Corbin Alfred McHenry, le buzz à 118 jours de vie !

Corbin Alfred McHenry (photos ci-contre et infra) a été diagnostiqué in utero porteur d’une trisomie 13, une maladie génétique rare. Sa maman a refusé de l’avorter, comme lui conseillaient les médecins.

Et alors que ce petit d’homme fête aujourd’hui son 118e jour de vie, une page Facebook appelant à prier pour lui ne cesse d’attirer de nouveaux “fans”. On en comptait 268 000 ce mercredi. Chaque (adorable) photo du bébé (3,7 kg) postée sur le réseau social est aimée entre 30 000 et 45 000 fois tandis que les internautes sont informés du quotidien de Corbin. Ainsi apprenait-on dimanche qu’il avait pris pour la première fois un bain dans une baignoire ! Un phénomène populaire encourageant pour les défenseurs de la culture de vie.

Jugés inaptes à la vie par la plupart des médecins, les petits enfants atteints de la trisomie 13 sont généralement tués dans le sein de leur mère.

Autres articles

86 Commentaires

  • mariedefrance , 31 Juil 2013 à 17:15 @ 17 h 15 min

    J’ai aussi rappelé le cas de Marie Humbert.

    qu’en dites-vous ?

  • Eloi , 31 Juil 2013 à 17:30 @ 17 h 30 min

    J’ai fait ma petite distribution de “like” sur séantbook !
    Bravo à la famille et à tous ceux qui entourent ce petit bonhomme
    Bien que différent, il ne demande qu’à aimer et à être aimé.
    Au fond, c’est ça la vie !

  • Francis , 31 Juil 2013 à 17:41 @ 17 h 41 min

    Avorter, c’est justement interrompre la vie, autrement dit tuer, pour un motif que certains jugent légitime, c’est-à-dire que l’on peut justifier, comme on justifie le droit de tuer à la guerre. Mais la différence avec le droit de la guerre, c’est que celui qui donne la mort, dans le cas de l’avortement, n’est pas en danger. Parfois la mère peut l’être et ce cas mérite réflexion.
    Et donc on s’autorise à prendre une vie, parce que cette vie a été jugée irrecevable. Les manipulations sur l’embryon qui viennent d’être autorisées par la loi procèdent de la même idée: que l’on peut faire ce qu’on veut du matériau humain, dans le but évident de produire des êtres physiquement parfaits (comme à une période sombre du XX°s).
    Si l’on ne le refuse pas, on cautionne le pouvoir exorbitant des techniciens (de la médecine) sur notre humanité.

  • JSG , 31 Juil 2013 à 17:48 @ 17 h 48 min

    de toute manière, ce petit ange bénéficiera de plus d’affection que l’autre Normal !
    Que Dieu protège ce petit être et que la médecine se démerde au lieu de s’occuper de promouvoir l’État Nazi !

  • Francis , 31 Juil 2013 à 17:51 @ 17 h 51 min

    Il faudrait donc tuer des innocents pour rendre plus supportable la vie de leur famille?! Elle est où, l’humanité?
    Et l’arme absolue que vous appelez à brandir taira-t-elle la compassion devant les familles déchirées par la maladie et le handicap? Ces familles seront-elles plus heureuses après ce crime?
    La réponse se situe à un autre niveau. Celui de la recherche médicale, qui devrait rechercher le remède (mais l’Etat préfère financer les campagnes d’avortement plutôt que cette recherche qui se fait sur fonds privés); celui de la médecine, qui doit chercher à améliorer la vie de ces handicapés; celui des pouvoirs publics, qui devraient chercher à améliorer la prise en charge de ces personnes et non s’en débarrasser de façon honteuse.
    C’est pas de la bondieuserie, c’est de la responsabilité et de la conscience de notre humanité. Comment, si on ne subvient pas au besoin du plus faible, pouvons-nous espérer le bonheur?

  • Diex Aïe ! , 31 Juil 2013 à 17:54 @ 17 h 54 min

    Marie Humbert a assassiné son fils car il souffrait trop de voir sa mère le regarder comme un handicapé… De plus, sa petite amie l’avait quitté… Il lui a donc demandé de le tuer pour ne plus que sa mère souffre de le voir ainsi diminué… bref, bien peu d’amour dans tout cela… Mais si sa mère avait continué de le regarder comme le fils qu’elle a toujours connu, car c’était de toute façon LE fils qu’elle avait toujours connu, au lieu de le regarder comme un misérable et de pleurnicher en disant, mon pauvre, qu’est-ce que tu dois être malheureux de ne plus pouvoir courir dans l’herbe, et regarde moi aussi comme je suis malheureuse de te voir ainsi bonhouhou… Si elle avait continué à être sa mère, elle l’aurait aimé comme une mère aime son enfant et lorsqu’on est aimé, on a pas envie de mourir!!! Je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un qui disait “ha c’est trop horrible, je suis aimé par trop de gens, tuez moi sur le champ!!!” Non, lorsqu’on a envie de mourir, c’est qu’on manque d’amour…
    Lire le scaphandre et le papillon.

  • C.B. , 31 Juil 2013 à 17:57 @ 17 h 57 min

    mariedefrance, avez-vous PERSONNELLEMENT connu Marie Humbert, ou ne l’évoquez-vous qu’en ayant eu connaissance de ce les media en ont dit?
    Parce que la réalité n’est pas conforme à ce que racontent les ondes aux ordres.
    Visiblement, ce petit bout de 118 jours a plus de chance que
    -cet enfant de trouple (j’ai bien dit trouple, pas troupe): http://www.sudouest.fr/2013/07/31/un-couple-de-lesbiennes-oblige-de-reconnaitre-les-droits-du-geniteur-de-son-enfant-1129398-4697.php
    -cet enfant d’un moderne lebensborn http://www.cqv.qc.ca/fr/un-premier-bebe-genetiquement-parfait-selectionne-pour-naitre (entre autres, syndrôme du survivant pour ses douze frères et sœurs partis à la poubelle ou devenus matériau de laboratoire)
    -ces 105 adolescentes http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/07/29/prostitution-de-mineur-150-proxenetes-arretes-aux-etats-unis_3455063_3222.html

Les commentaires sont fermés.