Révolution française : silence sur le génocide vendéen

Nous sommes bien loin de la version officielle racontée dans les livres d’histoire et par la plupart des journalistes, intellectuels et politiques de notre époque…

Au moins 180 000 personnes déportées, tuées, assassinées. Des centaines de prêtres, des religieux, mais avant cela, pour la plupart, des paysans, car ce sont les paysans qui, les premiers, se révoltent contre la République naissante. 180.000, c’est le nombre minimum de victimes des guerres dites « de Vendée ». Il y aura aussi plus de 200.000 soldats républicains tués dans les combats.

La République construite dans le sang

Il y a 227 ans. Ce qu’on appelle, à tort, la Révolution française, éclate à Paris. Une manœuvre de quelques centaines de personnes au départ, afin de renverser la Monarchie. Les révolutionnaires parviennent à étendre les incidents au pays tout entier. Incidents qui se transforment peu à peu en guerre civile. Un bain de sang. Des milliers de familles sont victimes de la barbarie qui est en train de se mettre en place. En fait, c’est une idéologie nouvelle que Robespierre, Danton et d’autres sont en train d’imposer, par la force, au peuple de France. Parce que l’Eglise est persécutée (on impose aux prêtres la constitution civile du clergé) – les prêtres refusent de prêter serment. Parce qu’ils s’opposent à la levée en masse de 300 000 hommes que la Convention, le nouveau pouvoir en place à Paris, impose afin de combattre l’Autriche catholique, les Vendéens se révoltent.

Jean Jacques Rousseau et la tyrannie

« Si le peuple pense mal, il faut changer le peuple ». C’est, en une phrase, toute la pensée de Rousseau. Il est indéniable que son « contrat social » comportait en germes le socialisme et la tyrannie qui se préparait dans le pays. Le 1er octobre 1794, la Convention décrète l’extermination « de toute la Vendée ». Il y aura le général républicain Turreau et ses colonnes infernales. Jean Baptiste Carrier et les noyades par millier. Il y aura aussi les massacres des Lucs-sur-Boulogne où 564 personnes, hommes, femmes, enfants seront assassinés par les Bleus des généraux Cordellier et Crouzat. Il y aura enfin le massacre dans la forêt de Vezin, près de Chanteloup-les-Bois où seront tuées près de 2 000 personnes. La Révolution française ne fut par seulement une tentative d ‘« épuration » de la Vendée, mais une épuration d’une partie du peuple de France opposé à la République. Marseille et Lyon, mais aussi la Bretagne étaient entrés en résistance. Ils s’étaient battus pour Dieu et pour le Roi de France. Symbole de leur résistance, un cœur surmonté d’une croix rouge marqué de la devise « Dieu le Roy ».

Un documentaire d’Armel Joubert des Ouches :

