Eric Zemmour : « Le père est une mère comme les autres, a décidé Roselyne Bachelot »

L’auteur du Premier sexe réagit mercredi matin dans “Z comme Zemmour sur RTL à un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) qui propose de créer un congé d’accueil de l’enfant de deux mois, répartis à part égale entre la mère et le père pour lutter contre l’inégalité professionnelle entre hommes et femmes. Il a été remis mardi au ministre de la Santé Roselyne Bachelot.

Extrait :

“Big Sister Roselyne ne doit pas s’arrêter en si bon chemin. Le prochain rapport proposera donc une stricte répartition entre le père et la mère des neuf mois de la grossesse, puis établira de même un temps égal la nuit pour donner le sein au nouveau né. Les caméras posées par les services de l’Etat vérifieront que les consignes gouvernementales sont bien respectées. Ainsi, pour la vaisselle, le ménage, les devoirs des enfants, des micros traqueront les récalcitrants comme au bon vieux temps du communisme, des sanctions pénales puniront les tire-aux flancs, les mêmes que pour les hommes qui vont voir les prostituées. Non, mais en fait, sous un discours d’égalité, c’est l’indifférenciation que recherche Roselyne Bachelot. Puisqu’on ne peut pas faire qu’une femme soit un homme comme les autres, il faut faire qu’un homme soit une femme comme les autres. C’est une adepte sans le dire, et peut-être sans le savoir, de la théorie du genre qui naît dans les campus américains des années 60-70, au sein des militantes féministes homosexuelles qui estiment que le sexe est uniquement une construction culturelle, qu’il n’y a rien de naturel là-dedans, qu’on peut choisir son sexe et sa sexualité comme des fruits au marché. Elle en parlera au très catholique François Fillon à qui elle doit son maintien au gouvernement et aux électeurs de Nicolas Sarkozy à qui on n’avait pas dit que lorsqu’ils votaient pour le candidat de la droite française, ils choisissaient le mode de vie de la sociale-démocratie suédoise.”

Autres articles

2 Commentaires

  • Alexis , 8 Juin 2011 à 21:14 @ 21 h 14 min

    J’ai 40 ans et je suis pour que les pères prennent plus de place auprès de leurs enfants et je pense que sur cette question le premier frein c’est dans beaucoup de cas… la mère. Un congé de paternité c’est une bonne évolution à mon sens mais il ne faudrait pas oublier de parler de tous les pères évincés par la mère suite à une séparation ou un divorce. Sur cette question il convient de prendre contact avec l’association SOS papa pour s’en rendre compte. En plus la justice française donne aux mères la primauté, et de loin. Par contre l’esprit qui anime Madame BACHELOT je ne la partage pas car en effet elle se positionne comme les féministes radicales qui veulent soumettre les hommes à un impératif de féminisation. La nature masculine doit être respectée tout comme la nature féminine, ni plus ni moins. Il y a beaucoup de pères qui sont tendres avec leurs enfants et ils n’ont pas besoin de se féminiser pour cela, ils expriment simplement une sensibilité… d’homme.

  • Amélie , 9 Juin 2011 à 8:12 @ 8 h 12 min

    La majorité des pères seront complètement inutiles si on leur donne un congé paternité obligatoire. Ce n’est pas leur faute, ils sont faits comme ça. Pour un père qui va prendre en charge l’intégralité des tâches domestiques pendant que sa femme s’occupe du nouveau-né, combien vont être un fardeau supplémentaire? La plupart se sentiront (et seront) bien plus utiles en retournant travailler pour subvenir au besoin de leur nouvelle famille. Si la mère a besoin d’aide, la présence de l’une des grand-mères est bien plus efficace. Et le congé maternité n’est pas destiné à “créer un lien” avec son enfant – c’est avant tout un moment de récupération après l’épreuve physique de l’accouchement. Un enfant plus grand a besoin de la présence paternelle, c’est certain. Un nouveau-né a besoin de la voix, de l’odeur, de la chaleur et du lait de sa mère, et aucune loi ne changera cela.

Les commentaires sont fermés.