Corbin Alfred McHenry, le buzz à 118 jours de vie !

Corbin Alfred McHenry (photos ci-contre et infra) a été diagnostiqué in utero porteur d’une trisomie 13, une maladie génétique rare. Sa maman a refusé de l’avorter, comme lui conseillaient les médecins.

Et alors que ce petit d’homme fête aujourd’hui son 118e jour de vie, une page Facebook appelant à prier pour lui ne cesse d’attirer de nouveaux “fans”. On en comptait 268 000 ce mercredi. Chaque (adorable) photo du bébé (3,7 kg) postée sur le réseau social est aimée entre 30 000 et 45 000 fois tandis que les internautes sont informés du quotidien de Corbin. Ainsi apprenait-on dimanche qu’il avait pris pour la première fois un bain dans une baignoire ! Un phénomène populaire encourageant pour les défenseurs de la culture de vie.

Jugés inaptes à la vie par la plupart des médecins, les petits enfants atteints de la trisomie 13 sont généralement tués dans le sein de leur mère.

Autres articles

86 Commentaires

  • Diex Aïe ! , 31 juillet 2013 @ 17 h 59 min

    et je connais de nombreuses famille avec un voir deux enfants handicapé trisomique, autiste, paralysé… Ils aiment leur enfant et ne lui ferait jamais de mal! Les enfants aiment leurs parents et aiment le frère ou la sœur handicapé; venez donc dans des lieux où on ne tue pas celui qui est différent; venez par exemple à Saint Nicolas du Chardonnet à Paris, venez et voyez!

  • C.B. , 31 juillet 2013 @ 18 h 06 min

    ” L’avortement n’est pas une horreur”
    Soyez logique, ” fendu du chichoule 31 juil 2013 à 14:14 at 14 h 14 min”, dépêchez-vous de faire des études de médecine, d’infirmière ou de sage-femme, et candidatez pour un avortoir: on manque de volontaires.
    Au minimum, revenez partager votre expérience après un stage comme aide-soignant (ou autre) dans un avortoir.
    Ne vous laissez pas berner par ceux qui affichent “le fœtus n’est pas un être humain”; pour les gestionnaires des camps d’extermination, les déportés n’étaient ps des êtres humains mais des objets (“Stück”) numérotés.

  • C.B. , 31 juillet 2013 @ 18 h 22 min

    ” géodith 31 juil 2013 à 14:44 at 14 h 44 min”: si vous êtes en cours d’études de médecine ou médecin déjà établi, vous faites probablement fausse route.
    Vous semblez plus à plaindre qu’à blâmer. Quant à lyncher votre post, ça n’a aucun sens.
    Suggestion: rencontrez un (ou une) rescapé des camps de la mort (Allemagne, sud-est asiatique, ou autre) et discutez de la valeur de la vie: la vie vaut d’être défendue bec et ongles.
    En revanche, il y a certainement à se battre pour que les famille qui accueillent de tels enfants soient davantage soutenues par la société.

  • brennou , 31 juillet 2013 @ 18 h 35 min

    Les romaines, à la fin de l’Empire, se faisaient avorter à tour de bras. Ce qui, soit dit en passant, n’a pas arrangé sa survie !

  • monhugo , 31 juillet 2013 @ 18 h 46 min

    Je lis sur le net que 80 à 90 % des foetus atteints de trisomie 13 décèdent in utero. Et la moitié des 10 à 20 % arrivant à terme meurt dans les 3 mois (le petit Corbin fait donc partie des plus résistants). La description des pathologies dont va souffrir le malheureux à chromosome 13 supplémentaire est effrayante. Liste des anomalies (en sachant qu’elles ne seront pas forcément toutes réunies – en l’espèce, Corbin a un visage normal sur les photos) : concernent système nerveux, reins, coeur, abdomen, membres et visage, et à chaque poste, plusieurs choses horribles ! L’IVG s’imposait évidemment dans le cas de ce pauvre gamin, a priori. Cela étant, les miracles, cela se produit parfois…

  • monhugo , 31 juillet 2013 @ 18 h 50 min

    Arrêtez de grâce sur la “différence” à promouvoir. Un vocable à manier avec précaution.

  • lily , 31 juillet 2013 @ 19 h 15 min

    Je suis horrifiée de certaines réactions. La vie avant tout… ? Sérieusement ?
    Je suis profondément contre l’avortement de confort, celui des femmes qui ne veulent pas se compliquer la vie.
    Mais dans le cas de ce petit garçon, pour moi les parents n’ont pas été courageux. Ils sont voulu cet enfant contre tous les avis, en dépit du bon sens.
    Pour l’instant c’est un bébé. Chaque jour de sa vie est un miracle. C’est émouvant.
    Mais… Dans 6 mois, 1 an, 10 ans. Que se passera t’il ?
    Que deviendra cet enfant si ses parents meurent précocément ? Et oui, à la roulette russe de la vie c’est aussi à prendre en compte dans la décision d’accueillir un enfant souffrant d’un handicap.
    Et surtout, vous tous bien pensants qui parlez des médecins avorteurs comme des suppôts de Satan, que pensez vous de ces médecins qui maintiendront en vie ce petit bonhomme ?
    Et oui, autrefois l’avortement était un crime. Mais autrefois la société n’était pas hypermédicalisée et cet enfant n’aurait pas vécu aussi longtemps. Sur une photo on voit un tube qui doit servir à le faire respirer ou à l’alimenter.
    Je donnerais ma vie pour mes enfants, je me battrais pour eux, mais si je devais faire face à une telle situation, je me poserais la question de savoir quelle sera sa vie. Pour avoir vécu la maladie, l’amour n’efface pas tous les obstacles. L’amour ne fait pas disparaître les souffrances. Alors oui, je ne m’en remettrais probablement jamais, mais je ne voudrais pas d’une telle vie pour mon enfant.
    Chacun ses choix bien entendu, mais je voulais apporter un peu de couleur à tant d’avis si tranchés. La vie n’est pas en noir ou blanc, une décision n’est jamais en oui ou non… Et beaucoup de commentaires semblent oublier le principe que chaque action a des conséquences…

Les commentaires sont fermés.