Autres articles

46 Commentaires

  • André , 28 Avr 2016 à 19:03 @ 19 h 03 min

    Je me suis déjà expliqué sur ce De Gaulle. Je ne suis ni son défenseur, ni son avocat, mais ce que je sais il fut mal entouré et avec cette saloperie de guerre d’Algérie on lui a raconte n’importe quoi. Je suis en train de revoir des archives de Djamilah Bouhired, une terroriste dès l’âge de 15 ans……
    Sans citer les noms, des algériens se réclamaient de De Gaulle et le capitaine X répond: De Gaulle je l’emmerde, ici c’est moi qui commande……
    Pour l’affaire des harkis, j’ai mis sur internet des témoignages sous verrou. Mais toute la responsabilité n’en revient pas à De Gaulle, c’était l’affaire des pieds noirs qui, en quittant l’Algérie, devaient embarquer les harkis avec eux. Ce sera un capitaine courageux qui fera monter des harkis à bord, c’est de cette manière que certains purent être sauvés… Voici un extrait de mon blog d’un dialogue avec un patriote, lui aussi ant-gaulliste……..
    …/…Par la suite, des gens commencent à réaliser que la France va mal. Alors je commence à découvrir des publications, que tout ce qui nous arrive est de la faute à De Gaulle, De Gaulle était un sale communiste, il était franc maçon, il a donné l’Algérie aux algériens, etc…. Je ne connaissais pas De Gaulle, hormis qu’il m’a volé 24 mois de ma jeunesse avec cette saloperie d’Algérie. Je deviendrai objecteur de conscience et je ferai ma guerre avec un porte plume……
    Ne connaissant pas De Gaulle, je suis reparti en prospection pour découvrir son profil. Voilà que je découvre un De Gaulle anti-communiste, anti-socialiste, anti-américain, anti-anglais, anti-islam, anti-sioniste, un peu raciste car il n’aimait pas trop les arabes qu’il confondait avec les musulmans et n’aimait pas trop les noirs d’Afrique non plus…. Bref je découvre que De Gaulle fut visionnaire et qu’il a permis à la France de se tenir debout de 1938 à 1968. Plus de 90% des français n’ont jamais compris cela, ils ne le comprennent toujours pas et ils ne le comprendront jamais parce que les français resteront des veaux avec une cervelle de colibri. En fait de De Gaulle communiste, je n’avais que sept ans, l’âge de raison, en 1947 De Gaulle quittera le gouvernement à cause de la montée du communisme. Il avait vu juste, la guerre civile se déclarera l’année suivante. Les gendarmes tiraient sur la foule. On redistribuera les tickets de rationnement pour acheter sa nourriture à l’épicerie. Je serai re-péché par une famille bretonne, mes parents ne pouvant plus subvenir à ma nourriture….. Je serai rendu à ma famille la paix revenue et mon père pouvant aller travailler. Je ne savais toujours pas, ni lire ni écrire…….

  • marie-france , 28 Avr 2016 à 19:10 @ 19 h 10 min

    VOUS NOUS POMPEZ L ‘AIR AVEC LES PIEDS NOIRS VOUS ETES UN ROUGE PRO ARABE ALORS BASTA SALE REVISIONNISTE

  • marie-france , 28 Avr 2016 à 19:11 @ 19 h 11 min

    bien répondu ,Catholique et Français

  • André , 28 Avr 2016 à 19:13 @ 19 h 13 min

    Tout le monde reconnait, beaucoup d’algériens eux-mêmes que le FLN a détruit ce pays et ça continue. Voici un entretien avec l’un de mes anciens élèves qui me fait encore une surprise. Retraité conducteur de travaux, électro technicien supérieur à Hassi Messaoud. Il écrit le français comme un arabe. Ce Boutéflika avec son arabisation et son islamisation qui me traitera de néo-colonialiste a tenté de tout détruire de mon travail. Je vous laisse juge:

    Bonjour MONSIEUR DELANOI JE SUIS A MARSEILLE
    [18:12:53] André- Djamel Lechat: Tu es le vrai Terkhi Larbi
    [18:14:11] terkhi larbi: Oui le vraie si veux epel mois
    [18:15:34] André- Djamel Lechat: Tu fais comment pour m’appeler par Skype;
    [18:16:16] terkhi larbi: Avec mon portable
    [18:16:44] André- Djamel Lechat: Un portable ça coûte cher
    [18:17:29] André- Djamel Lechat: Tu restes combien de temps à Marseille ?
    [18:18:58] terkhi larbi: Le 3 mai je pars a Toulouse
    [18:19:15] André- Djamel Lechat: Ah bon
    [18:19:41] André- Djamel Lechat: Ton séjour en France est pour combien de temps ?
    [18:21:10] terkhi larbi: IL reste 20 jours
    [18:21:41] André- Djamel Lechat: Après Toulouse tu vas faire quoi ?
    [18:23:49] terkhi larbi: Après 7 jours japelle mon frère sil veux m’accepter
    [18:24:17] André- Djamel Lechat: Il habite où ton frère ?
    [18:24:33] André- Djamel Lechat: Est-ce que je le connais ?
    [18:26:38] terkhi larbi: A château dein nom tu connais pas mais je ter di la dernière fois je vais chez lui
    [18:27:37] André- Djamel Lechat: A Chateaudun
    [18:27:50] André- Djamel Lechat: Il a quel âge
    [18:29:26] terkhi larbi: Tu veux je viens chez toi il a lage 67 an
    [18:29:44] André- Djamel Lechat: 67 ans
    [18:30:02] André- Djamel Lechat: Tu veux venir chez moi quand ?
    [18:31:08] terkhi larbi: Si tu veux après 7 jours je t’appelle
    [18:31:22] André- Djamel Lechat: OK
    [18:31:31] terkhi larbi: Je vais manger
    [18:31:48] André- Djamel Lechat: Ton séjour en France est de combien de temps ?
    [18:32:08] André- Djamel Lechat: Quel est la durée de ton visa
    [18:32:50] terkhi larbi: Il et deux mois
    [18:33:07] André- Djamel Lechat: C’est parfait
    [18:33:35 | Modifié (18:34:54)] André- Djamel Lechat: Va manger, tu me rappelleras demain.
    [18:33:51] terkhi larbi: Merci
    [18:34:06] André- Djamel Lechat: Bonne Soirée

