Deux hérésies primitives du christianisme toujours présentes

Alors que certains apôtres du Christ étaient encore en vie, deux tendances centrifuges se sont peu à peu constituées à la périphérie de la « Grande Église apostolique ». L’une d’elle, qui met l’accent sur la filiation entre les deux Testaments, resta longtemps liée au judaïsme palestinien dont elle se distinguait peu. Ses membres étaient connus sous le nom de nazôréens, les ébionites étant leur secte principale. L’autre courant, connu sous l’appellation de gnosticisme, reniait totalement l’Ancien Testament inspiré selon lui par le Dieu mauvais. Les marcionites en étaient les représentants les plus aboutis.

Examinons ces deux dérives opposées telles qu’elles s’expriment dans leurs théologies et dans leur postérité.

● La dérive nazôréenne ne s’intéresse pas tant au destin des individus qu’à celui du monde qui doit être sauvé du Mal. Elle prétend détenir la clef qui donnera accès au Royaume de Dieu sur Terre, à la société parfaite libérée du Mal. Il s’agit de reprendre la mission du Messie qui en a été empêché par le Dieu mauvais et de conquérir le pouvoir sur le monde entier par ceux qui détiennent la vraie Révélation. En vue de vaincre le Mal, tout moyen est bon et pur. Il s’agit d’une ré-interprétation «millénariste» du salut chrétien. Le salut est dans l’humanité sauvée et les hommes se répartissent entre Élus soumis à Dieu et ennemis de Dieu. Dieu n’est pas un dieu d’amour, mais un dieu de puissance auquel l’homme doit se soumettre. L’Église apostolique, instrument du Mal, doit être éliminée.

L’islam est l’expression religieuse la plus accomplie de cette tendance et il est d’ailleurs issu du nazôréisme implanté en Arabie. Edouard-Marie Gallez et Antoine Moussali ont bien démontré cette filiation, par l’intermédiaire, entre autres, de Waraqa, cousin de la première épouse de Mahomet.

Sur le plan séculier, le messianisme s’exprime bien sûr par les courants communistes ou anarchistes qui le conceptualisent en tant que « sens de l’histoire ». Henri de Lubac et Nicolas Berdiaev ont mis en lumière cette généalogie des courants utopistes et du léninisme.

Son expression philosophique amène au dogmatisme d’une vérité collective abolissant le Moi.

Sur le plan psychologique, ce courant est guidé par le « désir mimétique » cher à René Girard, de la volonté perverse de dominer autrui.

● La dérive gnostique prétend que le salut est caché en chacun et qu’il suffit de le dévoiler, Jésus étant le modèle de celui qui se sauve par lui-même. Le but est d’atteindre une liberté qui élève au dessus du bien et du mal, qui rend pur et divin. Cette tendance provient d’une réinterprétation individualiste du salut chrétien. Jésus y apparaît comme le maître qui montre à ses disciples le chemin de la délivrance individuelle. L’Esprit-saint est tenu pour une parcelle de puissance divine enfouie en chacun de nous (cet enfouissement étant la cause de la souffrance humaine) et qu’il faut faire émerger. Le salut est en chacun de nous et les hommes se répartissent entre ceux qui se sont sauvés par eux-mêmes et ceux restent immergés dans le Mal. Le monde est la création du Dieu mauvais. Dieu n’est pas un dieu d’amour, l’amour étant « matériel » et donc du domaine du Mal. L’Église apostolique doit être noyautée plutôt qu’écrasée.

Le manichéisme est la manifestation syncrétique la plus conséquente du gnosticisme. Chez Mani, les purs (parfaits) ouvrent à l’humanité l’accès au monde supérieur.

La sécularisation moderne de cette tendance conduit aux mouvements prônant le « développement personnel », au New Age, ainsi qu’aux théories « essentialistes » du Moi, comme la théorie du genre.

Son expression philosophique conduit au relativisme généralisé et au subjectivisme, puisque seul le Moi est dans la vérité.

Sur le plan psychologique, le gnosticisme renvoie au « désir narcissique » qui s’exprime par le repli sur soi et la recherche de l’auto-rédemption.

Si l’on a besoin d’une preuve que notre civilisation demeure imprégnée de christianisme, l’examen de certains grands courants philosophiques, religieux, politiques, anthropologiques totalement séculiers, voire athéistes, démontre que leur généalogie prend racine dans les deux hérésies (en grec = choix) primordiales de la religion du Christ. En quelque sorte, on a affaire à des formes de christianismes devenues folles.

Articles liés

34Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Alainpsy , 28 mars 2014 @ 22 h 39 min

     » ait connue « 

  • sergio , 28 mars 2014 @ 23 h 27 min

    L’ islam est bien une dérive hérétique d’ origine judéo-chrétienne , inventée par un  » prophète  » psychopathe , inspiré par le diable lui-même !….
    On reconnaît l’ arbre à ses fruits…..

  • jo , 28 mars 2014 @ 23 h 34 min

    Alerte !

    Sauvons le Palais Clam-Gallas, l’Institut Français de Vienne

    Pétition pour sauver l’Institut Français de Vienne et le Palais Clam-Gallas, magnifique édifice historique faisant partie du patrimoine de France.

    Chers amis, chères amies, chèr(e)s collègues, cher(e)s sympathisant(e)s,

    L’ Institut Français de Vienne en danger.

    http://christroi.over-blog.com/article-l-institut-fran-ais-de-vienne-en-danger-123133020.html

  • rovigo , 29 mars 2014 @ 9 h 53 min

    N’oubliez pas dans les avatars du manichéisme le catharisme, objet d’une coupable indulgence folklorico-régionaliste; ce qui permet d’ailleurs de « diaboliser » l’Eglise catholique, c’est tout bénef.

  • Marie Genko , 29 mars 2014 @ 10 h 47 min

    Je pense que l’article ci-dessus fait un racourci sur des thèses religieuses extrêment complexes.
    Pour ceux que ces thèses intéressent, il faut lire le livre du professeur Steven Runciman « Le manichéisme médiéval »

    En ce qui concerne l’influence hérétique chrétienne, c’est plutôt l’hérésie d’Arius d’Alexandrie, au début du IVème siècle, qui serait la source de l’inspiration de Mahomet.
    Arius enseignait que le Christ n’était pas Dieu mais un prophète.

    Il a été condamné par un concile oecuménique réuni à Nicée en 325, puis à nouveau au concile de Constantinople en 381.

    Les Musulmans partagent avec les Chrétiens et les Juifs les valeurs de l’Ancien Testament.

    Il leur manque aux uns et aux autres le 11ème commandement du Christ:

    AIMEZ VOUS LES UNS LES AUTRES

  • judel , 29 mars 2014 @ 11 h 52 min

    il n’existe qu’une et une seule religion chrétienne …..jesus etait simple et la pompe des orthodoxes et celle des cathos ne repondent en aucun cas a sa doctrine…..seuls les cathares sont des vrais disciples du christ ……tout le reste est déviation

  • Marie Genko , 29 mars 2014 @ 12 h 57 min

    Je souhaite rappeler que l’enseignement du Christ est de prier pour ses ennemis et de les aimer!
    Tant que ceux qui se croient chrétiens n’auront pas fait leur cet enseignement, le christianisme ira dans le mur!
    Or, seule la Parole du Christ est le chemin et la vie!
    Elle seule peut nous sauver du suicide collectif dans des guerres voulues par Satan !
    En elle seule se trouve le Salut du monde!

Les commentaires sont clôturés.