La triste histoire du petit cochon d’Istres

La triste histoire du petit cochon d’Istres

Vous avez peut-être un jour reçu dans vos courriels une missive faisant état de la disparition d’un cochon sur le manège municipal d’Istres, suite à une plainte de la communauté musulmanes. Et bien, rassurez-vous, cette information n’était qu’une mauvaise rumeur fomentée ou relayée par des réseaux très éloignés de celui de votre blog favori. Une rumeur qui persiste puisque j’ai reçu cet hoax hier alors qu’il date de septembre… 2014 !

Plus de trois ans à parcourir les voies impénétrables du web ! François Bernardini, le maire divers-gauche de cette belle ville avait bien essayé de mettre un terme à ce qu’il a dénommé comme étant un mensonge éhonté par un dépôt de plainte et un longue déclaration lue devant son conseil municipal, mais rien n’y a fait. La rumeur courre toujours, et la plainte n’a rien donné. Sa directrice de cabinet m’a elle-même déclaré que les policiers sont occupés à bien plus grave que cette lamentable vieille histoire, à savoir le terrorisme islamique.

A l’origine de cet hoax, il y aurai un Istréen qui aurait eu ras-le-bol de voir des femmes voilées envahir la cité. Le fait est qu’un manège provisoire avait été installé avec un adorable petit cochon bien rose sur la place du Portail d’Arles. Provisoire car le carrousel 1901 commandé n’avait pu être livré avant l’été 2013. Sans discrimination aucune, ce petit cochon comme le reste des animaux du manège avait fait le bonheur des petits istréens. Le petit cochon avait même certainement du être chevauché par quelques petits musulmans. Mais voilà qu’à l’installation du nouveau manège, plus de cochon…

« Le 7 Novembre 2013, à la veille de la période de Noël, explique le maire dans sa lettre aux conseillers municipaux, nous accueillons enfin l’arrivée de notre Carrousel. Seulement voilà, les mêmes esprits mal intentionnés, ceux qui avaient soulevé la présence du petit cochon, remarquent son absence sur le nouveau manège. Voilà le point de départ d’une histoire beaucoup moins drôle ».

Accusé d’avoir fait le jeu des musulmans, le Maire est fou de rage. « Istres a été vendu aux arabes ! Les Istréens, qui me connaissent, savent que la pression, d’où qu’elle vienne, n’a pas de prise sur mes décisions. » Et le maire va imaginer le pire, il va, à son tour, délirer sur le thème du Vivre Ensemble, cher à son politiquement correct. « Voilà en réalité ce qui se cache derrière la triste histoire du petit cochon d’Istres : instiller la peur dans l’esprit des Istréens grâce à des réseaux savamment organisés, faire s’élever les populations entre elles, faire qu’une ville comme la nôtre qui évolue paisiblement avec ses diversités dans le « Bien Vivre Ensemble » que nous avons souhaité avec ses communautés qui se respectent, cède à son tour à cette peur. Oui nous avons à Istres une communauté maghrébine et nous l’assumons parce ces personnes ont prévalu aussi à la construction de notre Ville. ».

François Bernardini oublie simplement que la communauté des pratiquants musulmans refuse l’intégration à la française… et de citer la lettre de M. Djamel Bedra, Président de l’Association Musulmane d’Istres, qui lui aussi a déposé une plainte contre X et qui se plaint de cette rumeur, qui est « une nouvelle forme de violence, celle de la division et de la discorde entre les citoyens et la remise en cause des principes même de la laïcité qui est destinée à garantir les valeurs de la liberté, de l’égalité et de la fraternité…Faites savoir aux concernés de cette affaire, que les manèges sont faits pour faire rêver tous les enfants du monde et que le personnage du petit cochon est présent dans le monde entier ainsi que dans les pays musulmans ».

Ah voilà un bel hoax ! Je ne vois pas un seul cochon ravir les enfants d’Arabie, d’Iran ou d’Afghanistan ! A part le cochon de Gaza… Un film très fin que je vous recommande d’ailleurs à tous…

Bonne année aux Istréens…

Floris de Bonneville

Autres articles

2 Commentaires

  • Tonio , 4 janvier 2018 @ 16 h 49 min

    En voilà un maire sinistre ! “…faire s’élever les populations entre elles…” ? dit-il, mais qui a commencé ? Lui-même, en favorisant outrageusement une communauté contre les autres.

    Mais qui a fait reculer la République partout où c’était possible, qui sous le spécieux prétexte de respect absolu de la laïcité, qui, alors qu’eux-mêmes sont irréconciliables avec les règles de cette République et montrent qu’ils n’ont aucune intention ni de s’intégrer à la population française, ni de s’agréger à cette République trop laïque à leur goût?
    Il n’y a pas de place en France pour comme le dit ce maire plusieurs “populations”, il n’y en a qu’une : les Français.

  • Boutté , 6 janvier 2018 @ 16 h 51 min

    Sinistre ? C’est l’occasion de rappeler que ce Maire est de gauche,donc placé du côté”senestre”,c’est-à-dire à sa place, du côté étymologiquement sinistre.

Les commentaires sont fermés.