113 sénateurs s’opposent à l’enseignement de la théorie du genre en classe de 1ère

113 sénateurs (98 UMP, 12 centristes, 3 non-inscrits) “[protestent] contre l’enseignement de la théorie du genre en classe de 1ère” dans une lettre adressée à Luc Chatel, ministre de l’Éducation nationale.

“Cette théorie sociologique et militante qui affirme que l’identité sexuelle n’est qu’une construction culturelle n’a pas sa place dans une matière scientifique et va à l’encontre des principes de neutralité et de liberté de conscience propres à l’enseignement public”, expliquent les élus. “S’il faut veiller à l’égalité des droits entre hommes et femmes et dénoncer la suprématie de l’un sur l’autre, l’importance des facteurs biologiques ne peut être niée sauf à vouloir bouleverser l’anthropologie de notre société en fragilisant la famille, qui est sa structure de base, et l’individu”, continuent-ils dans ce texte dont l’initiative revient à Marie-Thérèse Hermange, sénatrice UMP de Paris.

Les 113 signataires demandent “le retrait de la mention de la théorie du genre présentée dans les manuels de SVT par Hatier, Hachette, Bordas” et “de garantir aux élèves que ce chapitre ne pourra faire l’objet d’un sujet au baccalauréat”.

Lire aussi :

> Théorie du gender à l’école : 80 députés demandent le retrait des nouveaux manuels de SVT

Autres articles

3 Commentaires

  • Lundi Anne Charlotte , 13 Sep 2011 à 8:11 @ 8 h 11 min

    Gender ? NON, savoir pourquoi !

    La théorie américaine du Gender, référence des instances internationales (ONU, Unesco, Commission européenne, etc.) et source d’inspiration de nombreuses législations, figure désormais dans les manuels de S.V.T. de 1re L et ES.
    Selon le Gender, l’identité sexuelle n’est pas une donnée biologique mais une construction sociale : on ne naît pas homme ou femme, on le devient. Ainsi, chacun peut choisir son orientation sexuelle (homosexuelle, hétérosexuelle, bisexuelle, transsexuelle).

    Mais comment la société peut-elle se fonder sans reconnaître la différence sexuelle ? Comment la famille peut-elle se structurer en dehors des liens engagés entre un homme et une femme, sources d’alliance, de filiation et de génération ? Comment la vie psychique de la personne peut-elle s’élaborer quand la réalité du corps est niée ?

    Face au bouleversement identitaire, social et familial, qui se met en place, cet ouvrage présente, dans un esprit critique, les axes fondamentaux du Gender (ses origines féministes et égalitaristes, ses données anthropologiques, sociologiques et psychanalytiques, son évolution depuis les années 1980, etc.).
    Enseignants, éducateurs et parents pourront se forger, en toute connaissance de cause, une pensée argumentée et pédagogique à l’adresse des jeunes dont ils ont la responsabilité.

    Les éditions Téqui rassemblent sept interventions d’experts : Tony Anatrella, Oscar Alzamora, Jutta Burggraf, Xavier Lacroix, Beatriz Vollmer, Angelo Scola.dans cet ouvrage
    Gender
    La controverse
    Conseil Pontifical pour la Famille – Présentation de Tony Anatrella
    A commander sur Livres en Famille :http://www.livresenfamille.fr/p1857-conseil_pontifical_pour_la_famille_gender.html

  • septimus , 13 Sep 2011 à 12:16 @ 12 h 16 min

    La théorie du genre est une foutaise. C’est un vieux fantasme de pédéraste Ne nous abaissons pas à en débattre.

  • SAINT MARTIN Louis , 13 Sep 2011 à 13:22 @ 13 h 22 min

    113 sénateurs s’opposent à l’enseignement de la théorie du genre en classe de 1ère

    Arrêtons de débattre de cette théorie nauséabonde. Nos controverses ne font que lui donner plus de notoriété, comme l’ont déjà constaté, avec grande joie, ses thuriféraires.

    J’ai honte d’appartenir à un pays, à une société, a une “culture” qui prend au sérieux, quand elle ne les prône pas comme le nec plus ultra de notre système de valeurs, les désorientations, les inadaptations, les fantasmes et les perversions des déjantés de toutes sortes que nous avons laissé s’installer dans toutes les instances dirigeantes de l’éducation, de l’information et du monde politique.
    Bref, partout où se trouvent ceux qui façonnent l’opinion et qui n’ont d’autre projet que de fabriquer un monde de décervelés, d’invertébrés et d’invertis dont on pourra user, abuser et jouir sans entraves.

    Ce sont les cadeaux empoissonnés de ces fameux “droits de l’homme” qui, clamés à tout propos sans précisions et sans correctifs, non seulement conduisent à l’invasion-colonisation de notre pays, mais réduisent ses capacités de résistance en abêtissant puis en castrant ses enfants.

    Merci à la “démocratie” et à la “république” aux “Lumières”!
    Imagine-t-on saint Louis, Henri IV ou Louis XIV régnant sur un peuple gouverné par la théorie du “gender” ?
    Même Henri III en eût été dégouté. C’est dire…

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen