Le vice-ministre polonais de la Justice, père d’un garçon trisomique, réagit à la censure du CSA et du Conseil d’Etat français

Le vice-ministre polonais de la Justice, père d’un garçon trisomique, réagit à la censure du CSA et du Conseil d’Etat français

patryk-jaki

Après la décision du CSA qui a censuré une vidéo de la Fondation Jérôme Lejeune mettant en scène des enfants trisomiques souriants, “Chère future maman”, et après la décision du Conseil d’Etat qui a refusé de sanctionner le CSA, la censure anti-trisomie française fait grand bruit en Pologne, donnant une image pitoyable de la France, n° 1 européen de l’avortement, et de sa prétendue démocratie.

Le but de cette très belle vidéo était d’encourager les femmes enceintes d’un enfant trisomique et leur mari/partenaire à garder leur enfant :

Patryk Jaki, vice-ministre de la Justice dans le gouvernement polonais, est le papa d’un petit garçon trisomique. Il a lui-même réagi dans le cadre de la campagne sur Twitter sous le hashtag #uśmiechnijsięFrancjo et #sourireFrance, qui voit des internautes publier des photos d’enfants touchés par le syndrome de Down (trisomie 21) au visage souriant. Le vice-ministre a publié un tweet avec la photo de son fils souriant et le commentaire : “Bonjour la France ! P.S. : chez nous la démocratie et la tolérance vont un peu mieux que chez vous. Non seulement je peux vivre, mais je peux aussi sourire… RADZIO

tweet-de-patryk-jaki

Autres articles

7 Commentaires

  • jsg , 23 Nov 2016 à 5:25 @ 5 h 25 min

    Comment peut-on juger de la décision d’un organisme sans avoir vu cette vidéo ?
    Bref, mais par principe :
    Quand les arrogants qui décident à la place des gens comprendront qu’ils n’ont plus leur place dans la société qui se réveille, ils se feront des cheveux blancs.
    Et le Conseil des Tas à confirmé !
    a keke a keke a keke…

  • appeals , 23 Nov 2016 à 8:54 @ 8 h 54 min

    Encore une fois les polonais réagissent et nos politiciens se couchent en majeur partie c’est bien que des réactions de ce genre agace nos couilles molles.

  • Pierre 17 , 23 Nov 2016 à 9:28 @ 9 h 28 min

    Les SANS-DIEU, qui nous spolient et qui nous régissent, ne supportent pas le sourire de ce très bel enfant. Ils aiment les avortoirs et le fruit des avortoirs…

  • Hilarion , 23 Nov 2016 à 13:44 @ 13 h 44 min

    Les nazis aussi supprimaient tous ceux qui n’étaient pas conformes.
    En France le génocide a commencé en Vendée pour satisfaire à l’idéologie “républicaine”. Dans l’introduction d’un livre intitulé “Révolution et chouannerie en Morbihan” dont l’auteur est Jean Guillot on trouve cette déclaration faite aux députés par Georges Clémenceau le 29 Janvier 1891 “J’approuve tout de la révolution. J’approuve les massacres de septembre, ou pour s’éclairer la nuit venue, les travailleurs plantaient des chandelles dans les yeux des morts. J’approuve les noyades de Nantes, les mariages républicains ou les vierges accouplées à des hommes, par une imagination néronienne avant d’être jetées dans la Loire, avaient à la foi l’angoisse de la mort et la souffrance de la pudeur outragée. J’approuve les horreurs de Lyon ou on attachait des enfants à la gueule des canons et les égorgements de vieillards de quatre vingt dix ans et de jeunes filles à peine nubiles. Tout cela forme un bloc glorieux et je défends qu’on y touche…” Nous ne sommes plus en 1891, mais nos dirigeants ne se revendiquent t-il pas de cette république des horreurs. Alors pour eux, le massacre des enfants trisomiques relève de l’anecdote.
    A noter que l’on juge actuellement les deux derniers responsables du génocide cambodgien.

  • Gisèle , 23 Nov 2016 à 13:54 @ 13 h 54 min

    Quel beau sourire ! Le sourire de Dieu !

  • peu importe , 23 Nov 2016 à 19:28 @ 19 h 28 min

    Je vous rejoins à 100% Gisèle.
    Si la bien bienpensance était aussi courageuse qu’elle le prétend, elle “n’aka” aller jusqu’au bout de ça logique…diabolique d’andouille!

    & merci à ce vice-ministre polonais de la Justice. MERCI

  • François Thouvenin , 24 Nov 2016 à 9:06 @ 9 h 06 min

    Nous vivons dans un pays qui en est au tout dernier stade du pourrissement spirituel, moral et intellectuel. Un pays où l’on censure l’image d’enfants innocents, alors que la ministresse de la “Santé” traîne en justice les maires qui refusent le placardage dans leur commune d’une photographie montrant deux sodomites sur le point de passer à l’acte… Avec un soupçon de “métissage” obligatoire, puisque celui qui est derrière est de race noire et celui qui est devant de race blanche : allusion stupidement et inconsciemment raciste à une certaine réputation physique ?…

    Il n’y en a plus pour longtemps avant que nous n’ayons à payer très cher pour avoir laissé se développer ces ignominies aussi variées qu’innombrables.

Les commentaires sont fermés.