SYRIE | Le nonce apostolique dénonce l’indifférence malgré une situation toujours plus grave

Samedi, le nonce apostolique en Syrie, Mgr Mario Zenari, a dénoncé sur les ondes de Radio Vatican  (fichier audio en italien ci-dessus) l’indifférence de la communauté internationale vis-à-vis de la Syrie, alors que la situation ne cesse d’empirer (depuis l’EIIL a complètement pris possession de la province de Raqqa en Syrie). Il pointe du doigt les risques de radicalisations de l’islam, jusqu’en Europe, et ose encore espérer le retour de la cohabitation des chrétiens et des musulmans. Nouvelles de France vous en propose aujourd’hui cette traduction :

Crédit : Radio N-D

Mgr Zenari – La Syrie n’est malheureusement plus sous le feu des projecteurs, elle a disparu des écrans radars de la communauté internationale. Pourtant la situation ne s’est pas améliorée et les gens, absolument tous les gens ici, me disent : “Nous sommes ici, nous avons tous les jours sous les yeux des atrocités… et on ne parle plus de cela” ! Chaque jour, il y a en moyenne 180 morts en Syrie : un chiffre qui ne devrait laisser personne tranquille. Et pourtant, la Syrie est tombée aux oubliettes.

Le journaliste – Êtes-vous préoccupé de l’avancée des djihadistes de l’EIIL ?

Mgr Zenari – Ces djihadistes seraient à une quarantaine de kilomètres d’Alep. Tous sont préoccupés par cela : les chrétiens, mais aussi les autres, car la Syrie est un pays majoritairement musulman, et la population syrienne musulmane, mais modérée,  rejette cet extrémisme. Ces jeunes militants qui s’en vont grossir les rangs des extrémistes, ne le font pas en général pas par conviction idéologique, mais parce qu’ils sont frustrés de voir que les idéaux de démocratie et de liberté ne progressent pas, que la situation est dans l’impasse… Ensuite, ils viennent à eux, parce que ceux-ci [ndt : les djihadistes de l’EIIL] sont plus efficaces, et aussi parfois parce qu’ils reçoivent d’eux un soutien économique plus important.

Le journaliste – Comment s’explique la diffusion de cet intégrisme islamique, de cette cruauté que nous observons ?

Mgr Zenari – Parce que le terrain y est favorable : en Syrie, en Irak, dans cette région qui est en train de vivre des moments vraiment très difficiles… Les solutions manquées, ce conflit qui perdure, sont un terreau pour la croissance de cette extrémisme. Et beaucoup en Europe suivent cette idée de créer une société utopique [ndt : le califat], parce que la tentative de faire progresser des Etats plus démocratiques, avec plus de liberté, a échoué. C’est alors que ces utopies surgissent de leur boîte.

Le journaliste – Quel est le risque de voir de plus en plus de chrétiens quitter le pays ?

Mgr Zenari – C’est hélas une réalité quotidienne. Continuellement, les évêques et les patriarches invitent les fidèles chrétiens à rester, mais on peut comprendre cette envie des chrétiens qui, face au risque de perdre leur vie ou face à un avenir très incertain, cherchent à émigrer vers les pays voisins ou vers l’Europe ; non seulement des chrétiens, mais tous ceux qui ont à faire face à de telles circonstances : ceux qui subissent les bombardements, ceux qui endurent les pluies d’obus, ceux qui ont perdu leur travail, ceux dont la maison a été détruite… Tous ceux-là cherchent à émigrer dans l’espoir d’un avenir meilleur pour leurs familles.

Un enfant de sept ans porte la tête d’un soldat décapité.

Le journaliste – Le pape continue à suivre de très près la situation en Syrie…

Mgr Zenari – Qu’il continue ! La Syrie, comme l’Irak ou la Terre Sainte sont dans le cœur du Saint-Père… les informations concernant ces pays se retrouvent régulièrement sur sa table…

Le journaliste – Que peut-on espérer de l’avenir ?

