Une passion pour la Gaule

Le rabougrissement actuel de la France incite à s’interroger, de façon légitime, sur le mystère de son Histoire. Un tel questionnement ne semble guère troubler les membres de son gouvernement décadentiel. Pour nos ministres, comme pour la majeure partie de la classe politique, la soupe reste bonne. Et comme nos dirigeants se trouvent de la sorte en décalage avec le pays réel, ils accusent le peuple. Ils collent donc des étiquettes. Éventuellement même ils fabriquent les fantômes et les caricatures d’imaginaires menaces. Contre ces succubes ils en appellent aux grandes consciences. Ils en trouvent encore, de moins en moins nombreuses. Au besoin, ils en inventent, prêtes à se mobiliser.

Ne pas vouloir être envahi devient du racisme. Air connu. Refrain éculé.

Constater, déplorer le recul économique du pays sous le poids du fiscalisme et du gaspillage démagogique relève d’une tare un peu plus subtile. On nous enjoint de condamner, dès lors, de “déclinisme”. Commenet ne pas s’irriter de l’erreur de ce suffixe. Il ne pourrait correspondre à une véritable signification que si l’on entendait désigner les partisans de la chose, ici le déclin, alors qu’il s’agit des gens qui la combattent. Appelait-on les résistants des “occupationnistes” ?

Si l’on souhaite esquiver les pestilences de ce désarroi lexical et mental, reste alors le recours à la grande histoire. En son refuge on peut préserver la réflexion des furies médiatiques, sinon des censures de la pensée unique. En un tel abri on pourra penser un avenir libéré des erreurs d’hier et d’avant-hier.

Ajoutons qu’en notre époque, certains progrès de la connaissance permettent d’enrichir le champ de vision. Au-delà des récits de batailles et des intrigues de cour, on pourra tenir compte des données économiques, techniques, culturelles, sociales, intellectuelles, etc.

Très en avance sur son temps, très supérieur aussi à bien des celtisants ultérieurs acharnés à la défense de diverses thèses à base de pétition de principes, Camille Jullian (1859-1993) tend à répondre à l’ensemble de ces questions relativement à spécialité, et à sa passion : l’Histoire de la Gaule.

Grâce à cet historien et philologue, élève de Vidal de la Blache et de Fustel de Coulanges puis de Theodor Mommsen (1) à Berlin, les Français découvrent dès 1901 la réalité historique de Vercingétorix. Au Collège de France à partir de 1905, il crée la première la chaire des Antiquités Nationales. Et publie, entre 1907 et 1928, une œuvre immense première approche scientifique de la Gaule.

De façon précise il rassemble les connaissances disponibles dans les divers domaines qui alimentent la science du passé.

Le volume qui vient de paraître couvre la période où selon la formule élégante de Jacques Bainville, “pendant 500 ans, la Gaule partage la vie de Rome”.

Mais au contraire de l’auteur précité, Jullian ne fait pas commencer l’histoire ancestrale de la Gaule à la fin de son indépendance. Ainsi y avait-il déjà consacré les chapitres publiés sous le titre de La Gaule avant César. Sans direction politique centralisée à l’origine, le territoire assez constamment délimité, au cours des siècles entre le Rhin, les Alpes et les Pyrénées, est pratiquement devenu ce que nous appelons l’Hexagone.

Le tracé de la frontière linguistique ne s’est trouvé modifié que par les migrations de peuples contemporaines précédant l’époque mérovingienne. Ce que nous appelons, à tort, “grandes invasions” ont dessiné, en gros du VIe siècle au IXe siècle la personnalité culturelle des Flandres, de l’Alsace et des régions franciques, ainsi que de l’Armorique occidentale.

Mais globalement pour le reste, très peu de modifications depuis la Gaule. On se trouve en présence d’un peuple assez peu variant jusqu’au XXe siècle : 1 500 ans après Clovis, mais aussi 1 000 ans avant lui. Tel est alors l’objet de ce recours aux racines.

Car ce millénaire gaulois puis “gallo-romain” ayant précédé le nom de France, a bel et bien forgé l’essentiel de son identité à partir des apports ligures, ibères, germano-celtiques, grecs et latins.

Au cours de cette très longue période les dieux eux-mêmes auront à peine changé jusqu’à l’arrivée du christianisme, elle-même très antérieure à la conversion d’un prince rallié à la religion de son peuple et à ce qu’il appelle lui-même le “Dieu de Clotilde”.

