L’Utah devient le premier Etat américain à rendre obligatoire l’anesthésie préalable des bébés avortés

Le gouverneur de l’Utah a signé cette semaine une loi votée par le parlement de l’Utah qui rend obligatoire l’anesthésie préalable des bébés avortés à partir de la 20e semaine de grossesse. C’est le moment où la plupart des scientifiques s’accordent à dire que l’enfant est capable de ressentir des douleurs intenses, même si certains affirment qu’il peut déjà ressentir un certain niveau de douleur bien avant.

Dans la plupart des Etats américains, les avortements sont légaux, y compris sur les enfants en bonne santé, jusqu’à un délai très tardif. Le président Obama est lui-même partisan de la pleine liberté d’avorter jusqu’à la fin de la grossesse. Plusieurs Etats américains ont toutefois introduit récemment des dispositions législatives visant à limiter la douleur ressenties par les enfants assassinés dans le ventre de leur mère, mais l’Utah est le premier à imposer l’anesthésie complète de l’enfant avant son assassinat.

Le sénateur de l’Utah Curt Bramble qui a soutenu cette nouvelle loi fait remarquer que si l’Utah a des lois pour protéger les condamnés à mort et les animaux contre les douleurs excessives, il était anormal de ne pas offrir un niveau de protection au moins équivalent aux enfants avortés.

En août dernier, l’Utah était devenu le 5e Etat américain à supprimer les subventions versées à Planned Parenthood, le Planning familial américain, suite aux révélations sur la vente illégale par cette organisation d’organes d’enfants avortés à l’industrie pharmaceutique.

Source : Life News

Pour les avortements après la 13e semaine de grossesse, le site Avortement au Canada  (pays où l’avortement sur simple demande est autorisé jusqu’au dernier jour de la grossesse) explique la méthode : l’avortement par dilatation et évacuation est un avortement où on utilise les forceps au lieu de la succion ou en plus de celle-ci pour démembrer et extraire le fœtus. En réalité, une combinaison de méthodes est généralement utilisée pour l’avortement après 13 semaines. À mesure que le fœtus grandit et que ses os durcissent, il devient plus difficile à extraire. Le col doit être ouvert plus grand, et la tête du fœtus est devenue grosse et doit être broyée avant de pouvoir être enlevée. Les fragments d’os sont acérés et doivent être enlevées prudemment pour éviter des blessures à l’utérus et au col. Les parties de fœtus enlevées doivent être identifiées pour assurer que l’avortement est complet et qu’aucun fragment ne reste dans l’utérus. On emploie la succion pour le dernier nettoyage de toute parcelle de tissu fœtal ou placentaire qui peut rester.

 

Lire aussi :

« J’étais comme le docteur Jekyll et mister Hyde » – entretien avec un gynécologue-obstétricien polonais qui a renoncé à pratiquer des avortements

 

À voir absolument :

Visualisation du développement prénatal de l’enfant, explications sous-titrées en français et film « De la conception à la naissance »

 

Photo de couverture : visualisation d’un enfant à la 20e semaine de grossesse sur le site naitreetgrandir.com

Articles liés

11Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Thierry , 3 avril 2016 @ 16 h 35 min

    alors pourquoi fréquentez-vous la France de Souche ?

  • pasdamalgames , 3 avril 2016 @ 21 h 46 min

    Avec ou sans anesthésie, c’est toujours un crime !

  • eric-p , 3 avril 2016 @ 22 h 48 min

    NDF s’oppose courageusement à une tendance “généralisée”
    en occident consistant à nous faire croire que l’IVG serait
    “politiquement correct”. Il n’en est rien.

    Quant aux “Français de souche” auxquels je fais allusion, ce ne sont
    pas nécessairement ceux auxquels vous pensez.
    Il s’agit plutôt des nombreux Français votant pour l’UMPS.

    La position du FN , sur l’IVG voire sur l’euthanasie, n’est absolument pas claire.

    Arrêtez donc de mettre les lecteurs de NDF dans des cases préçoncues…

  • eric-p , 3 avril 2016 @ 22 h 52 min

    Oui, dans un certain sens, c’est “démocratique” !
    Les condamnés à mort ont bien droit à une sédation avant de recevoir un cocktail mortel, alors pourquoi pas les foetus !?

    Tout celà est assez révélateur de l’état d’esprit des législateurs qui ne savent plus quoi faire pour justifier l’injustifiable…

Les commentaires sont clôturés.