  • marie-france , 28 Avr 2016 à 19:32 @ 19 h 32 min

    ALLO ALLO VITE ALLER CHERCHER LE SIEUR andré IL PERD LA BOULE

  • Jean NOGUES , 28 Avr 2016 à 23:48 @ 23 h 48 min

    Quel charabia ! votre texte contient 90 % de mauvaise graisse à contenu informatif négligeable, et les 10 % restants sont truffés d’erreurs. Exemple : en 1947 il y a longtemps que de Gaulle avait quitté le pouvoir. Il; est parti en 1946 après son échec au référendum qui voulait instaurer une première Constitution assez voisine de celle qu’ont plébiscitée les français en septembre 1958. Une autre Constitution a été présentée au peuple, qui l’a approuvée, la Quatrième République était née, et son premier président du Conseil (nom alors donné aux premiers ministres) fut Félix Gouin.

    Ironie de l’Histoire, son dernier président du Conseil fut de Gaulle.

    Sur l’Algérie, vous nous servez un salmigondis qui mélange vos souvenirs privés et des morceaux épars de tranches d’Histoire annexes, en zappant les grands axes directeurs obligatoires dans tout résumé digne de ce nom. Vous ne parlez même pas de Soustelle, ni de ‘l’aventure française des pétroles sahariens, ni de l’affaire Si Salah, ni des reniements apparents de de Gaulle qui lui ont certainement coûté autant qu’aux victimes de ses erreurs. L’Algérie est le grand ratage de cet homme exceptionnel.

    La triste vérité là-dessus, de Gaulle lui-même l’a avouée, et on la trouve dans ”c’était de Gaulle” d’Alain Peyrefitte. Il avoue à plusieurs reprises à cet archicube (qui était son ministre de l’information) qu’il était trop âgé pour mener en Algérie la politique qu’il aurait souhaité mener. Ces aveux se terminent par une exclamation qui fait terriblement mal au coeur, quand il dit à Peyrefitte ”vous croyez que ça me fait plaisir de ramener le drapeau ?”.

    Bref, vous n’avez absolument aucune idée directrice ferme sur cette désastreuse affaire, comme tout sur le reste d’ailleurs. Vous devriez retourner à vos amours pour les théosophes et autres conspirationnistes que vous aimez tant, avec les petits hommes au visage triangulaire et les dessins d’artiste qui illustrent ces élucubrations d’un niveau plutôt inférieur à celui de Mandrake le magicien. Vous êtes plus à l’aise là-dedans que quand vous vous risquez dans la haute mer de la véritable Histoire.

  • Jean NOGUES , 29 Avr 2016 à 1:37 @ 1 h 37 min

    Vous avez raison, palsambleu ! c’est en effet un vrai travail de purger une société pour la faire coller aux désirs impérieux de ceux qui ont pris le pouvoir par la violence !

    Un travail harassant, jamais achevé. On a beau inventer des moyens industriels pour massacrer les masses de mal-pensants, bon sang, il en reste toujours qui passent à travers les mailles du filet !

    A Arras, on a fait fonctionner sans relâche pendant trois mois, de l’aube au crépuscule, la fameuse guillotine à sept fenêtres : sept têtes dans la sciure d’un seul coup, ça c’est du travail ! les caniveaux sont restés rouges longtemps après ces trois mois, et pourtant quelle misère ! ça n’a tué que trente mille personnes, soit 300 par jour, divisé par sept, ça faisait 44 exécutions par jour, soit environ quatre à six exécutions par heure ouvrable, suivant la durée quotidienne de l’obscurité. En gros donc, entre 10 et 15 minutes par décollement de sept têtes à la fois. Quand vous comptez le rasage du cou, l’installation des condamnés, le nettoyage de la lame libératrice entre deux exécutions (sinon elle aurait risqué de bourrer), il ne fallait pas chômer !

    A Nantes, Carrier a pris les choses en mains, les premiers bourreaux bricolaient, débordés par la masse de ci-devants et autres traîtres à la République qu’il fallait tuer. Carrier les a sauvés en inventant les barques à fond escamotable. On amenait les condamnés par groupes de 200 par barque, au milieu de la Loire, et là, hop ! on ouvrait le fond. les 200 passagers se noyaient car on avait bien entendu pris soin, préalablement, de bien les attacher. Pour pimenter l’opération, on les attachait par deux, de préférence homme et femme, et Carrier, fin humoriste, appelait ça ”les mariages nantais”. On en a ainsi noyé plusieurs milliers, certains républicains disent deux mille, mais personne ne sait au juste, c’est sans doute un chiffre minimisé. La vérité serait plutôt autour de 4000 à 5000 noyades. Un grand serviteur de la République ce Carrier !

    Les colonnes infernales ”faisaient le travail ” consciencieusement, selon les directives données par Paris. Ainsi Turreau rend compte de sa mission ”je n’ai aucun survivant à me reprocher”. Pour rigoler un peu, on embrochait les petits enfants arrachés à leur mère sur les baïonnettes, c’était d’un drôle ! ouaf ouaf ouaf !

    Et malgré ça, 227 ans plus tard, il en reste encore de ces vermines vendéennes, allez va, la République une fois de plus a été trop bonne !

    Bof, redevenons sérieux : le mot ”République” est usurpé, durant toute la Terreur et jusqu’au Consulat, par une bande de gangsters fanatiques devenus très vite ivres de leur pouvoir et incapables de s’arrêter, une fois pris dans l’engrenage du crime de masse. Une fraction accablante de grands malades parmi eux. Marat couvert de pustules, syphilides au dernier degré de la pourriture (quel courage à Charlotte Corday pour enfoncer un poignard dans cette chair corrompue et puante !). Mirabeau, modéré et qui s’en tenait à une monarchie parlementaire, mais rattrapé par sa syphilis lui aussi, à 40 ans à peine…. Couthon, en chaise roulante…..Danton, financé par l’Angleterre, trop heureuse de démolir cette diabolique royauté dont le roi Louis XVI avait eu le front de construire à la France une marine de guerre qui l’emportait sur celle d’Albion ! (marine détruite en deux fois par le Consulat : première moitié au mouillage à Aboukir, seconde moitié à Trafalgar). Danton, le courageux responsable des massacres de septembre, l’assassinat à bout portant de plus de 2000 prisonniers d’Etat, après plusieurs mois d’incarcération pour parfois un seul mot de travers, parfois même pas pour un mot, mais seulement pour une dénonciation faisant état d’un mot de trop :

    ”Monsieur le commissaire du peuple, hier j’ai entendu X, mon voisin, habitant à …., dire à sa femme du mal de la République, et qu’il regrettait Louis XVI”,

    il ‘n’en fallait pas plus pour se retrouve en 24 heures dans la charrette, direction Place de grève, et se faire guillotineur sur l’heure…..

    De la graine rigoureusement identique aux gauchos de notre époque, dont la conception du progrès humain n’a pas changé depuis cette sinistre époque : prendre à X pour donner à Y, après prélèvement de commissions au profit de Z, le troisième larron membre de la bande propriétaire du pouvoir. Eliminer physiquement ceux qui ne pensent pas comme il faut, après les avoir accablés d’impôts que rapidement ils ne pouvaient plus payer. Les inventions pour soulager la misère humaine ? réponse de ces enragés ”La République n’a pas besoin de savants”, comme ils l’ont expliqué à Lavoisier sur l’échafaud, quelques instants avant de le guillotiner.

    Tel est le véritable acte de naissance de notre République que le monde entier nous envie…et vous le voyez, il se trouve encore des nostalgiques pour regretter qu’on n’ait pas achevé ce travail d’Hercule…..

    Moralité : le pouvoir, sur les débiles mentaux, agit comme une drogue, CQFD.

Les commentaires sont fermés.