Ceci autorise sans doute à diviser en trois cette Histoire unique.

Avant César notre connaissance de nombreux personnages permet d’échapper à la notion de préhistoire : Nanus roi des Ségobriges, Simos et Protis navigateurs phocéens en 597 avant Jésus-Christ, Brennos en 390, Pythéas au IVe siècle

C’est à Camille Jullian que l’on doit d’avoir établi l’existence nationale de la Gaule, avant même la conquête au gré d’un territoire commun nettement défini, par Jules César lui-même : jusqu’au Rhin, aux Alpes et aux Pyrénées, d’une communauté de langage, de croyances religieuses ou morales, mais aussi d’une civilisation matérielle et spirituelle épanouie en soixante cités dotées de leurs monnaies et de leurs magistrats.

Mais plus encore il souligne dans ce troisième volume qui vient de paraître la vigueur et même le renforcement dans le cadre de l’empire romain.

> La Gaule dans l’Empire romain, Vercingétorix et La Gaule avant César sont disponibles à l’achat sur ce site.

Lire aussi :
> Non, nous ne sommes pas des Gaulois !
> Non au catholiquement correct ! par Jean Dutrueil

Articles liés

19Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • jejomau , 27 novembre 2013 @ 22 h 17 min

    La France ? C’est NOUS ! Nous , les Gaulois ! Vive la France ! A jamais et pour toujours , nous mourrons pour cette terre qui n’appartient QU’A NOUS !

    http://www.youtube.com/watch?v=vHo47jwubpo

    Saint Michel ! Montjoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie !

  • hermeneias , 27 novembre 2013 @ 23 h 23 min

    Bon on se calme avec les “gauloiseries”

    C’est une vieille obsession névrotique d’un J.Dutreil et cie qui se cherchent une identité , une raison d’être , un sens à leur vie.
    Jejomau s’emballe mal t-a propos avec des St Michel Montjoie car le christianisme n’est pas spécifiquement gaulois , ni franc , ni romain , ni grec , ni juif d’ailleurs contrairement à ce que raconte qqes vieux maurassiens ou néo-paiens racis….Heureusement que sur le plan de la nature nous ne sommes pas que gaulois….

    J’oubliais les vikings au nord que j’aime particulièrement !

    Que les gaulois aillent se faire voir

  • GV , 28 novembre 2013 @ 7 h 32 min

    On a vu les gendarmes plus violents lors des grandes manifs contre le mariage pour tous
    Il est vrai qu’ils avaient affaire a de dangereux activistes armés de drapeaux FRANCAIS de poussettes et d’enfants en bas age!

  • Omm , 28 novembre 2013 @ 8 h 51 min

    Vous voulez faire reposer le sentiment national sur l’Histoire.D’accord, mais pourquoi s’arreter à la Gaule Romaine ?
    En effet si l’on comprend ce qu’est cette Gaule romaine on constate qu’il s’agit de colonisation . Donc au final pourquoi ne pas accepter ce qu’il s’est passé avec l’Empire colonial français ? Parce que l’Empire n’a pas fait son boulot d’assimilation des peuples locaux ! Si ca avait ete le cas

  • Omm , 28 novembre 2013 @ 8 h 54 min

    Vous voulez faire reposer le sentiment national sur l’Histoire.D’accord, mais pourquoi s’arreter à la Gaule Romaine ?
    En effet si l’on comprend ce qu’est cette Gaule romaine on constate qu’il s’agit de colonisation . Donc au final pourquoi ne pas accepter ce qu’il s’est passé avec l’Empire colonial français ? Parce que l’Empire n’a pas fait son boulot d’assimilation des peuples locaux ! Si ca avait ete le cas la France ne serait pas là aujourd’hui, les communautaristes et les xenophobe de la clique de Taubira ne seraient pas là aujourd’hui

  • jejomau , 28 novembre 2013 @ 11 h 19 min

    En attendant : c’est bien les Vikings que les Gaulois ont bouté hors de France quand ils ont “migré” chez nous il y a bien longtemps…

    Mais sans rancune !

  • synok , 28 novembre 2013 @ 12 h 52 min

    dangereuses poubelles ” spécial verre ” …

Les commentaires sont clôturés.