Pascal Bruckner dénonce « l’écologie de la divagation »

Il oppose “l’écologie de la divagation” à “l’écologie de la raison”. Pascal Bruckner a beau avoir voté Verts pendant 20 ans, il a décidé de procéder “à une sorte de déconstruction de l’idéologogie du cataclysme” qui souffle depuis quelques années sous nos latitudes. “Une certaine écologie entraîne une démission de l’esprit”, observe l’auteur de Le fanatisme de l’Apocalypse avant de dénoncer le malthusianisme et de critiquer “la tentation autoritaire” des écologistes le 4 octobre dernier dans le 7/9 de France Inter :

“Les films écologistes sont des films d’accusation”, note Pascal Bruckner. “On ne pourra pas sauver la planète simplement en devenant piéton ou en devenant végétarien” explique l’intellectuel. “L’écologie punitive n’est pas un fantasme (…) : le fait que les Verts en France aient choisi Eva Joly, un juge d’instruction (…), ça veut dire quoi ? Qu’on va mettre des menottes à la planète ? Qu’on veut inculper le genre humain ?”, s’interroge-t-il :

Autres articles