Mgr Zenari –  Nous devons surmonter le pessimisme, car si vous regardez autour de vous hélas, la situation a empiré, avec une accélération ces derniers mois. Il y a quelques mois encore, personne ne se serait imaginé avoir à combattre l’utopie de cet état islamique, ses atrocités… L’avenir reste plutôt incertain, même si nous devons avoir foi en Dieu qui lui ne nous oublie pas.

Le journaliste – Voulez-vous lancer un appel par l’intermédiaire de Radio Vatican ?

Mgr Zenari – Avant tout, je dirais que les trois religions monothéistes sont appelées à cohabiter ici et à répandre le message de la paix, et je dirais à leur chefs et à leurs fidèles : “Redoublez d’efforts pour encourager la paix et pour prier pour la paix.

Articles liés

5Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • jejomau , 25 août 2014 @ 8 h 16 min

    les 3 religions monothéistes sont appelées à cohabiter ??????? Mais ce n’est pas du tout ce qu’ils pensent, “eux”, ceux du camp d’en face !!!

    Espérons que des jeunes chrétiens retrouvent le sens de l’engagement armé comme les derniers mercenaires connus dans les années 70 – 80: les Bob Denard, etc… Que ces Chrétiens partent eux aussi défendre leurs frères dans ces pays abandonnés aux racailles et dans lesquels le clergé s’imagine que prier suffit pout sauver les familles et les enfants !!

    “Aide-toi toi-même ET LE CIEL T’AIDERA” !!!

  • Catholique & Francçais , 25 août 2014 @ 9 h 00 min

    Paroles de Churchill (qui n’est pourtant pas, et de très loin, le grand homme que l’on dit) prononcées à la veille de la 2° Guerre Mondiale à propos de la lâcheté et de la stupidité des démocraties occidentales devant les premières victoires diplomatiques du National-Socialisme (idéologie qui présente beaucoup d’analogies avec l’Islam) : “Tu as été pesé dans la balance, et trouvé léger. Et n’allez pas croire que les choses vont en rester là. Nous ne faisons que commencer à payer. Ceci n’est que la première gorgée, le premier avant-goût d’une coupe amère qui va nous être présentée année après année – sauf si, dans un suprême sursaut de force morale et de vigueur martiale, nous nous dressons à nouveau et reprenons, comme par le passé, la défense de la liberté».

  • Bainville , 25 août 2014 @ 10 h 19 min

    Un nonce qui parle des trois religions monothéistes n’est plus dans la vérité, le judaïsme actuel est celui du Talmud où le Christ et donc la Sainte Trinité sont niés, où les chrétiens sont méprisés, pour le moins. L’Islam est une construction de sectes niant la divinité du Christ et la Rédemption et donnant un idéal matérialiste inconcevable pour tout chrétien.

    Quand on refuse le Fils, on ne peut accéder au Père, Jésus nous l’a appris clairement.
    Mais si les autorités de l’Eglise actuelle sortent de telles contre-vérités, il ne faut pas s’étonner que Dieu permette ces épreuves, pour que ces évêques soient plus courageux et osent affirmer la Foi entière, il n’y a qu’un seul vrai Dieu.

  • jejomau , 25 août 2014 @ 10 h 20 min

    le Parlement Lybien a appelé l’ONU à intervenir hier. …….. L’Irak a appelé également les Nations-Unies à l’aide…..

    Vous en aviez entendu parler ?

    Ca ne risque pas : les médias , à la solde de la racaille islamophile, taisent la chose afin que personne ne bouge et que les islamistes continuent d’avancer avec la complicité des malfaiteurs arabes et Qataris….

    Voilà comment ils sont ces salauds de médias…..

  • Luc Ruy , 25 août 2014 @ 15 h 19 min

    Certes, mais en dehors de ce point, le témoignage reste intéressant. Et il n’a quand même pas dit que ces religions étaient vraies, même si je suis d’accord pour reconnaître qu’il vaut mieux éviter de parler de religions monothéistes, ce qui semble sous-entendre que nous adorons le même Dieu que le dieu des musulmans.

Les commentaires sont clôturés.