Fidesz contre 27 % pour les socialistes, 12 % pour les nationalistes du Jobbik et 8 % pour la coalition gauchiste « Ensemble 2014 ».

Autres articles

44 Commentaires

  • Szabi , 25 Juin 2013 à 21:25 @ 21 h 25 min

    Merci de soutenir mon peuple et surtout d’avoir pris la peine de se renseigner!

  • Marie Genko , 25 Juin 2013 à 22:13 @ 22 h 13 min

    @Milou,

    Franchement vous faites beaucoup de suppositions…!
    J’espère qu’un jour la cause du crash de Smolensk (officiellement le mauvais temps) sera élucidé et les faits établis sur des preuves irréfutables.
    Je ne pense pas que cela soit une bonne chose, en réflexion politique, de trop nous laisser aller à nos fantaisies, à moins de vouloir nous spécialiser dans les romans d’espionage
    Notre quotidien politique est déjà suffisamment difficile, sans vouloir encore nous embrouiller l’esprit sur des hypothèses en matière de politique internationale!
    Amicalement Marie G

  • Tintin , 25 Juin 2013 à 22:51 @ 22 h 51 min

    Milou extrapole mais n’a t-il pas raison ?

    Nous ne connaitrons jamais la vérité concernant l’attentat de Smolensk, l’Histoire est ainsi, elle est toujours écrite par les vainqueurs.

    Alors, à qui profite le crime ?

    Aujourd’hui encore nous ne savons pas qui a incendié le Reichstag et nous ne le saurons jamais.

    L’Histoire n’est jamais vraiment lisible.

    Alors, à qui profite le crime ?

    A 80% je jette les dés sur la Russie.

    A 80% Poutine a fait sauter l’avion.

  • Tintin , 25 Juin 2013 à 22:57 @ 22 h 57 min

    @Szabi :

    Nous sommes avides de découvrir et de comprendre mieux la Hongrie, pouvez-vous nous expliquer le contexte politique, culturel et géopolitique de votre pays ?

  • Sully , 26 Juin 2013 à 15:08 @ 15 h 08 min

    Merci pour la leçon de paléogéopolitique , mais faudrait déjà commencer par ne pas proférer des âneries . L’archiduc d’Autriche a été assassiné à Sarajevo , capaitale de la Bosnie-Herzégovine , qui venait de passer sous la domination de l’Empire dit “austro-hongrois” . Sarajevo n’est pas et n’a jamais été en Hongrie .

  • Szabi , 26 Juin 2013 à 15:12 @ 15 h 12 min

    En bref, la Hongrie était sous la régime communiste pendant 40 ans (mon grand-père a mené des affaires étranger chez les grandes entreprises, une fois il était en Allemagne, il a du être hospitaliser pour pas perdre ses yeux. Un bon communiste qui voulait son poste a dit à la partie, qu’il veut émigrer, par conséquence, il a du aller travailler dans la ville à 60km en tant qu’un ouvrier.) Après 1989 la partie communiste a changé nom, mais elle a gardé son argent, sa structure et ses politiciens, de plus, tout les cadres restent les bons vieux communistes. Donc, à la deuxième élection “démocratique” ils ont revenus au pouvoir et ils ont privatisé tout pour eux même ou pour les entreprises étrangères avec une corruption inimaginable. Bref, l’économe hongroise a cessé d’exister. La part de l’état a baissé en dessous de 10%! (le moindre en Europe, en France vers 30%, si je me rappel bien). En 2010 quand le gouvernement d’Orban été élu, l’endettement du pays atteint le 83% du PIB (endettement vers l’extérieur) l’endettement des communes et les citoyens encore pire, 4 millions d’habitant (sur 10M) en dessous du seuil de pauvreté l’état était maintenir en vie par le FMI. Donc, Orban a mis des impôts sur les grands entreprises internationales et des banques (qui sont principalement des entreprises étrangères et qui sont les seuls avoir une immense bénéfices durant les années précédents) pour stabiliser le pays. L’autre grand défaut de Orban, qu’il a mené une politique conservative (valeurs principaux: travail, famille, origine chrétienne). On peut en discuter que c’est bien ou pas, mais imaginez, si les hongrois diraient pour les hollandais, espagnols ou français: C’est inacceptable de détruire les valeurs anciennes! Modifiez immédiatement vos lois concernant le mariage! Ça m’étonnerais, si la réponse sera: Oui, vous avez raison, on va le faire tout de suite…. Non?

  • Sully , 26 Juin 2013 à 15:19 @ 15 h 19 min

    Le visage est sans doute fermé et plein de haine (on a chosi la photo , c’est classique) , peut-être , mais il n’est pas mal . Un visage poupin .Elle serait peut-être même baisable . Avec un peu de vaseline quand même… :-))))) Je vais faire hurler les culs coïncés … Aaaaah ! un petit plaisir .

    Non , le pb , c’est comment de tels individus arrivent à ces postes où ils sont plus puissants que les chefs d’Etat.

    @ Milou : sa sanction , le jour de la Libération ? lui envoyer un clan entier de roms dans sa belle propriété . Ha! ha! ha! rien que de voir sa gueule nous sera une consolation …Parce que , autrement , les BMC n’en voudraient pas . et de Taubira encore moins . Il faut bien voir la réalité …:-))))))

    @modo : suis-je resté suffisemmment ds la métaophore et l’emlmllipse ? Mais bon , je vous comprends . Merci pour votre véritable modération , en général . on respire plus ici qu’au figaro en ligne , dont les lecteurs n’ont toujours pas compris que ce journal était devenu “de gauche” , et n’en tirent toujours pas les conséquences ..

    Bruxelles delenda est !!!

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen