C’est vérifié, les enfants de familles nombreuses divorcent moins que les autres

Selon les travaux de Doug Downey, professeur de sociologie à l’Ohio State University, plus on a de frères et de sœurs, moins on a de chances de divorcer à l’âge adulte. En effet, l’étude réalisée à partir des données de la General Social Survey (des entretiens avec 57 000 adultes réalisés entre 1972 et 2012 dans 28 endroits différents des États-Unis) montre que chaque frère/sœur supplémentaire diminue ses propres chances de divorcer de 2%. Cela a été vérifié jusqu’à 7 frères et sœurs. Au-delà, il n’y a plus d’impact, ni positif, ni négatif. Ce que constate l’étude, c’est qu’avoir plus de frères et de sœurs permet de développer un ensemble de compétences utiles pour négocier lors des interactions et, par conséquent, fournit une aide supplémentaire en matière d’écoute et de communication pendant le mariage à l’âge adulte. Elle le vérifie pour chaque génération.

L’étude a été présentée le 13 août à New York City, au 108e congrès de l’American Sociological Association.

En 2004, Downey avait présenté des travaux révélant qu’en classes de maternelle, les enfants ayant des frères et sœurs étaient plus sociables que les enfants uniques.

Autres articles

69 Commentaires

  • Diex Aïe ! , 26 Août 2013 à 16:06 @ 16 h 06 min

    la photo ne correspond pas au titre de l’article : Il n’y a que 4 enfants sur la photographie hors l’article parle de familles nombreuses…

  • Pancrace , 26 Août 2013 à 16:19 @ 16 h 19 min

    Le journaliste parle de “chances de divorcer”…
    J’aurai préféré parler de “risques”…

    Question de point de vue…

  • Daniel , 26 Août 2013 à 16:35 @ 16 h 35 min

    J aimerais savoir comment on peut se marier, c’est à dire s’engager pour la vie, puisque constituer une famille, c’est tisser des liens qui seront éternels, à savoir que les descendants resteront les descendants du couple, pour ensuite divorcer.

    Cela a des impacts d’ordre sociaux et psychologiques désastreux chez les enfants des couples divorcés.

    Même dans le cadre du non respect du devoir de fidélité (ici concernant le mariage civil), on ne divorçait pas avant juste parce que l’un des époux eu une faiblesse, c’est à dire une liaison. Il y avait une éthique de responsabilité vis à vis de la famille, et certains couples connurent des péripéties qui ne les ont jamais empêché de continuer à resserrer des liens affectueux. L’union d’un couple, cela n’a rien à voir avec la Belle aux Bois Dormants, mais à l’heure actuelle, le mariage n’est plus qu’un vulgaire contrat camouflant un produit de consommation social.

    On ne divorce pas parce que l’un des époux a connu quelques liaisons, même si c’est chose fort bien terrible. on ne divorce pas parce que les époux ne sentent plus l’amour entre eux, à savoir le seul amour physique charnel. D’ailleurs, un couple ne se fonde pas sur le seul fait que deux individus aient une attirance physique et qu’ils arrivent à bien s’entendre par la suite s’ils ont des comportements et des affinités compatibles. Un couple, c’est tout de même une union bien plus complexe et plus sérieuse.

  • Laurent , 26 Août 2013 à 17:33 @ 17 h 33 min

    J’aurais tendance à croire qu’un enfant/futur parent, reproduit le schéma familial de ses parents naturellement.
    Je suis presque sûr que les couples solides ont en moyennes plus d’enfants que les couples qui ne durent pas longtemps. Donc un enfant dans une fratrie de 6 ou 7, a en général des parents dans un couple plus solide.

    Pour que l’étude soit fiable, il faudrait étudier cet aspect. Est ce que les enfants avec 5 ou 6 frères/soeurs a tendance à moins divorcer plus tard que les enfants avec 5 ou 6 demis frères/soeurs ?
    Est ce que les enfants avec 5 ou 6 frères/sœurs et dont les parents sont unis durant 30 ans ont plus de chance de divorcer que les enfants avec 0 ou 1 frères/soeurs dont les parents sont unis durant 30 ans ?

    En attendant, vu comment c’est présenté ici, on peut juste rien en déduire.

  • C.B. , 26 Août 2013 à 18:19 @ 18 h 19 min

    Pancrace
    Dès qu’il est question de probabilités ou de statistiques, le terme technique est “chance” (que l’aléa considéré soit bénéfique ou non). Ainsi, vous avez 100% de chances de mourir (évènement certain).

  • Yaki , 26 Août 2013 à 19:33 @ 19 h 33 min

    De plus, il serait intéressant de voir le lien avec la religion et les croyances des enquêtés. Les religions interdisant avortement et contraception, les familles avec des parents croyants sont souvent plus nombreuses que celles avec des parents non croyants. Comme le divorce est aussi interdit dans certaines religions, il y a peut-être un biais statistique.

  • borphi , 26 Août 2013 à 20:15 @ 20 h 15 min

    @ Diex aïe!
    Une famille est considérée “nombreuse” à partir de 3 enfants.
    ____________

    Une famille c’est fragile et un couple s’entretient!
    Il arrive d’avoir recours à un conseiller conjugal .
    Il ne faut pas se gêner pour conserver son couple d’aller rencontrer ces professionnels
    de l’écoute conjugale.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen