Le scénario du crash : que s’est-il passé ?

Le fichier audio extrait de la boîte noire retrouvée a permis de retracer les dernières minutes du vol. Durant 20 minutes, le copilote Andreas Lubitz et le commandant de bord échangent de manière courtoise et enjouée, avant de passer au briefing de l’atterrissage. Andreas Lubitz, 28 ans, répond alors « de manière laconique », selon le procureur de la République de Marseille, Brice Robin. Lorsque le pilote quitte la cabine, le copilote se retrouve seul dans le cockpit. A partir de cet instant, il ne dira plus un mot. De retour, le commandant de bord demande à son copilote de le faire entrer, mais n’obtient aucune réponse. Il tente alors de défoncer la porte blindée, en vain. A ce moment, les contrôleurs aériens tentent d’intervenir. L’avion vole de plus en plus bas mais les passagers ne réalisent ce qui se passe que très peu de temps avant de percuter la montagne. « Nous entendons des cris dans les tous derniers instants”, a précisé Brice Robin lors d’un point presse, jeudi.

Andreas Lubitz pourrait avoir commis un “suicide altruiste”

D’autres pilotes le connaissant le qualifie d’homme “très calme”, “heureux” de vivre et “responsable” :

L’individu est allemand, impossible pour l’instant de connaître son origine ethnique :

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les normes internationales de l’aviation civile ont transformé les cockpits en véritables bunkers. De quoi parer toute tentative d’intrusion. Mais lorsque le danger vient des pilotes, cela pose problème, car ils peuvent s’enfermer à l’intérieur du cockpit, seul lieu où l’on peut verrouiller et déverrouiller la porte blindée :

Articles liés

42Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • aixois , 27 mars 2015 @ 9 h 34 min

    Un jeune homme frustré de travailler dans la lowcost de la Lufthansa? Trop imbu de sa valeur et refusant la hiérarchie normale dans un équipage? Les réponses laconiques durant le briefing avant l’approche à destination sont peut-être un indice sur l’état d’esprit de ce pilote. Le dialogue “enjoué” entre les 2 pilotes, au début du vol, cachait peut-être une tension psycho entre eux?
    Un jeune exalté peut être redoutable lorsqu’il est touché dans son orgueil.

  • Alainpsy , 27 mars 2015 @ 9 h 44 min

    Depuis quelques jours on entend tellement d’âneries sur les plateaux télé, comme ce Psychiatre sur Arte, débitant des lieux communs et des hypothèses navrantes. Quant à cette expression de suicide altruiste, lamentable.
    D’abord, j’ai lu que ce co-pilote aurait peut-être fait une dépression grave, ça reste à confirmer, mais si tel était le cas, cela revient à dire que les tests Psychologiques que les compagnies font passer aux pilotes ne sont pas opérationnels, comme je l’ai toujours pensé. De manière générale, les tests Psychologiques parlent pour certains individus et d’autres passent à travers. D’autre part, dans un entretien Psychologique, le praticien ne sait pas toujours très bien lire ce que l’individu vous répond, il faut savoir analyser ses réponses comme une véritable enquête, ils n’ont ni le temps, ni parfois les capacités pour le faire. Enfin, il faut savoir qu’un individu qui vient de divorcer, voire de perdre un être cher, ou même qui a tendance à boire un peu pour soulager certaines angoisses, peut ne pas être du tout suicidaire, ça peut même être tout le contraire. Or, tous les reportages mettaient l’accent sur les séparations ou l’alcool, ce qui est stupide tant les critères sont ailleurs.
    Un dernier mot sur ces formes de suicide qui entraînent les autres dans la mort, pour lesquelles ce terme de suicide altruiste me semble confus et farfelu. Il y a dans certaines formes de mélancolie dont le suicide est l’issue inéluctable, une volonté d’entraîner les autres dans la mort, mais ce sont des proches du suicidé, toute la famille par exemple parce le mélancolique ne veut pas faire souffrir ses proches de son absence, une sorte de suicide fusionnel. Mais, quand il s’agit de gens avec lesquels on a pas de liens affectifs, parler de “suicide altruiste” comme l’ont fait certains Psy à la télé c’est de l’amateurisme.
    Je pense, dans ce cas-là, à ce qui me semble relever d’une perversion sacrificielle, la volonté d’une part de transformer le plus grand nombre de gens en objets manipulables que l’on peut détruire d’un seul coup, et d’autre part, manipuler l’opinion post-mortem par l’immense émoi que l’on va provoquer, voilà pourquoi je pense que l’on se trouve dans un cas très particulier de perversion, (“le pervers jouit d’un objet inanimé” Lacan ), pathologie à expressions multiples, et dont ce cas est à rapprocher de la manipulation qui avait conduit au suicide de masse des membres de la secte du temple en Guyane.

  • mariedefrance , 27 mars 2015 @ 9 h 53 min

    Vous pensez “alcool”, je pense “drogue”.
    Qui pourra le dire ?

    Personne sauf si des éléments de la vie privée peuvent venir en aide aux enquêteurs.

  • Marino , 27 mars 2015 @ 9 h 59 min

    Après avoir compris, il a tout tenté: le pilote de l’Airbus A320, resté hors du cockpit lors de la chute de l’avion de la Germanwings dans les Alpes françaises, a tenté de forcer la porte du poste de pilotage avec une hache. C’est ce qu’affirme le quotidien allemand Bild, vendredi, citant des sources sécuritaires.

    Andreas Lubitz, le copilote allemand qui a semble-t-il délibérément provoqué la catastrophe de l’Airbus A320 de Germanwings mardi dans les Alpes de Haute-Provence, avait été soigné en 2009 pour un “épisode dépressif grave”, rapporte vendredi le quotidien allemand Bild.

    Citant des documents internes et des sources au sein de Lufthansa, la compagnie-mère de Germanwings, Bild précise que le copilote a été l’objet d’un traitement psychiatrique sur une durée totale de dix-huit mois.

  • marie france , 27 mars 2015 @ 10 h 07 min

    sans le fin mot ,tout le monde parle de “suicide” çà arrange ces 3 européens ,le boutonneux,la angéla qui ne veut pas voir que les A

  • Alainpsy , 27 mars 2015 @ 10 h 07 min

    Pour moi le geste est assez “parlant”. Si effectivement il est conscient pendant que l’autre tape à la porte, comme tout semble le démontrer, je confirme ma conclusion. Quant à l’hypothèse de drogue, je n’y crois pas un seul instant, il y a trop d’éléments de maîtrise auparavant, ce qui est un élément supplémentaire pour accréditer ma thèse, froideur et détermination dans un contexte pervers.

  • marie france , 27 mars 2015 @ 10 h 11 min

    ??Allemands commencent à ouvrir les yeux et l’espagnol qui fait partie du même clan que le renégat manolo,je ne suis pas complotistes ,la police scientique a pris de gros cartons et son o rdi ,…..attendons la suite pardon :scientifique

Les commentaires sont clôturés.